Monsieur Hollande veut « moraliser la vie politique ». Soit. Je prie d’abord le lecteur de bien vouloir excuser le des quelques modestes propositions que je vais lui soumettre, que d’aucuns qualifieront de démagogiques, réactionnaires, voire nauséabondes, mais je n’ai pas la chance d’être un technocrate subventionné par la manne publique, et par conséquent convaincu d’incarner la conscience morale de la République.

Simple citoyen, je commencerai par ce qui me semble quelques évidences :

– Mesure n°1 : inéligibilité à vie en cas de condamnation pour délit financier (abus de biens sociaux, corruption, etc.). Simple mesure de bon sens. Qui peut y être opposé, à part les principaux intéressés ?

– Mesure n°2 : non-cumul des indemnités.

– Mesure n°3 : abaissement drastique desdites indemnités de mandat. Pourquoi pas un alignement sur le salaire médian des Français ? La n’est pas un métier. L’élu, ou le ministre, est au service du citoyen. Il ne doit pas vivre indûment à sa charge. On nous répète : « Oui, mais dans ce cas, nos élites iront dans le privé, où ils gagneront beaucoup plus. » Grand bien leur fasse ! Si telle est leur conception de la cité, on trouvera mieux ailleurs…

– Mesure n°4 : suppression de l’École nationale d’administration. Les lauréats de ladite école n’ont pas vraiment prouvé leur efficacité depuis sa création, c’est le moins qu’on puisse dire… Par la même occasion, appliquons le même traitement à l’École nationale de la magistrature.

– Mesure n°5 : suppression du Sénat, au moins dans sa forme actuelle.

– Mesure n°6 : introduction du d’initiative populaire.

– Mesure n°7 : suppression du doublon conseil général/conseil régional, afin de ne conserver que trois niveaux (communal, provincial, national) et de limiter les magouilles discrètes des usines à gaz locales.

– Mesure n°8 : introduction du tirage au sort pour désigner une proportion de représentants dans chaque assemblée. Rien de plus démocratique. Chacun a sa chance, et le copinage est neutralisé.

Adopter ces huit premières mesures n’est pas difficile, il suffit au pouvoir d’en avoir la volonté. Mais cela requiert trois choses : que le Président soit un homme d’État, qu’il dégage la France du joug bruxellois, et qu’il fasse confiance au peuple français.

Autant dire que monsieur Hollande est disqualifié d’entrée…

13 avril 2013

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.