Accueil Editoriaux Pourquoi je ne suis pas allée voter Poisson ?
Editoriaux - Politique - 20 novembre 2016

Pourquoi je ne suis pas allée voter Poisson ?

Beaucoup m’ont posé la question et, comme je n’ai pas de problème avec ce genre de débat, je vais vous dire pourquoi je ne suis pas allée voter Poisson dimanche.

Parce qu’il est bien dommage que ce bon pater familias soit monté à bord de l’appareil vérolé de l’UMP…

Parce que les candidats à la primaire de la droite et du centre se sont engagés à soutenir le vainqueur et, franchement, comme preuve de liberté individuelle, on a vu mieux. Peut-être que Poisson se révélera rebelle dans les heures qui vont suivre ? Auquel cas, ce sera sa première trahison. Classe.

Parce que si nous avions voulu donner un coup de pied au système à la “Trump”, comme j’ai pu lire un peu partout, Poisson aurait réuni 500 signatures et se présenterait aux présidentielles hors primaire, et là, croyez-moi que certains rigoleraient moins…

Parce que lorsque je vois des conseillers régionaux PCD incapables de s’opposer (même un tout petit peu) à des dispositifs comme le Pass Contraception, je me demande bien où sont leurs convictions…

Parce que même si Poisson a été le seul à dire en ces termes qu’il est “contre l’avortement et la suppression de la vie de sa conception à sa fin naturelle”, en termes de programme politique, donc d’action concrète, il n’aurait jamais pu faire mieux qu’un certain autre parti patriote. Car, il l’a dit : il n’a jamais prévu de supprimer la loi Veil mais de créer une vraie alternative et de donner un VRAI choix aux femmes : cela ne vous rappelle rien ?

Parce que malgré son score, nous allons en parler trois jours et puis, dans dix, tout le monde l’aura oublié. Une gifle n’a d’effet que si elle est réelle comme un Trump qui remporte la présidence, pas fantasmée comme un Poisson qui a fait un joli score à des primaires mais ne les remporte pas pour autant…

Parce que lorsque j’ai dit aux élus du PCD que je voulais bien voter pour leur leader mais qu’ils devaient rejoindre le FN en cas de défaite – parce qu’ils en sont proches dans beaucoup de domaines – et qu’ils me répondaient que “ça n’allait pas être possible”, c’est à se demander si, en fait, tout ce petit monde n’essaie pas de voter “utile” sous couvert de voter par “convictions”…

Parce que beaucoup semblent oublier que ce cher Poisson est député, et que je ne connais pas de député qui ne souhaite pas briguer à nouveau son propre mandat…

Parce que lorsque je vois certains catholiques/pratiquants/anti-IVG/anti-mariage gay prêts à rempiler derrière Sarkozy, je désespère de cette mouvance qui se revendique “chrétiens de conviction engagés en politique” et je persiste à me dire que ce n’est pas un gage de fiabilité. Au contraire.

Parce que lorsque j’ai relu la dernière interview de dans Le Point, j’y ai quasiment vu le programme de la présidente d’un autre parti politique. Parti qui, localement, a déjà fait ses preuves, et qui a toutes ses chances de la mettre, cette gifle que nous attendons tous.

Alors non, je ne suis pas allée voter Poisson, parce que son alter ego existe déjà et qu’il faudrait vraiment que cette frange de la droite catholique cesse de se cacher en permanence devant une nouvelle figure émergente et accepte, enfin, de faire le pas. C’est le Rubicon qu’on vous demande de franchir, pas le Styx !

À lire aussi

Isabelle Surply réagit aux menaces de mort : « Le vrai visage de la haine est apparu »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleIsabelle Surply, candidate Rassemblement natio…