[L’ÉTÉ BV] Vente de Biogaran : de l’importance de la souveraineté

thermometre medicaments

Tout l'été, BV vous propose de relire certains articles de l'année écoulée. Ici, nos chroniques du Macronistan.

C’est le sujet qui agite la sphère économique française et représente un véritable enjeu de souveraineté : le géant français de l’industrie pharmaceutique Servier souhaiterait vendre sa filiale Biogaran, qui emploie plus de 8.000 personnes en France et fournit un tiers des médicaments génériques consommés dans le pays.

Une information qui ne manque pas de faire réagir. Ainsi, Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie, a déclaré : « S’ils souhaitent le faire, je serai extrêmement ferme et j’examinerai toutes les conditions qu’on peut imposer. » Il a menacé de mettre son veto à cette vente si certaines garanties n’étaient pas données. De leur côté, les députés LR Yannick Neuder et Éric Ciotti ont envoyé un courrier à l'Élysée pour faire part de leur inquiétude. Parmi les quatre repreneurs potentiels, deux sont indiens. Certes, le pays est un partenaire de longue date de la France et, par bien des aspects, l’un des plus fiables. Il n’en demeure pas moins que lorsque nous touchons aux questions de souveraineté stratégique, encore plus dans un secteur aussi important que la santé, la France ne peut et ne doit compter que sur elle-même. Permettre qu’une entreprise telle que Biogaran passe sous pavillon indien donnerait à ce pays un formidable moyen de pression sur le nôtre. Imaginons, un instant, qu’un dossier nous oppose et que New Delhi nous fasse un chantage au médicament, que pourrions-nous y faire quand Biogaran fournit un tiers des médicament génériques que nous consommons ?

Industrie et souveraineté

C’est donc un sujet qui, par bien des aspects, intéresse notre souveraineté. Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation, en parlait, ce 23 avril, au micro de Sonia Mabrouk sur CNews : « Un pays qui se désindustrialise n’est pas un pays souverain. » Si la France devient complètement dépendante de puissances étrangères, alliés ou non, ce seront elles qui, par la force des choses, détermineront notre politique. La souveraineté est la condition de notre puissance et notre puissance est la condition de notre capacité à régler nos problèmes. Comment s’occuper d’insécurité, d’immigration, etc., sans que le pays ne soit puissant et donc souverain ? Contacté par BV, le professeur Frédéric Bizard, économiste, spécialiste des questions de protection sociale et de santé, nous explique : « La vente de Biogaran est liée à une politique qui a rendu cette industrie non rentable. On est positionné sur des anciens produits à base chimique. Il aurait fallu restructurer vers les produits innovants comme les biothérapies. C’est un scénario de cauchemar, car la France va devenir un désert médical en matière de production et donc de santé. » On se souvient des déclarations lénifiantes du Président Macron qui, au plus fort de la crise sanitaire et face aux pénuries de médicaments qu’elle engendra (et qui, d’ailleurs, ne sont toujours pas résolues), avait déclaré : « Nous devons continuer à produire dans notre pays et sur notre continent. » Chou blanc, donc.

Chantages et otages

On le comprend, la question de la souveraineté est capitale pour éviter que des puissances étrangères ne nous fassent du chantage et nous prennent en otage. Certes, mais le rôle du gouvernement doit aussi être d’éviter que ce chantage soit exercé par des entreprises, fussent-elles françaises. Servier, dont Biogaran est une filiale, était déjà au cœur du fameux scandale du Mediator™, médicament ayant causé la mort de centaines de personnes. De là à penser que l’entreprise se soucie plus de profits que de santé publique, il n’y a qu’un pas. Pour Frédéric Bizard, le problème n’a que deux solutions, « soit Servier vend Biogaran, soit le tarif des médicaments génériques augmente ». C’est précisément ce que redoute Nathalie Coutinet, experte de l'économie du médicament, qui déclarait dans Libération : « Tout cela va sûrement servir aux laboratoires pour tenter d’obtenir des augmentations du prix des médicaments anciens de la part de l’État […] Il ne faut pas tomber dans le panneau du chantage à la hausse des tarifs et à la distribution de subventions publiques pour maintenir la souveraineté sanitaire. » De l’importance de l’industrie, de la souveraineté et de la puissance…

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 22/07/2024 à 15:53.
Louis de Torcy
Louis de Torcy
Etudiant en école de journalisme

Vos commentaires

35 commentaires

  1. Désolé de vous le dire mes amis ! Mais ca n’est pas en vendant à d’autres, Biogaran le fabriquant de médicaments générique qui appartient au groupe pharmaceutique Servier, que l’on va favoriser la souveraineté Française et Européenne ! Mais ca Emmanuel Macron et Ursula Von der Leyen ils s’en foutent à partir du moment où ils touchent leurs bakchiche ! Amitiés à tous Hervé de Néoules !

  2. Monsieur Le Maire ,Monsieur Lescure , avant de dire non et d’imposer à une entreprise qui n’est pas la votre des directives , pour ne pas dire des ordres , vous devriez savoir qu’il serait bon de connaître les raisons de cette orientation . Et une fois les causes connues rechercher d’abord une solution nationale acceptant même de se remettre en cause .
    Or il se trouve que la cause de cette situation est que les productions de Biogaran ne sont plus rentables ! Mais que diables supportent elles de telles charges et taxes que d’aucuns qualifient d’abusives , d’excessives , de confiscatoires pour le confort de la politique voulue de ces messieurs du gouvernement qui n’ont jamais assumés la direction d’une entreprise .

  3. Sur le fond je suis 100% d’accord avec vous: il faut conserver nos entreprises pour préserver notre souveraineté. Sur la forme, ça fait un peu larmes de crocodiles si l’on songe à la quantité d’articles dénigrant l’industrie pharmaceutique que vous avez publié !

  4. Sans venir au secours de Servier ni l’enfoncer, rappelons que le MédiatorND n’est pas un médicament sans intérêt . Il a reçu son AMM pour corriger un Diabète et non pour faire maigrir. C’est le détournement de son usage qui est à critiquer et non le produit, et là, nombre de Médecins ont été complices de cette fausse prescription aisément condamnable, des Apothicaires aussi . Servier a pu être complice de cette manœuvre parfois létale mais il reste à le prouver,

  5. Et un chantage de plus !!! « Le marché » impose, le petit peuple dispose. Qui peut encore croire que ses « chevaux de Troie » servent à nous protéger ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois