Maître Jérôme Triomphe est l’avocat des parents de Vincent Lambert.

Les parents de Vincent Lambert viennent de déposer une plainte contre le CHU de Reims, pourquoi ?
Parce qu’ils avaient annoncé qu’ils le feraient si l’hôpital et son épouse gardaient le même comportement invraisemblable à l’égard de Vincent.
On ne peut plus attendre, l’hôpital et les médecins visés se sont totalement discrédités : le docteur Daniela Simon, responsable du service dans lequel se trouve Vincent, vient de reprendre une procédure pour le faire mourir alors qu’elle est en conflit d’intérêt majeur.
D’abord, c’est ce même médecin qui avait, avec le docteur Oportus, fait pression sur le docteur Kariger (ancien chef de service) lors de la procédure collégiale de 2013, pour que les parents de Vincent ne soient pas informés de cette procédure ni de la décision de mort prise ! Pouvait-elle mépriser davantage la famille ?
Et on voudrait nous faire croire aujourd’hui qu’elle s’apprête à prendre une troisième décision en toute indépendance ? Mascarade !

Vous parlez de "conflit d’intérêt" à propos du docteur Simon, qu’en est-il exactement ?
C’est aussi simple qu’ahurissant : le docteur Daniela Simon accompagnait Rachel Lambert qui souhaite la mort de son mari, à l’audience de la CEDH ! Et elle n’était pas seule : à la demande écrite de l’avocat de Rachel, ce sont 4 personnes du service, qui est censé aujourd’hui réfléchir de manière impartiale, qui ont accompagné Rachel. La CEDH a porté les Dr Simon et Oportus comme étant les « conseillers » de Rachel auprès de qui elles comparaissaient !

La plainte accuse notamment les docteurs Simon et Oportus de tentative d’assassinat… Pourquoi ?
Parce que c’est exactement ce qu’ils ont essayé de faire à Vincent en avril et mai 2013 : cette première procédure a été déclarée illégale par la Justice. Même si la 2ème a été validée, puisque Daniela Simon veut reprendre une décision de mort alors qu’elle est conflit d’intérêt majeur, nous la poursuivons pour ce qu’elle fait en 2013. Elle est totalement discréditée et disqualifiée.

La plainte évoque également la maltraitance, la violence et le délaissement d’une personne fragile, en l’occurrence Vincent Lambert. Qu’en est-il exactement de cette maltraitance ?
Vincent Lambert est privé des soins de kinésithérapie depuis plus de 1.000 jours ! Ce sont des soins obligatoires pour les patients immobilisés dans l’état de Vincent.

Qu’en est-il des "séquestration et privation de liberté" également évoquées dans la plainte ?
Depuis janvier 2014, Vincent est enfermé à clé dans sa chambre, il y a une caméra qui le surveille, les parents sont obligés de déposer une pièce d’identité avant d’entrer, les amis n’ont pas accès à la chambre… Et deux vigiles sont même postés devant sa chambre depuis quelques jours !
A la base, ce dispositif était censé empêcher qu’un "déséquilibré" vienne tuer Vincent.
En réalité, ce sont ses parents et Vincent lui-même qui subissent ce dispositifpuisqu’il est impossible de simplement le promener à l’air libre pendant quelques dizaines de minutes.
Ce dernier est un patient, mais il vit dans un univers carcéral.
L’hôpital se comporte comme s’il était le propriétaire de Vincent, ce qui est inacceptable.
La plainte vise également le docteur Kariger pour violation du secret médical dans le livre qu’il a écrit sur cette affaire. Tous se comportent sans le moindre respect pour Vincent !

Viviane et Pierre Lambert souhaitent aujourd’hui que leur fils soit transféré dans un autre établissement… Pourquoi n’est-ce pas fait ?
Pourquoi ? Il faut le demander au CHU, il n’y a absolument aucune raison valable.
Il y a actuellement une demi-douzaine d’établissements qui sont prêts à l’accueillir.
Daniela Simon a osé déclarer à la famille le 15 juillet que, « médicalement (sic), le transfert n’est pas de l’intérêt de Vincent » ! L’intérêt de Vincent serait donc de le tuer ?

La plainte évoque également le "faux et usage de faux". Qui cela vise-t-il ?
Jusqu’à ce jour, les parents ont voulu ménager Rachel, l’épouse de Vincent. Ce n’est plus possible. Toutes les décisions de mort ont été justifiées par ses déclarations. Or, nous avons démontré qu’elle a menti de manière spectaculaire.
Dans deux attestations du 24 décembre 2013 produites en justice, elle déclarait qu’elle était toujours domicilié à Reims, sans doute pour laisser entendre qu’elle était une épouse dévouée, proche au quotidien de son mari handicapé.
Il n’en était rien. A l’époque, cela faisait déjà quatre mois déjà que Rachel vivait en Belgique où elle a refait sa vie. Ce n’est pas un jugement de valeur. Tout le monde peut très bien comprendre sa situation. Mais pas au prix du mensonge et de la mort d’un homme.
A l’inverse, les seuls au quotidien au chevet de Vincent, ce sont ses parents, à qui on refuse le transfert dans un autre établissement.

Concrètement, qu’en est-il aujourd’hui ? Une question d’heures, de jours ?
Le docteur Simon a convoqué une procédure collégiale le 15 juillet et annonçait le lendemain que sa décision était prise. En réalité, sa décision a toujours été prise, elle fait semblant d’y réfléchir.
Sauf rebondissement, nous savons tous ce qu’elle annoncera le 23 juillet.
Si le docteur Simon décide une fois de plus de tuer Vincent le 23 juillet, nous repartirons en référé liberté. Ce n’est certainement pas à ce médecin discrédité, disqualifié, en conflit d’intérêt spectaculaire, de prendre une décision !

Et comment va Vincent ?
Vincent n’est branché à aucune machine qui le maintiendrait en vie. Il n’a besoin que d’être nourri et hydraté, comme n’importe quel être humain, comme un nourrisson.
Du 12 au 17 juin, et de nombreuses autres fois depuis, Viviane Lambert a nourri et hydraté son fils par la bouche et l’a filmé : il déglutit sans difficulté et il faut donc le rééduquer à manger par la bouche ! Mais dans ce cas, on ne pourra plus justifier sa mise à mort par arrêt de son alimentation et de son hydratation donnée par sonde.
Pourtant, le 15 juillet, le docteur Simon a refusé de regarder la vidéo ! C’est un aveu ! Le but de ce médecin n’est pas que Vincent Lambert vive, mais qu’il meure.
Il va falloir maintenant qu’elle rende des comptes et nous ne la laisserons pas faire son œuvre de mort.

Entretien réalisé par Charlotte d'Ornellas

19 juillet 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.