Nos politiques sont incroyables. Vous en voulez une preuve de plus ? Observons de plus près le gouvernement Valls II. L'intérêt n'est pas dans la liste de ses membres mais dans l'obligation, pour eux, de remplir une déclaration de patrimoine à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Charlie Hebdo, que je ne porte pas dans mon cœur, a malgré tout fait son travail en se penchant sur celui du premier d'entre eux : .

Qu'y trouve-t-on ? Depuis 2012, le Premier ministre possède un appartement de 88 m² à Évry acheté en 2006 - jusque-là, rien d'anormal - et un appartement de 44 m² à Paris acquis en 2010 pour un montant de 315.000 euros. Je savais que Valls n'était pas très grand, mais de là à habiter un 44 m²... De plus, difficile d'y recevoir tous les membres de l'orchestre de son épouse.

Heureusement pour lui et, contrairement aux apparences, ne réside pas dans un logement de 44 m² mais dans un appartement de plus de 200 m². Oui, notre ex-ministre de l'Intérieur vit dans un petit palace, situé en plein cœur du XIe arrondissement avec sa femme Anne Gravoin.

Où est alors l'astuce ? Comment fait notre prestidigitateur de ministre pour déclarer une surface tout en vivant dans un espace cinq fois plus grand ? A-t-il, comme son confrère Thomas Thévenoud, menti ou oublié de déclarer ses impôts ? Car vu la superficie, ce logement vaut entre 1,7 et 2 millions d'euros. Que nenni, il est simplement propriétaire via une société civile immobilière (SCI). Mais je vous le donne en mille : combien le bel hidalgo (aucun rapport avec la mairesse) possède-t-il de part dans cette SCI ? Une seule part sur 100, sa femme dispose des 99 autres. Comme il l'a épousée sous le régime de la séparation de biens, ni vu ni connu, je t'embrouille et je me joue de la règle. Avoir une SCI est courant avec un tiers ou la moitié des parts reparties entre les deux époux. Mais avec 1 sur 100, il prend des risques, car un jour sa violoniste pourrait lui jouer du pipeau et il finirait alors par devoir faire les poubelles de son immeuble.

Autre lieu, autre parti : monsieur le nouveau maire de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, Stéphane de Paoli, est lui aussi un miséreux. En effet, selon Marianne, l'élu UDI est dans l'obligation de cumuler à la fois son indemnité de maire et celle de Pôle emploi. Un cumul là aussi légal, car la fonction de maire n'est pas considérée comme un emploi. Après avoir porté son indemnité d'élu à son maximum, soit 4.500 euros, devenant ainsi l'élu le mieux payé du département, il s'est fait octroyer par Pole emploi une indemnité de 1.851 euros nets par mois. Douce joie, notre édile peut enfin vivre décemment. Seul problème : il n'est pas sûr qu'en cette période d'austérité les 20 % de chômeurs de la ville apprécient.

Voilà quelques exemples permettant de mieux comprendre le désamour du peuple envers la classe politique. Et je ne parlerai pas de notre ex-Président, car on ne tire pas sur une ambulance traînant derrière elle de nombreuses casseroles.

Dernier point : avez-vous entendu parler, ces derniers temps, de Thomas ? Vous savez, celui qui, ayant un goût immodéré pour les jeux d'argent, est accessoirement le fils de notre ministre des Affaires étrangères. Où en est l'information judiciaire pour "faux", "escroquerie" et "blanchiment" ? J'ai beau examiner journaux et télévision depuis un an et demi, pas de nouvelles. Décidément, on vit une époque formidable !

77 vues

16 octobre 2014

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.