« Aider, loger, soigner », clame-t-on à gauche ; « nourrir, vêtir, blanchir », crie-t-on à droite. Et et droite de concert : « Il faut des bébés, il faut des bras, blablabla. » Mais pourquoi certains de nos concitoyens se démènent-ils pour que la France ouvre toujours plus grand ses portes aux clandestins ? Si beaucoup sont animés d'un idéal d'altruisme dont la sincérité ne fait pas de doute, quelques autres en revanche sont mus par un moins noble sentiment : le profit.

Alors que la région où j'habite prend sa part, forcée, à l'hébergement des « migrants », une information sur chacune des deux structures locales en fonction montre que l'accueil des étrangers peut constituer un véritable fonds de commerce, un gagne-pain.

À Pessat-Villeneuve, petit village du département du Puy-de-Dôme de 540 habitants, le tout nouveau centre d'hébergement temporaire pour demandeurs d'asile, sis dans l'annexe du château de la commune, est géré par l'association Forum . Pour s'occuper de ses 48 résidents, ex-Calaisiens, celle-ci embauche d'une part un agent social et hôtelier à la rémunération de 1.725€ brut et d'autre part deux chargés d'opération polyvalents à 2.109€ brut pour veiller à l'accès aux droits sociaux et assurer le suivi administratif et sanitaire. À ces traitements, conformes à la convention collective 1951, s'ajoutent prime décentralisée, RTT, tickets restaurants et offres culturelles du CE et mutuelle.

À votre avis, d'où vient l'argent qui alimente le budget de cette association ? Des donneurs de leçons ? Certainement pas ! Il sort tout droit de la poche du contribuable, transite par une myriade d'organismes publics ou apparentés (Office Français de l' et de l'Intégration, Région Rhône-Alpes, Fonds Social Européen, ministères du Travail, de l'Intérieur...) et tombe in fine dans l'escarcelle des détenteurs autoproclamés de la bonne parole. Où sont passés les bénévoles désintéressés ?

Pas à Varennes-sur-Allier, je le crains. Ici, la structure est confiée à l'association Viltaïs dont le président n'est autre que le vice-président socialiste de la communauté d'agglo de Moulins, préfecture de l'Allier. Quant au directeur général, il est de l'autre bord politique : c'est le délégué départemental de l'UDI, n°5 sur la liste de ses alliés Les Républicains pour les régionales. Il faut l'entendre affirmer sans sourciller que les « migrants » apportent, entre autres bienfaits, consommation et emplois ! Il est vrai que, dans ces conditions, le sien semble assuré pour longtemps. Avec l'argent public, avec la dette publique, on peut faire tellement de choses !

En matière d'accueil de clandestins, que ce soit dans la majorité ou l'opposition, les prêcheurs ne sont pas les payeurs. Pis : ce sont les percepteurs !

206 vues

12 novembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.