Editoriaux - Presse - 30 avril 2015

L’erreur fatale de Serge Atlaoui : prendre l’Indonésie pour une France avec des palmiers

Citoyen français pour la presse hexagonale, mais franco-algérien selon les journaux nord-africains, Serge Areski Atlaoui n’avait peut-être pas compris qu’il travaillait pour des fabricants de drogue. Mais ignorait-il qu’il violait les lois indonésiennes en travaillant au noir avec un simple visa touristique ? Son erreur fatale fut probablement de prendre l’Indonésie pour une France avec des palmiers, de confondre Joko Widodo et Christiane Taubira.

En France, des individus connus et surveillés par les services de police peuvent se procurer des armes et commettre des assassinats, des coupables sont relâchés, des récidivistes récidivent. En France, l’on peut être ministre et planquer son argent en Suisse, siéger à l’Assemblée nationale ou au Sénat sans payer ni impôts ni PV, occuper des emplois fictifs, employer des salariés au noir. En France, l’on peut également souhaiter la dépénalisation de la drogue, être tolérant avec les trafiquants et ouvrir des salles de shoot. Pas en Indonésie.

Alors, on tente le joker « Je suis Français », comme Michael Legrand, citoyen américain, condamné à mort pour meurtre, en 2001, en Louisiane : deux ans plus tard, grâce à un oncle adoptif, il obtient la nationalité française et la protection consulaire. Cette même nationalité française revendiquée par Chan Thao Phoumy, Franco-Laotien né au Laos, condamné à mort pour trafic de drogue en Chine, mais aussi par le Franco-Algérien Stéphane Aït-Idir et le Franco-Marocain Redouane Hammadi menacés de la peine capitale pour avoir participé à l’attaque faisant deux morts dans un hôtel de Marrakech.

Hélas, la nationalité française ne donne pas tous les (passe-)droits ! Elle présente certains avantages, mais principalement sur notre territoire : ainsi, Jean-Marc Thivind, de nationalité uniquement française (!), condamné pour braquage à 6 ans de prison en 1985, puis pour trafic d’héroïne à 5 ans de prison, a pu bénéficier d’une permission de sortie, durant laquelle il a tranquillement renouvelé son passeport à la préfecture et pris un avion pour la Thaïlande… où il vivra paisiblement pendant 12 ans, avant d’y être condamné à mort pour le meurtre d’un ressortissant allemand.

Possiblement complice de trafic de drogue, est surtout coupable de se comporter comme certains Français en France. Or, l’Indonésie n’est pas la France, elle possède ses lois et les applique. Le père d’un ado mort d’overdose n’y sera pas épinglé sur le mur des cons. Joko Widodo et Christiane Taubira vident les prisons, mais chacun à sa manière !

Serge Atlaoui n’est qu’un pur produit de notre « République ». Il mérite de vivre, de se repentir et de témoigner, car c’est notre système laxiste et décadent que nous devrions condamner à mort.

À lire aussi

Ces comportements peuvent vous sauver…

Le multiculturalisme, c’est vivre ensemble, mais c’est également vivre avec le terrorisme.…