Malgré des facilités dues à l’esthétique baroque du cinéaste, Paolo Sorrentino interpellerait-il l’Église actuelle sur son manque de radicalité et sa soumission aux caprices du monde ?

26 octobre 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Laurent Dandrieu : « Il est urgent de nous réapproprier notre culture, d’apprendre à connaître et à aimer nos trésors civilisationnels »

Pour autant, je n’ai pas le sentiment d’être de ceux qui discutent du sexe des anges tandi…