Culture - Editoriaux - Politique - Société - 18 juillet 2016

Immigration, islamisation : mais que fait donc Marine Le Pen ?

Plus la situation s’aggrave en France – l’attentat de Nice étant le dernier drame – et plus Marine Le Pen et son équipe semblent se « recentrer ». Bruxelles, le pouvoir des régions, le tout-sécuritaire, autant de sujets qui n’intéressent pas fondamentalement son électorat mais dont le FN fait actuellement son cheval de bataille.

Alors que les Français paraissent attendre plus que jamais l’émergence d’une personnalité à poigne et à main de fer, beaucoup commencent sérieusement à douter de la capacité de Marine Le Pen à apparaître comme la femme providentielle.
 
D’Orbán à Poutine, d’Assad à Erdoğan, les chefs d’État plebiscités par leurs compatriotes respectifs pour leur volonté sans faille et leurs actions chocs sont pourtant nombreux.

Quelqu’un pourrait peut être expliquer à Marine Le Pen qu’elle gagnerait plus de voix et d’adhésions en parlant de remigration, de déchéances massives de la nationalité, de blocage de construction de mosquée et d’instauration du droit du sang (rétroactif) plutôt que de se perdre en attaques sécuritaires et, finalement, assez basses visant Sarkozy et Hollande ?

Quelqu’un chez ses communicants pourrait-il lui expliquer qu’il ne sert à rien d’en appeler à la peine de mort pour les terroristes puisque, par définition, les islamistes veulent mourir ?

Non, Madame Le Pen, un policier derrière chaque citoyen et un état sécuritaire ne réglera pas le problème du terrorisme.

Non, la peine de mort n’est pas un frein à une idéologie qui ne craint pas la faucheuse.

Non, la construction de nouvelles places de prison ne règle pas le problème intrinsèque des sociétés multiculturelles, donc violentes.

Non, Bruxelles n’est pas responsable des errements de la politique étrangère française depuis des années.

Non, Bruxelles n’a pas imposé les lois Pleven, Fabius, Gayssot, Taubira qui empêchent toute « discrimination » au nom de la sécurité de tous et toute liberté d’expression aujourd’hui en France.

Vous portez jusqu’à présent encore des millions de voix d’électeurs qui espèrent un grand coup de balai. Mais ne perdez pas de vue que ces électeurs peuvent aussi vous balayer si vous vous moquez d’eux, et cela avant même d’arriver dans l’antichambre du pouvoir !

À lire aussi

Apologie du terrorisme, internement des fichés S : êtes-vous devenus fous ?

En applaudissant ces condamnations, vous ne pourrez pas demain, pleurer ici parce que des …