[STRICTEMENT PERSONNEL] Orques de Barbarie

Dominique Jamet

Depuis des années, et plus particulièrement quand se profile à l’horizon une consultation électorale, politiciens, politologues et autres commentateurs rivalisent de propos sentencieux et de regrets éternels pour dénoncer l’incivisme, l’abstentionnisme, le repli sur elle-même, sur ses plaisirs, ses amours et ses petits bonheurs individuels, d’une jeunesse indifférente au bien commun et au devenir de la cité. Moyennant quoi, les mêmes devraient se réjouir de l’implication de cette même jeunesse, réputée égoïste et frivole, dans le conflit en cours entre Israël et la mouvance palestinienne. Hélas, sur les campus anglo-saxons et dans les quelques établissements universitaires français qui suivent le dernier mouvement à la mode, les étudiants ne font que reproduire les slogans meurtriers et les clivages consternants dont leurs aînés donnent l’exemple. Ils n’apportent au débat qu’un peu plus de tumulte, de désordre et de sectarisme borné.

Les uns haïssent à tel point tout ce qui est juif, et notamment israélien, que dès le lendemain du 7 octobre, ils étaient prêts à passer l’éponge sur le mini-génocide perpétré par les tueurs du Hamas sans distinction entre civils et militaires, entre hommes et femmes, mineurs, majeurs, adultes et vieillards et qu’ils appellent de leurs vœux la disparition de l’État hébreu et la condamnation de ses enfants à l’exode, à l’exil, à l’éternelle errance. Les autres détestent tant les Arabes, et plus généralement l’islam, qu’ils soutiennent mordicus ou, au moins, assistent sans broncher depuis six mois à la réplique israélienne, démesurée, disproportionnée, inhumaine, et au massacre consécutif de dizaines de milliers d’innocents sur les ordres irresponsables d’un Premier ministre au front de taureau et du cabinet de guerre qui, autour de lui, ne tient que par la guerre et pour la guerre, jusqu’à ce que le dernier Palestinien soit privé de sa terre, chassé de sa terre ou enterré six pieds sous terre.

Ce que furent Shoah et résistance

Oui, le Hamas fonde sa stratégie et sa raison d’être même sur la terreur. Mais quel autre recours que le terrorisme un occupant dominateur, surarmé et décidé à faire régner sa loi laisse-t-il à la résistance ? « Terroristes », c’est ainsi que, pendant trois ans, les journaux de la France sous la botte appelaient systématiquement les résistants qui faisaient sauter les trains, assassinaient soldats allemands et collaborateurs français, vivaient de pillage et de hold-up. Les résistants ne voyaient pas d’autre moyen que la lutte armée pour mener leur combat.

Comment certains ont-ils pu assimiler les descendants, les frères, les fils, les survivants de la Shoah au système d’extermination nazi ? Quel rapport entre la volonté de faire disparaître dans des chambres à gaz l’intégralité d’une communauté humaine et la persécution, les spoliations, les humiliations, les injustices que divers gouvernements israéliens ont fait subir aux Palestiniens, à commencer par l’Autorité qu’ils avaient eux-mêmes reconnue ? La réalité, heureusement, ne va pas aussi loin que les apparences le donnent à croire, et singulièrement depuis que le Likoud de M. Netanyahou a eu besoin de l’appoint des fous furieux de partis religieux et fanatiques pour se maintenir au pouvoir. Mais quel Juif vivant ou plutôt survivant dans le ghetto de Varsovie, quel déporté agonisant puis mourant à Auschwitz ou à Treblinka aurait osé imaginer qu’un jour des élus, des ministres, des chefs de gouvernement issus de la judéité qualifieraient d’autres hommes, en l’occurrence des Palestiniens, de « sous-hommes » ou d’animaux humains ?

Où sont Rabin et Sadate ?

Qui, d’ailleurs, aurait prévu, en 1948, lorsque dans une rare volonté d’accord, en réparation du plus grand crime jamais commis contre l’humanité, l’ONU, sous l’égide des États-Unis, de l’URSS, de la Grande-Bretagne et de la France, portait sur les fonts baptismaux le tout jeune État d’Israël, que près d’un siècle plus tard, il se trouverait encore des mouvements politiques et au moins un grand État (l’Iran) pour contester à Israël non seulement le droit de se défendre mais celui même d’exister ? Il est vrai que ni Israël ni ses voisins arabes, les uns bénéficiant pourtant de l’aide américaine, les autres de la manne pétrolière, n’ont consacré autant de passion, d’énergie, de détermination, de volonté et d’argent à faire coexister deux communautés humaines génétiquement et profondément parentes qu’à les dresser l’une contre l’autre.

Pour avoir tenté de construire la paix, le président égyptien Sadate et le Premier ministre israélien Rabin sont morts, et ce n’est pas un nationaliste juif mais un frère musulman qui a assassiné Sadate. Ce n’est pas un forcené israélien qui a assassiné Rabin mais un juif « religieux » qui a assassiné Rabin. Nul, depuis, n’a pris la relève de ces deux grands hommes de bonne volonté.

On parlait couramment, au XIXe siècle, du concert des nations. En fait d’harmonie, ce sont plutôt, dans la conjoncture actuelle, les orques de Barbarie qui donnent le ton et le la. Tandis qu’Israël s’enlise dans le bourbier gazaoui, le spectre de la guerre plane sur nos têtes ou occupe déjà le devant de la scène. Guerre au Proche-Orient, guerre en Ukraine. Guerre au Sahel, guerre au Congo, guerre au Soudan, guerre au Yémen dès aujourd’hui. Guerre autour de Taïwan et, bouquet du feu d’artifice, demain Troisième Guerre mondiale ? Les aveugles qui nous gouvernent s’obstinent à nier un Grand Remplacement qui pourtant crève les yeux, et, parce qu’ils sont également somnambules, contribuent jour après jour, les yeux obstinément clos, au grand ensauvagement qui, un peu partout sur la planète, et d’ores et déjà autour de Gaza, sème à tous vents la haine et récoltera infailliblement la vengeance et la mort.

Dominique Jamet
Dominique Jamet
Journaliste et écrivain Président de l'UNC (Union nationale Citoyenne)

Vos commentaires

23 commentaires

  1. « la réplique israélienne, démesurée, disproportionnée, inhumaine, et au massacre consécutif de dizaines de milliers d’innocents sur les ordres irresponsables d’un Premier ministre au front de taureau et du cabinet de guerre qui, autour de lui, ne tient que par la guerre et pour la guerre, jusqu’à ce que le dernier Palestinien soit privé de sa terre, chassé de sa terre ou enterré six pieds sous terre. » C’est la façon de dire « sérieusement » ce que d’autres disent de manière humoristique “Netanyahou est une sorte de nazi mais sans prépuce” Monsieur Boyard approuve certainement.

  2. Bel article de M Jamet. Toutefois, je trouve qu’il est très généreux avec les palestiniens du Hamas en leur accordant des circonstances atténuantes très larges. Et M.Nettanayou n’est pas aussi débile qu’il l’écrit. En Israël, les dirigeants connaissent une réalité que d’ici nous ne pouvons pas comprendre. Des milliers de Palestiniens travaillent en Israël, et des milliers d’arabes sont citoyens Israéliens. Mais jamais les musulmans ne laisseront cet état vivre en paix. L’histoire nous enseigne les conquêtes islamiques. Et en France nous ne soumettons pas les musulmans à l’humiliation, et pourtant ils tuent et tuent encore. Leur existence est consacrée à l’avènement du califat et ils se servent de nous pour se renforcer jour après jour. Le 7 octobre a prouvé une fois de plus que nous devrions être sur nos gardes. Entre Israël et les Juifs, et les musulmans islamistes mon choix est sans aucune hésitation. Et chez nous, nous devrions enfin mettre un terme à l’arrivée de musulmans qui seront très vite des fous d’Allah. Nos enfants et petits-enfants ont devant eux un avenir guerrier.

  3. Quand bien même il faut y œuvrer sans cesse, la paix n’est qu’une anomalie des trajectoires humaines. Le propre de l’homme c’est la guerre.
    Dans celle entre Israël et le hamass, elle n’est que le prolongement millénaire de celle entre le monde juif et le monde musulman après avoir été celle entre le monde juif et le monde chrétien, toujours latente d’ailleurs.
    On peut bien sûr agonir de critiques Netanyahou et son bellicisme, mais de là à considérer que le pogrom du 7 octobre n’était que la seule réponse possible du faible palestinien au puissant israélien, c’est tout à fait injuste et disproportionné. Que je sache, Gaza et la Cisjordanie n’ont jamais été traités comme les Allemands traitèrent le Ghetto de Varsovie (et tous les autres d’ailleurs), et les Israéliens n’ont jamais mis en œuvre, ni même imaginé, une solution finale pour les Palestiniens. En revanche les égorgeurs et éventreurs sont bien de l’autre côté, ceux qui prônent la disparition pure et simple d’Israël aussi. Si l’Occident qui a renoncé à tout, sauf à ses lâchetés, à l’injustice et à sa propre décadence, consentait à négocier avec des terroristes, le préalable incontournable de départ devrait être la libération des otages et l’abandon de leur doctrine d’éradication d’Israël. On en est loin.

  4. Gloser et commenter …peut éclairer, donc être utile.
    Mais geindre sans proposer de solution est inutile et déprimant.!
    Agissons, soyons enfin acteurs de notre destin : « RECONQUËTE » (le vote utile) nous en donne les moyens .
    Bonne journée.

  5. « sur les ordres irresponsables d’un Premier ministre au front de taureau et du cabinet de guerre qui, autour de lui, ne tient que par la guerre et pour la guerre, jusqu’à ce que le dernier Palestinien soit privé de sa terre, chassé de sa terre ou enterré six pieds sous terre. »
    Formule excessive s’il en est. Depuis quelque temps on entend cette petite musique : tout est la faute de Natanyahou. A défaut de pouvoir franchement critiquer Israel, on s’en prend à son premier ministre, chargé de tous les péchés. C’est facile de l’affirmer puisque des israéliens eux mêmes l’affirment. Mais il faut savoir que ceux-ci sont des gauchistes qui sont fous de rage de ne pouvoir arriver au gouvernement par les urnes et essaient de déstabiliser le gouvernement actuel par tous les moyens. Un peu comme en France…..

  6. Ce gouvernement qui a l’heur de vous déplaire a été élu démocratiquement, la coalition qui en découle est effectivement un problème mais c’est aux Israéliens de décider et vous insultez les animaux car aucun animal ne violerai, ne découperai, ne massacrerai ainsi leurs congénères quant au massacre soit disant perpétré par l’armée Israélienne la guerre qui a été déclenchée par le Hamas fait en effet des victimes il reste au Hamas à déposer les armes et à se rendre ainsi les palestiniens seront saufs.

  7. Votre article Monsieur Jamet apporte la preuve que ceux qui sont « étudiants » ; et je me place sur le plan français uniquement ; n’ont rien appris de l’histoire en général, alors au collège.
    Ils ont une excuse ces étudiants, l’éducation nationale est au mains des gauchistes depuis des décennies, et il n’y a pas mieux qu’un gauchiste pour décortiquer l’Histoire, avec un H, et la donner en pature assaisonner à son avantage.

  8. La guerre civile et fratricide entre arabes et juifs existe depuis Abraham ! Pourquoi veut-on résoudre ce conflit, nous, qui sommes très peu concernés ? D’ailleurs les arabes aussi sont descendants de Sem (fils de Noé). Pourquoi parle-t-on d' »antisémite » QUE en ce qui concerne les juifs ?

  9. D’après Dominique Jamet, les Israéliens auraient dû dire aux bourreaux sanguinaires et barbares du hamas :  » Encore un peu messieurs les bourreaux ». La prochaine fois on vous ouvrent les frontières !!
    Ce monsieur n’a même pas une pensée pour les otages, dont nombreux doivent déjà avoir trépassés sous les coups des barbares. Croit-il un seul instant, si un cessez-le-feu était signé, que pour autant la pourriture du hamas libérerait le reste des otages. Je pose cette question à laquelle j’aimerais une réponse de la part de Monsieur Jamet.

  10. Voilà un commentaire courageux. Le terrorisme est l’arme des faibles depuis toujours. C’était le cas des juifs qui dès les années vingt développèrent le terrorisme en Palestine mandataire. Car c’est le fond du problème ; il y aura toujours du terrorisme palestinien tant que ne sera pas résolue les sort de cette population du proche-orient. On a raison de dénoncer l’absolutisme de l’OLP et du Hamas. Mais on ne doit pas pour autant oublier la volonté, sauf exception comme Rabin, des dirigeants israéliens qui sont farouchement opposés à la création de l’État palestinien. Il n’y aura pas de solution tant qu’une autorité n’imposera pas une solution intelligente aux juifs et aux palestiniens.

    • Vous faites erreur : à de nombreuses reprises les israéliens ont proposé aux autorités palestiniennes la création d’un état : il y a eu Camp David en 2000 : Ehud Barak, 1er ministre d’Israel propose à Arafat de créer un Etat palestinien sur 90% de la Cisjordanie avaec Jérusalem Est comme capitale. Refus d’Arafat. En 2001 à Taba, idem : encore refus d’Arafat. En 2008, plan Olmert : 94% de la Cisjordanie proposé à Mahmoud Abbas, président actuel de l’AP, yc Jerusalem Est . Refus de Mahmoud Abbas.
      Le problème c’est que les gens ne sont pas informés et se laissent avoir par la propagande.

  11.  » Les aveugles qui nous gouvernent s’obstinent à nier un Grand Remplacement qui pourtant crève les yeux, et, parce qu’ils sont également somnambules, contribuent jour après jour, les yeux obstinément clos, au grand ensauvagement qui, un peu partout sur la planète, sème à tous vents la haine et récoltera infailliblement la vengeance et la mort.  » C’est exactement ce qui se passe au jour d’aujourd’hui , pauvres de nous . Quel avenir pour nos petits si on ne fait rien .

    • Il n’y a pas d’aveugles mais des gens avec une feuille de route déterminés à détruire la France pour imposer le mondialisme. Déjà en 1999 des jeunes femmes autour de moi m’avaient annoncé ne pas vouloir d’enfant car l’avenir leur faisait peur. Choquée à l’époque, je ne le suis plus aujourd’hui. Mon seul regret, car je suis très âgée, c’est de laisser des enfants et des petits enfants. Je n’attends pas grand chose des élections, les gens sont trop manipulés et occupés par leur vie ce qui est normal,pour voir ce qui se trame tous les jours, dans le plus grand silence.

  12. Des décennies d’immigration a dominante musulmane venant du Moyen Orient et du continent africain ont bien installé le grand remplacement . Faire la guerre avec quels soldats ? des soldats issus de la diversité dont une bonne partie sont musulmans ? Un général anglais a fait remarquer au ministère de la Défense britannique que vu le nombre de militaires issus de la diversité dans les armées britanniques , il était impossible d’entrer en conflit contre de nombreux pays . La France il y a quelques années a du faire face à deux mutineries sur des navires , des marins musulmans refusant de tirer sur leurs frères en religion (relaté par le journal l’Humanité.

  13. Tout cela est très juste mais il faut toujours à tout prix éviter d’acculer un ennemi même inférieur en puissance à fortiori si il est supérieur. Acculer Israël à la riposte a été criminel. Je m’aperçois que tous mettent leur goutte d’huile sur le feu. USA France pays arabes israel Ukraine Russie pardon pour les oublis en Asie et ailleurs. L’intelligence voudrait qu’on freine d’urgence mais il semble que personne ne veuille.

  14. Orgue de Barbarie, et non « orque ». L’orque est un mammifère marin.

    L’orgue de Barbarie : un instrument fascinant et riche en histoire. C’est un instrument de musique mécanique à vent qui a connu une grande popularité en Europe du XVIe au XIXe siècle. Il fait partie de la famille des automatophones, ces instruments qui produisent de la musique grâce à des procédés mécaniques, comme les boîtes à musique ou les carillons.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois