Voici la réponse de l’État : une appli. Oui, une appli : SAIP, le “Système d’Alerte et d’Information des Populations” pour lutter contre l’ennemi qui égorge, écrase, tire sur la foule, fonce sur des familles. L’État se la joue start-up, Silicon Valley, et 2.0. Valls se prend pour Bill Gates, Cazeneuve pour Steve Jobs. 80 millions d’euros pour une appli smartphone de lutte antiterroriste. C’est la guerre Pokémon : clic droit je me sauve, clic gauche je me cache. Zut, on m’a vu, je vais mal finir dans une des mille vidéos YouTube publiées chaque mois par l’État islamique. Pas grave, je vais faire le buzz.

Voici la priorité du sommet de l’État : la communication. Il est admis, en haut lieu, qu’on ne peut pas éviter d’attentats. Qu’il faudra vivre avec, pour vivre ensemble. Nos décideurs sont résignés, déjà soumis : c’est la rançon de leur maintien au pouvoir. Pour cela, maîtriser sa communication. Savoir quoi dire aux gens. Restez chez vous. Sortez. Votez. Rentrez chez vous.

Ridicule petite appli, qui envoie des messages deux heures après à des gens qui viennent de perdre leur famille. Gadget insensé à 80 millions. Pour la télécharger : iOS, Android

Les Français, exemplaires dans l’épreuve, ne craignent pas d’être frappés sur la joue gauche après la droite. Leurs représentants politiques, eux, s’autorisent à leur donner des leçons et agitent encore le spectre de l’extrême droite, le même que depuis 30 ans, paravent de leur gabegie, cache- de leur inaptitude, épouvantail à gogos pour se faire une respectabilité. Et si, malgré le désastre, une critique fuse contre le gouvernement, une incohérence apparaît dans le fonctionnement de l’État, on fait sa sucrée, on s’indigne, on fronce le sourcil, on gronde, on porte plainte.

Vivre ensemble, vivre ensemble, répètent-ils. Pour vivre ensemble, il faut de puissantes règles de vie sociale : Les Dix Commandements, par exemple. Ils les ont tous abolis. Le mariage, outil millénaire de paix civile, est en voie de disparition. Les familles, premiers lieux de socialisation s’autodétruisent sous l’influence d’un devenu absolu. Les églises, propriété de l’État, sont vides. Voici qu’on y égorge les prêtres sur l’autel, dans une mise en scène de Hellfest, digne de 1793.

Messieurs les dirigeants politiques, mettez une cravate noire et gratifiez-nous d’un grand silence, tête baissée. C’est tout ce que nous voulons voir et entendre.

Donnez-moi 80 millions d’euros, je recrute, je forme et je rémunère 2.000 hommes armés pour protéger la France et les Français pendant un an.

30 juillet 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.