Tariq , citoyen suisse d’origine égyptienne, petit-fils de Hassan el-Banna, fondateur des Frères musulmans, est un “islamologue” réputé et controversé. Âgé de 54 ans, il se découvre soudainement une passion pour la et le manifeste bruyamment en souhaitant devenir un membre de notre communauté nationale.

L’annonce est tombée vendredi par l’intermédiaire d’un message diffusé sur les réseaux sociaux. Une déclaration d’amour à la France non sans arrière-pensées au moment où s’ouvrent, à l’Assemblée nationale, les débats relatifs à la réforme des dispositions entourant la . Se parant des atours du champion des valeurs de la République française, Tariq Ramadan aspire à devenir français pour “contrecarrer les propos nauséabonds” qu’il entend dans les médias hexagonaux. Cela serait fort comique si le spécialiste ès djinns n’était pas sérieux. Probablement inspiré par le parcours de Mohammed Ben Abbes, personnage du roman Soumission de Michel Houellebecq, élu président de la République sous les couleurs d’un parti communautariste islamiste appelé “Fraternité musulmane”. Tariq Ramadan se rêve en représentant des musulmans de France et, peut-être, demain, en candidat à l’élection présidentielle de la plus vieille nation constituée du continent européen.

Dialecticien tortueux, Tariq Ramadan manipule les concepts intellectuels pour mieux se jouer de nous. “Après des années de réflexion, j’ai pris la décision de prendre la nationalité française. Il est bon de donner un exemple concret et positif d’adhésion aux valeurs de la République”, a-t-il ainsi malicieusement déclaré. Puis, n’oubliant pas d’écorner ce pays qu’il assure pourtant chérir, Tariq Ramadan a écrit que sa réponse était une démarche “sensée et raisonnable” dans une France frappée de surdité par rapport à son propos vivre-ensembliste. L’homme a bien appris sa leçon. Nul doute que et Najat Vallaud-Belkacem seront sensibles au charme de cet intellectuel qui a toutes les apparences du sérieux. Les sages savent, quant à eux, que les gens vraiment sérieux ne se prennent jamais au sérieux. Ils savent aussi que les rigidités intellectuelles cachent bien souvent des personnalités dangereuses.

Tariq Ramadan n’a rien d’un Français. Sa démarche d’accession à la nationalité française ne lui fera d’ailleurs pas abandonner sa nationalité suisse, et encore moins son héritage identitaire égyptien. Sa demande est une provocation, un affront. La seule communauté que reconnaît réellement monsieur Ramadan est celle constituée par l’Oumma musulmane. Il est profondément internationaliste ainsi que son ancêtre frère musulman, comment pourrait-il alors vouloir s’inclure dans une nation souveraine à l’ millénaire ?

Pour être français, il faut pleinement s’assimiler. Tariq Ramadan a proposé en 2003 un “moratoire” contre la lapidation des femmes, sujet interne à la communauté musulmane et devant faire consensus entre les “savants”, selon lui. Il a, par ailleurs, tenu des propos très ambigus sur Charlie Hebdo, estimant leur humour comme étant celui de “lâches”. Cet homme peut-il devenir français ? Non, et nous devons nous y opposer de toutes nos forces.

6 février 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Gabriel Robin : « On voulait le progrès, on fonce vers l’archaïsme »

Il y a un an tout juste, Gabriel Robin et Benjamin Demeslay publiaient Le Non du peuple, u…