[Chronique] Macron, encore trois ans : c’est long, très long. Trop long ?

©shutterstock_editorial_2142921871
©shutterstock_editorial_2142921871

Il y a quelques jours, Emmanuel Macron a fêté la septième année de son arrivée au pouvoir. La presse s’est arrêtée à cette date symbolique car elle évoque le septennat que Chirac avait troqué pour le quinquennat. Par pur opportunisme en raison de son âge. Décidément, la famille politique de LR n’a cessé de trahir l’héritage du général de Gaulle. Et persiste et signe en matière européenne, puisque ses députés siègent et siégeront, s’ils passent la barre des 5 %, au PPE, parti favorable à une Europe supranationale.

Un bilan désastreux

Le bilan du président de la République est évidemment désastreux pour la France. Peu lui importe, en vérité, car il n’y croit plus. Le système avait promis le chaos si Mme Le Pen était élue. Or, une litanie désastreuse ponctue le « septennat macronien » : gilets jaunes, gestion ubuesque et liberticide de l’épidémie de Covid-19, réforme des retraites mal fagotée, émeutes dans les banlieues, crise agricole, immigration incontrôlée (de 2017 à 2023, 274.630 titres de séjour en moyenne par an et, depuis 2022, 321.023 en moyenne par an [sources Observatoire de l’immigration]), quartiers abandonnés au contrôle de cartels de la drogue, ensauvagement de la société, « Frères musulmans qui sont sur le point de franchir un point de bascule » en France (Darmanin, Europe 1, 6 mai 2024), augmentation de l’insécurité et de la délinquance (hausse de la plupart des indicateurs en 2023, homicides +5 %, tentatives d’homicides +13 %, violences sexuelles +8 %, cambriolages +3 %, violences contre les forces de l’ordre +4,1 %, plus de 15.000 policiers blessés en 2023... [Vie publique]), alignement sur les États-Unis en matière de politique internationale, soumission servile aux oukases de l’Union européenne, crainte des réactions de « la rue arabe » sur notre sol, effondrement de l’hôpital public, déserts médicaux, baisse de la qualité de l’enseignement dans les classements internationaux, endettement de 3.100 milliards d’euros, déficit public atteignant 5,1 % du PIB en 2024, et qui devrait encore croître dans les deux années à venir, menaces sur l’épargne des Français, fardeau administratif et fiscal qui pèse sur ceux qui travaillent et créent de la richesse…

Nulle vision, nulle inspiration

À tout cela, il convient d’ajouter les propos présidentiels dépréciateurs à l’égard des Français qualifiés de « Gaulois réfractaires » qu’il a fallu « apprendre à aimer » ou encore le déni de la spécificité culturelle française (Lyon 2017, « Il n’y a pas une culture française, il y a une culture en France et elle est diverse ») et une étrange fascination pour la mort qui se traduit par la multiplication des oraisons funèbres, l’euthanasie ou encore l’inscription, dans la Constitution, d’une liberté d’avorter que nul ne menaçait. Ce lugubre personnage semble avoir une étrange jouissance à dégrader ce qui fait la France, sa culture, son Histoire, son avenir. Transgression et provocation semblent être les deux moteurs de son action qui n’est qu’impuissance. Il joue le « fier-à-bras » à propos de l’Ukraine mais a besoin de la béquille européenne, Ursula von der Leyen, lorsqu’il reçoit le nouvel empereur de Chine, XI Jinping, qui le regarde comme Raminagrobis regardait les plaideurs de la fable.

Trois ans de plus pour ce fossoyeur de la France condamnent ses successeurs à un travail colossal de redressement. À la vérité, l’homme traîne avec lui l’héritage des « partis de gouvernement » qui l’ont précédé, que ce soient les socialistes ou le centre droit UMP/LR qui, avant lui, ont laissé dériver la politique française dans la gestion technocratique de l’appareil d’État et le déni sur les enjeux les plus importants tels l’immigration, la perte progressive mais continue de la souveraineté de la France ou le poids excessif des administrations sur les forces vives. Loin de changer le cours des choses, Macron l’a accéléré. Nulle vision, nulle inspiration. La grisaille technocratique et le rejet des réalités qui dérangent. Nous sommes à cent lieues de De Gaulle, qui écrivait : « Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France. Le sentiment me l’inspire aussi bien que la raison. Ce qu’il y a en moi d’affectif imagine naturellement la France, telle la princesse des contes ou la madone aux fresques des murs, comme vouée à une destinée éminente et exceptionnelle » (Mémoires de guerre).

La future alternance ne pourra qu’être radicale si elle veut réussir. Il faut rompre avec le système car il ne peut plus être réformé. Il est usé jusqu’à la corde, comme l’Ancien Régime à la fin du XVIIIe siècle, par la sclérose et l’aveuglement de l’oligarchie en place, coupée du réel et de la vie des gens. Souvenons-nous de l’avertissement de Churchill : « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. »

Stéphane Buffetaut
Stéphane Buffetaut
Chroniqueur à BV, élu de Vendée, ancien député européen

Vos commentaires

42 commentaires

  1. Trop long en effet , mais il bénéficie d’un socle de partisans d’environ 25 % son électorat d’origine , vieux et fortuné qu’il a comblé de cadeaux fiscaux , et qui ont la reconnaissance éternelle , Et ils ont les moyens d’éviter les inconvénients de l’immigration massive.

    • Ne pas mettre tous les vieux dans le même panier svp. Je suis vieux et non fortuné et je n’ai pas souvenir de cadeaux fiscaux. Je n’ai jamais voté pour un type qui déjà au début de ses prestations électorales ne m’inspirait aucune confiance et qui a confirmé mes soupçons quant à ses futures prestations.

  2. On ne peut etre que d’accord avec le contenu de cet article. Macron mene la France droit vers le mur a cause de ses echecks passe et a venir jusqu’en 2027. Le 9 juin a 20 h 01, tous Les regards des commentateurs et des chroniqueurs vont se tourney vers l’Elysee. Que va-t-il faire apres l’echec de Valerie Hayer ? Il a deja declare qu’il ne changerait pas de politique. C’est deja inquietant. C’est un premier bras d’honneur aux Francais qui le rejetent en le sanctionnant.

    • Il est capable de jouer la carte du pourissement en attendant que la rue reagisse par des manifestations et des violences. Le vote d’une motion de censure sera une premiere bouffee d’oxygene pour le pays qui etouffe avec un manque flagrant de Democratie et de debats au senat et a l’assemblee nationale. Attention cet ete aux decrets que la Macronie peut faire passer en catimini.

  3. « et une étrange fascination pour la mort ». Cela n’a rien d’étrange pour un Terminator programmé pour détruire la France, et qui le fait très bien. Avec exclusion systématique de tout ce qui pourrait être constructif.

  4. La future altenance….je dirais la prochaine et le mot alternance me tracasse aussi, cela veut dire que ce n’est qu’un épisode et que la descente reprendra après l' »alternance ». Et pour être crédible, il ne faut pas imiter Georgia qui cire les bottes de Brussels finalement. Il faut du chambard aussi à Brussels sinon, on fera comme l’Italie….

  5. En matière de culture (culinaire), il reste trois ans à Macron pour virer la brigade étoilée de l’Élysée qui lui sert repas de tous les jours et festins (1) lors d’invités internationaux pour la remplacer par un cuistot turc qui lui servira à tous les repas : kebab, couscous et loukoum au dessert, le tout « arrosé » de thé à la menthe !!

    1) Tout cela au frais de la princesse contributive, bien entendu !!

  6. Oui, beaucoup beaucoup trop long et trop dangereux pour la France ! Mes jeunes, ayant fait des études supérieures, envisagent de quitter la France bien qu’ils aient des postes intéressants. Et pour ne pas être trop éloignés d’eux, il ne nous restera plus qu’à les suivre. Mais ce n’est pas grave, les hordes d’immigrés attendent et arrivent tous les jours en France. Et comme diraient nos islamo gocho, l’immigration est un enrichissement, donc pas de souci à se faire pour l’avenir de ce qui était un beau pays, la France.

    • Oui, nous laissons faire, mais ni vous ni moi ne pouvons rien, mais les gens que nous avons élus, théoriquement des opposants ? ils ne font rien non plus, il faudrait sans doute réduire drastiquement leur salaire ??? !!!

    • Il ne pourra pas rester. Si, le 9 juin, les macroniens font 16 %, le RN 32, R! 6, et LR 8 %, soit un total proche de la majorité des Français : motion de censure, cohabitation impossible, dissolution, législatives anticipées et nouvel échec encore pire. Il essaiera peut être l’article 16 en prétendant que les traités européens sont menacés. Mais ça ne dure que 2 ou 3 mois. Des millions de Français dans la rue, démission, présidentielles début 2025. Patriotes et républicains, unissons-nous, soyons prêts à toute éventualité.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois