Ils font presque partie du paysage, ces touristes asiatiques qui arrivent par milliers dans la capitale française. S’agglutinant devant les monuments célèbres, les œuvres du Louvre (dont la fameuse Joconde), la tour Eiffel et les ponts majestueux.

Mais voilà, cette année, avec 27 % de touristes asiatiques en moins, Paris fait grise mine.

Les experts disent que le responsable, c’est le phénomène « attentat », que de toute façon les Asiatiques sont ultra-sensibles et qu’ils reviendront tôt ou tard. En résumé, une belle bande de trouillards ayant depuis bien longtemps échangé le sabre pour l’appareil photo. Et puis d’autres – mais eux ne le disent pas – pensent que ce sont les attaques massives dont sont victimes ces amoureux de la qui entraînent une chute si dramatique et, surtout, si coûteuse du tourisme.

Les Japonais, et plus généralement nos amis d’Asie, sont en effet connus pour transporter des sommes vertigineuses dans leurs portefeuilles. À cela s’ajoutent leurs téléphones portables dernier cri et leur discrétion que l’on prend trop souvent, et à tort, pour de la fragilité. Autant dire qu’ils ont le profil de la victime idéale.

Mais voilà, comment reconquérir leurs cœurs si on ne met pas le bon mot sur les maux ? Car derrière les attentats, on espère occulter une réalité bien dérangeante : les Asiatiques, même français, sont très souvent victimes d’agressions racistes. Mais que font les associations antiracistes ? Aurait-on le droit de se le demander ? Elles désertent.

Elles désertent, car elles savent très bien que si les Asiatiques sont victimes de racisme, ce n’est ni la faute de Pierre, de Paul ou de Jacques. Ni même la faute d’un nostalgique de la guerre d’Indochine ou du crâne rasé du coin. La vérité est ailleurs, comme le dit si bien le dicton. Et elle dérange.

Car qui n’a pas en tête les images du bus de touristes attaqué par des «  » tout droit descendus des , lors du sacre du en 2013 ? L’effet de foule, a-t-on dit à l’époque.

Bref, tout se finira comme d’habitude : et se rendront à Tokyo pour rassurer les potentiels touristes. Ils reviendront. Un peu. Puis, un jour, ils repartiront. Pour toujours. Mais en train de fêter le à la mairie, le maire de Paris et la présidente de la région Île-de-France ne seront sans doute pas là pour agiter le mouchoir blanc.

21 février 2016

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Magasins sans caisse : comment faire dépenser plus en moins de temps

Le client doit pouvoir croire que payer est une option, que l'achat est un hobby comme un …