[PEOPLE] « L’affaire Jean-Michel Trogneux » : on en parle un peu ?

10520743

Disons-le tout de suite : ceux qui attendent de cet article des révélations fracassantes seront très déçus. Brigitte Macron n’est pas la descendante de l’Homme au masque de fer, ni d’ailleurs du chevalier d’Éon. Enfin, pas à notre connaissance. Vous l’aurez noté, depuis que « l’affaire Jean-Michel Trogneux » a éclaté, BV a peu évoqué ce sujet. Pourquoi ? Parce que, comme nous l’indiquons sur la page d’accueil de notre site, « Boulevard Voltaire s’attache au quotidien à garantir la fiabilité de ses informations en indiquant clairement ses sources et en vérifiant avec précision les faits. » Les sources ! Tout est là. À la source, il y a la vérité ou, tout du moins, on l’espère. Sauf à ce que la source ne soit polluée.

Une vidéo virale

Cette soif de vérité ou « quête de vérité » est, a priori, à l’origine de cette ténébreuse « affaire Jean-Michel Trogneux ». Brigitte Macron serait un homme ! Plus de deux ans, maintenant, que l’épouse du chef de l’État se trimballe avec cette rumeur, comme le capitaine Haddock avec son sparadrap. En effet, c’est le 10 décembre 2021 qu’une certaine Natacha Rey, se disant journaliste indépendante, « révéla » dans un entretien sur YouTube que l’ancienne prof de français du jeune Emmanuel Macron serait en réalité Jean-Michel Trogneux. À côté, l’affaire du chevalier (ou de la chevalière) d’Éon devenait de la roupie de sansonnet. Deux jours après le lancement de cette rumeur, la vidéo devenait virale, atteignant plus de 500.000 vues.

« La femme de César ne doit pas être soupçonnée »

Cela dit, ce n’est pas nouveau que les dirigeants de ce monde et leur moitié fassent l’objet de rumeurs. Cela remonte d’ailleurs à très loin. Les amateurs d’Antiquité connaissent la fameuse maxime : « La femme de César ne doit pas être soupçonnée. » César avait répudié sa troisième épouse, soupçonnée d’infidélité. La présomption d’innocence n’était pas le genre de la maison, à l’époque. On pourrait, bien sûr, évoquer les pamphlets infâmes vendus sous le manteau à la fin de l’Ancien régime et prêtant à la reine Marie-Antoinette tous les vices, pamphlets qui ne furent sans doute pas pour rien dans les accusations ignobles dont elle fut l’objet durant son triste procès. Et, plus près de nous, on se souvient de « l’affaire Markovic », qui avait éclaboussé la réputation de la pauvre madame Pompidou. Les « réseaux sociaux » auraient existé à l’époque, on imagine les dégâts exponentiels que cette rumeur de participation à des « parties fines » de l’épouse de l’ancien Premier ministre auraient pu causer dans l’opinion. Quête de la vérité, donc. Mais « qu’est-ce que la vérité ? », demandait Ponce Pilate.

Société de défiance

Quête de la vérité ou de ragots affriolants, nous avons sans doute été nombreux à nous intéresser à cette « affaire Jean-Michel Trogneux ». Peut-être même nous sommes-nous forgé notre propre opinion. Comme, d’ailleurs, a voulu le faire Emmanuelle Anizon, journaliste à L’Obs, qui vient de publier L’affaire Madame : anatomie d'une fake news (StudioFact Éditions). Se forger une opinion, pas tant sur le sexe de Brigitte Macron que sur la personnalité, l’environnement de cette Natacha Rey, initiatrice de cette rumeur, et de son public. Les esprits éclairés ou réputés tels parleront d’un monde de « complotistes ». C’est tellement facile ! Emmanuelle Anizon s’y refuse, préférant parler de « défiants ». Et si « l’affaire Jean-Michel Trogneux » n’était cela, au fond : le symptôme d’une société où la fracture est désormais béante entre, d’une part, ceux que l’on pourrait appeler les « sachants », élite plus ou moins autoproclamée, ceux qui nous dirent avec sérieux, le soir venant, que le masque ne servait à rien, pour, au petit matin, nous dire que, finalement, il fallait le porter, et, d’autre part, l’immense troupeau sommé de jouer à « debout-assis-couché » sans moufter ? N'avons-nous pas, du reste, mille raisons de nous défier ?

Alors, Brigitte Macron, victime expiatoire de cette supposée élite ? Et, puisque nous sommes dans la rubrique people de BV, demandons-nous si, au fond, la « première dame » ne paye pas cash la peopolisation de la politique française ? Depuis qu’il est entré en politique, Emmanuel Macron a ostensiblement mis en avant son épouse comme jamais on ne l’avait sans doute fait avant en France. Aurions-nous imaginé le général de Gaulle, bras dessus, bras dessous, avec madame de Gaulle, au sortir d'une cérémonie dans la cour des Invalides ? Évidemment, non. Couple, disons, relativement « atypique », les Macron-Trogneux pouvaient s’attendre aux rumeurs les plus atypiques les concernant. On trouvera ça cruel, mais c'est la malheureuse loi du genre qui n'a pas attendu l'arrivée d'Emmanuel Macron sur cette Terre.

Vos commentaires

80 commentaires

  1. Je le redis : une femme a des chromosomes XX, et un homme des chromosomes XY. Pas besoin de se torturer l’esprit pendant dix ans, il suffit de soumettre Brigitte Macron à une analyse chromosomique. Si ses chromosomes sont XY, la cause est entendue !

  2. Au delà du scandale de tromperies et de déviances,il s’agirait également d’une usurpation possible d’identité!
    Et cela reste très grave!

  3. Une question pourquoi ?
    le tribunal judiciaire de Paris a annulé mercredi une procédure intentée par la Première dame Brigitte Macron, qui avait assigné en février 2022 deux femmes ayant propagé sur Internet de fausses nouvelles prétendant qu’elle était une femme transgenre. Oui pour quelle raison la justice n’a pas voulue enquêtée ? cela contribue à conforter les rumeurs. Puis comme dit le diction « on ne prête qu’aux riches »

  4. Reste que si macron avait été de droite ,1000 fois moins de bizarreries et d’incohérences dans l’histoire de brizitte auraient mis tous les médias en émoi et l’affaire n’aurait pas été etouffée comme l’a été celle ci!
    Il y a des choses vraiment troubantes dans ce dossier!

  5. Une femme a des chromosomes XX, et un homme des chromosomes XY. Il suffirait d’analyser les chromosomes de Brigitte Macron pour déterminer si elle est une femme ou un homme. Rien de plus simple ! Pourquoi cela n’est-il pas fait ? C’est suspect !

  6. Il est facile ,aujourd’hui ,de prouver la véracité des faits grâce aux tests d’ ADN !
    Il est facile de montrer des photos montrant l’ existence de tels personnages à l’ époque!
    Pourquoi ne pas le faire?

  7. Il suffirait simplement que soit publiée une photo privée récente de Mme MACRON à côté de son frère Jean Michel. Cela permettrait de mettre un terme à la rumeur qui circule en boucle dans le monde et fait un tort certain à la France.
    Plus grave est le détournement de mineur, car Emmanuel MACRON avait 14 ans et non 17. Madame MACRON devrait s’abstenir de toute visite dans un établissement de l’Education Nationale et de toute remarque sur l’Education Nationale

    • En effet, il est prévu un délit de détournement de mineur par personne ayant autorité ! Mais contrairement à Gabrielle Russier, elle appartient au monde bourgeois donc…..

  8. Que se soit un homme ou une femme, on s’en moque au plus haut niveau. Le principal c’est la France et tous ses maux. Maintenant quel que soit le coté pour l’aborder, on s’en fout.

  9. Que cette femme soit ou pas un homme on ne peut le savoir..rappelons nous de mitterrand qui a fait menacer les journalistes pour qu’ils ne dévoilent pas l’existence de mazarine..pour en avoir connu et fréquente beaucoup dans le travail..ceux qui n’avaient pas fait leur coming out,nous présentaient leur  » copine  » en générale une femme plus âgée,( souvent lgbt aussi) qui leur servaient de conjointe dans les pots er fêtes professionnelles…wait and see..

  10. Pour faire taire la polémique, que Jean Michel TROGNEUX se montre au coté de Madame MACRON. ET c’est fini plus de polémique !!! L’affaire dont vous parlez remonte bien avant les dames dont vous relatez les derniers tourments…. Renseignez vous un peu mieux !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois