La francophonie, pour une France forte dans un monde multipolaire

Géopolitologue

Député français au Parlement européen

 

Espace culturel, politique et économique qui s’étend sur cinq continents et compte 77 États, soit 12 % de la population mondiale (c’est-à-dire 12 fois le poids démographique de la France !), la francophonie d’aujourd’hui est constituée pour moitié de pays qui n’ont jamais été colonisés, ni par la France ni par la Belgique. La richesse globale de l’ensemble francophone, bien sûr encore fortement concentrée sur les pays d’identité européenne et occidentale, pèse déjà 10 % de la richesse mondiale et constitue un espace de croissance forte, de l’Europe de l’Est jusqu’en Afrique, en passant par l’Asie.

La recherche de contrepoids géopolitiques face à des voisins puissants (comme l’Allemagne, la Russie, la Chine ou l’Afrique du Sud), la création d’opportunités économiques avec des pays d’autres continents, la proximité avec la France, puissance nucléaire et membre du Conseil de sécurité, font de l’Organisation internationale de la francophonie une ONU en modèle réduit qui renforce l’influence française.

Malheureusement, nos « élites » de courte vue délaissent ce magnifique outil au profit d’une Union européenne dont nous mesurons chaque jour davantage l’échec. Elles ne voient pas l’importance du multilinguisme dans un monde de plus en plus multipolaire, pas plus d’ailleurs que les efforts des pays émergents (Brésil, Indonésie, Chine…) pour promouvoir leur langue. Pourtant, chez nous, de brillants avocats de la francophonie, tels Michel Guillou ou Albert Salon, ne manquent pas de nous rappeler, tous les 20 mars, les perspectives immenses qu’offrirait une francophonie devenue priorité gouvernementale.

Certes, la France appartient à la civilisation européenne, et celle-ci doit conserver un horizon européen, à condition toutefois que celui-ci s’arrime au génie des nations et non aux intérêts de multinationales globalisées.

Mais l’horizon français ne saurait être réductible à la seule Europe. Notre vue est nécessairement ultra-marine et mondiale !

Jusqu’à présent, c’est vrai, la francophonie a souvent été le prétexte à la promotion du métissage (multiculturalisme et multiethnicisme) et du mythe de la dette coloniale, ce sempiternel refrain d’un tiers monde pillé par l’Europe. Pour certains, l’idée francophone est même prétexte à amplifier une immigration qui tue la France à petit feu. Nous devons donc faire comprendre à nos amis et partenaires que la coopération francophone n’a pas vocation à fournir davantage de visas et d’aides. L’arrêt de l’immigration de peuplement en France (francophone ou non) devrait être notre priorité absolue et il nous faudra un jour l’assumer dans les enceintes institutionnelles de la francophonie. Mais cette volonté ne saurait se confondre avec la fin de la circulation des étudiants, des universitaires ou des acteurs économiques à l’intérieur de l’espace francophone.

Si cette condition de protection de notre identité est remplie, la francophonie pourra alors redevenir un véritable atout français dans le monde multipolaire.

Aymeric Chauprade
Géopolitologue
Député français au Parlement européen

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


Député français au Parlement européen

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.