Voilà que, badaboum, la “deutsche Qualität” en prend plein son image. Les splendides Audi et la voiture du peuple tellement synonymes de solidité et fiabilité seraient des produits frelatés ?

La firme allemande a déjà perdu un tiers de sa valeur, et il est bien évident qu’il va y avoir frilosité, voire désengouement pour les belles allemandes. Et là, je me pose une question : Mutti, que vas-tu faire de tes migrants ?

En effet, les usines qui tournaient à plein régime et pour lesquelles on avait besoin de main-d’œuvre si possible bon marché et si possible en redorant l’image accolée, en tout cas dans l’inconscient collectif allemand, à un peuple raciste et génocidaire, vont peut-être avoir un petit passage à vide, et là, nos voisins vont se retrouver avec un vrai problème : car ils arrivent, les 800.000 à qui l’on a promis accueil, travail et eldorado, ils arrivent, traversent l’ en rangs serrés, par tous les moyens. -babylone, Allemagne-terre d’asile et corne d’abondance, nous voilà !

Mais si l’image de marque de la « deutsche Qualität » en prend un coup et que les 800.000 arrivants ne trouvent par preneur dans les usines, je n’ose imaginer les problèmes sociaux, économiques, sans parler du culturel, générés. J’avais déjà du mal à intégrer le manque de réactivité du « Volk » allemand, un vrai peuple, devant cette invasion programmée et revendiquée, en dehors de la obligatoire et la coulpe à battre éternellement très à la mode ces temps-ci. Mais là, on va au devant du chaos.

En tout cas, bien joué, les Américains ! Dieu sait que ces gens-là ne sont pas écolos, mais par contre savent protéger leur industrie et économie, et détruire l’image de marque de ces voitures synonymes de réussite sociale et indispensables dans les milieux privilégiés. Voilà qui est habile et de bonne guerre. Notre si admirable Concorde avait déjà fait, en son temps, les frais de la jalousie des Américains, ou de leur perfidie économique, c’est selon.

Espérons que cette guéguerre aura au moins un mérite : fermer les vannes de l’ devenue moins utile, et faire prendre à nos décideurs des mesures fermes pour contrôler les frontières. C’est possible….

25 septembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.