[RÉACTION] « L’Iran pourrait solliciter le Hezbollah pour attaquer Israël depuis le Liban »

photo-output

L’offensive iranienne contre Israël, dans la nuit du 13 au 14 avril, place le Liban entre deux feux. Le risque qu’Israël cible durement le sud du Liban dans la riposte pèse sur le pays. Quel est le rôle du Liban dans ce conflit, quels sont les risques ? Richard Haddad, historien et politologue spécialiste du Moyen-Orient, a répondu aux questions de BV.

 

Raphaëlle Claisse. Quelles sont les menaces qui pèsent sur le Liban, suite à l’offensive iranienne contre l’État d’Israël ?

Richard Haddad. Le risque principal serait une extension du conflit avec le Hezbollah libanais, filiale du régime iranien. Le Hezbollah au Liban est une organisation armée très puissante aux ordres des Iraniens. L’Iran pourrait donc solliciter le Hezbollah pour attaquer Israël depuis l'intérieur du pays. Si cette guerre était déclenchée, le Liban se verrait inclus dans ce conflit malgré lui. Le Hezbollah, je le rappelle à chaque fois, ne représente qu’un tiers des Libanais et impose sa présence armée à tout le monde.

 

R.C. Quels seraient les risques pour l’Occident d’une escalade du conflit entre Israël et l’Iran ?

R. H. La conséquence pourrait être assez grave sur le plan économique, parce que dans un conflit Iran-Israël, les Iraniens peuvent bloquer les détroits et, donc, empêcher les navires marchands de passer. Cela pourrait provoquer une nouvelle crise pétrolière et pousser les puissances occidentales à participer à cette guerre. Cela pourrait dégénérer en un conflit régional incluant l’Occident.

 

R. C. Comment le Liban est-il impliqué dans le conflit qui oppose Israël au Hamas ?

R. H. Le Liban est un pays multiconfessionnel, multiethnique et multireligieux. C’est pour cela qu’on ne peut pas parler du Liban en général. À chaque fois que l'on parle du Liban, de quel Liban parle-t-on ? Ce pays est impliqué dans ce conflit, par l’organisation Hezbollah qui est l’alliée de l’Iran. Et aussi bien pour les Iraniens ou le Hezbollah, rappelons que la cause palestinienne importe peu, finalement. C’est une excuse pour étendre leur puissance et leurs territoires conquis dans cette région-là. Le Liban pourrait donc se trouver impliqué, parce que l’État libanais n’est plus souverain sur son territoire, ce n’est plus lui qui décide de la guerre ou de la paix.

Raphaelle Claisse
Raphaelle Claisse
Journaliste stagiaire à BV. Etudiante école de journalisme.

Vos commentaires

3 commentaires

  1. Question stupide à laquelle je n’ai jamais vu de réponse nulle part. Tant l’Iran que le Hamas et le Hezbollah ne sont pas les bienvenus dans les bourses occidentales, sauf erreur de ma part. D’où leur vient tout l’argent nécessaire pour fabriquer des missiles par centaines et des drones par dizaines de milliers y compris pour en faire cadeau à la Russie ?

  2. « Le Hezbollah, je le rappelle à chaque fois, ne représente qu’un tiers des Libanais et impose sa présence armée à tout le monde. » Les écolos, je le rappelle à chaque fois, ne représentent qu’un dixième des Français et imposent leur présence armée à tout le monde.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois