Ukraine : le format Normandie coule et le capitaine Hollande s’est enfermé dans sa cabine

Consultant en organisation d’entreprise
 

La diffusion d’un documentaire sur la tragédie d’Odessa a provoqué la réaction du journal Le Monde, qui s’est fendu d’un article. Visiblement, Paul Moreira commettait un crime de lèse-majesté en remettant en cause la version officielle, version reprise par les grands médias.

La mort de ces 50 personnes n’est, d’après la version officielle relayée, qu’un simple et tragique accident. Mais le réalisateur montre clairement l’implication des groupes ultranationalistes affidés au pouvoir actuel dans cette débauche de violence et de haine.

Le journaliste du Monde s’est aussi indigné que l’on ait pu traiter Oleg Tiagnibok de néo-nazi. Visiblement, pour ce journaliste, il est simplement un éducateur de jeunes sauvageons qui ont besoin d’un exutoire pour évacuer leur mal-être. Pour ce talentueux précepteur, un pogrom avec incendie, barres de fer et armes à feu est une thérapie tout à fait indiquée. Voire, éventuellement, une bonne séance de pillages et d’exactions dans le Donbass.

Pourtant, dimanche dernier, une information nous intéressait, nous Français, directement. La partie ukrainienne du groupe de contact a déclaré que seuls seraient considérés les paragraphes de l’accord de Minsk qui respecteraient la Constitution et les lois ukrainiennes actuelles. Cet accord a été signé par les membres du format Normandie, à savoir les chefs d’État de France, d’Allemagne, d’Ukraine et de Russie.

Dans cet accord, il est prévu plus d’autonomie pour le Donbass. Il fait obligation au gouvernement de faire réviser la Constitution ukrainienne et de faire adopter des lois en ce sens. Dimanche dernier, la partie ukrainienne a simplement envoyé promener trois chefs d’État. Monsieur Hollande, votre format Normandie est en train de couler sous les interventions des États-Unis comme en son temps l’a été le paquebot éponyme. Vous avez signé cet accord au nom de la France et la signature de la France se doit d’être honorée.

Lors des sanglants événements du Maïdan en février 2014, la France, par la signature de Fabius, s’était déjà portée garante du respect de l’accord entre Ianoukovitch et les opposants. L’encre était à peine sèche que le président était renversé par un coup d’État sans que la France ne pipe mot. Depuis, le gouvernement ukrainien n’affiche que mépris vis-à-vis de la France. Il ne faut y voir que la conséquence de votre soumission et de celle de votre gouvernement à des intérêts étrangers.

Monsieur Hollande, à l’époque de vives tensions entre la Russie et l’Ukraine, c’est tout à votre honneur que d’avoir réuni Petro Porochenko et Vladimir Poutine sur le sol normand. De même, la conférence marathon de Minsk est un de vos indéniables succès car votre initiative a permis le dialogue et le cessez-le-feu entre les belligérants.

Vous n’avez pas tant de succès à votre actif pour vous permettre de galvauder celui-ci. Il est temps pour vous de rappeler vertement à l’Ukraine ses engagements. Et celui d’oublier un peu nos partenaires étrangers pour penser d’abord à la France.

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.