M. Le Maire, les cons noirs vous saluent

Ecrivain, journaliste
Son blog
 

Le 23 février, Bruno Le Maire avait annoncé sa candidature depuis « la France périphérique » – entendez Vesoul, petite ville emblématique dont Brel a vanté la vie trépidante comme Delpech a fait la promo de celle du Loir-et-Cher.

On se doutait que Bruno Le Maire n’y resterait que le temps de la photo.

Le voilà donc, quatre jours plus tard, en campagne à Paris. Dans le IXe arrondissement. Le Figaro raconte : « À sa descente rue des Martyrs, un couple d’homosexuels l’alpague : “On s’est sentis montrés du doigt pendant tout le mariage pour tous.” Bruno Le Maire acquiesce et dénonce “la connerie noire” de tous ceux “qui prétendent ou ont prétendu” qu’ils reviendront là-dessus. »

Eh bien, disons-le tout de go : les « cons noirs » le saluent. Et se le tiennent pour dit. Bruno Le Maire peut se brosser pour les primaires.

Parce que si les homosexuels se sont « sentis montrés du doigt » durant tout le mariage pour tous, au moins, eux n’ont-ils pas été objectivement insultés. Et par un homme, en sus, qui se prétend fin, délié et mesuré. Et soi-disant « de leur côté ». Avec cette manie insupportable de la droite de malmener son propre électorat comme une vieille maîtresse trop amoureuse qui encaisse tous les gnons et de faire de gros câlins à l’électeur de gauche, tellement, mais tellement plus sexy !

Parce que tout sombres crétins qu’ils sont, ils ne le sont pas encore assez pour imaginer que le « renouveau » de la droite pourrait s’incarner dans cet Alain Juppé botoxé. C’est une révolution copernicienne qu’il faut aux LR, pas un tour de tricycle dans le square. Et dire que, dans Valeurs actuelles, Bruno Le Maire vient d’affirmer : « Moi, je suis la France gaulliste, traditionnelle et catholique. » Si on lance un concours de « connerie noire », qui va gagner ? Je crois savoir.

Parce que des inepties, puisqu’on en parle, ils en ont avalé, de toutes les couleurs celles-là, et qu’ils en ont comme qui dirait leur claque : prétendre que l’on va tout changer en grattant de l’ongle une trace de ketchup sur la nappe (« Il faut expulser les fichés S ! ») quand il faudrait retourner la table ? C’est le mondialisme, dont on trouve aussi les métastases dans le terrorisme, qui tue notre pays à petit feu, comme un cancer consume lentement le vieillard. Et son épicentre est dans la destruction de la famille, partant, dans celle du mariage.

Parce qu’ils ont beau être d’obscurs idiots, ils savent à peu près lire, et justement, le récent bouquin de Bruno Le Maire, dont le titre hésite entre Guillaume Musso et Stéphane Hessel, les inspire : Ne vous résignez pas ! C’est vrai, ça. Il ne faut pas se résigner, les gars ! Se résigner à voter contre ses idées. Ce serait trop bête. De la connerie noire, en somme…

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.