Editoriaux - Radio - 26 février 2017

L’homme qui piétina les victimes déjà piétinées

Piétiner les victimes déjà piétinées, voila l’exercice auquel s’est adonné notre Président fantoche. Il a osé déclarer au sujet de notre capitale et en réponse à Trump qui a prétendu que “Paris n’est plus Paris” la phrase suivante : “Ici, il n’y a pas de personnes (sic) qui prennent les armes pour tirer dans la foule.”

Nous croyions avoir tout entendu. Nous pensions que nous avions touché le fond et que creuser devenait enfin impossible. Eh bien, nous nous trompions. Le chef de l’État y est allé de sa petite cuillère et a réussi à creuser encore à la lueur d’une lampe torche.

Inutile d’infliger aux lecteur de Boulevard Voltaire un long billet. La phrase est parlante. Elle dit tout. On se borne à l’écrire à nouveau pour être sûr de ne pas rêver : “Ici, il n’y a pas de personnes qui prennent les armes pour tirer dans la foule.”

On mesure, ici, la puissance du déni en matière de psychologie. Cela n’a pas eu lieu, cela n’existe pas. On ne tire pas dans la foule. On n’écrase pas les civils qui se rassemblent pour voir un feu d’artifice. On ne tue pas d’enfants dans une école. On ne tue pas de militaires (Merah). On n’agresse pas de policiers. Rien de cela n’existe.

Ici, on ment. Ici, c’est Radio Paris. Ici, c’est la France du mondialisme heureux, forcément heureux.

Aux États-Unis, on prend des mesures pour tenter d’éviter le terrorisme. En France, il n’existe pas, thank God.

Demain nous ouvrira les yeux, hélas. Ce sera l’embrasement.

Macron dira sûrement : “Ici, il y a des personnes qui prennent les armes pour tirer dans la foule, l’État condamne fermement cette violente forme d’incivilité. Les jeunes auteurs de ces actes seront sanctionnés. On n’a même pas peur.”

Les Français qui voteront bientôt portent une responsabilité historique : celle d’élire ou non un disciple de ce Hollande, l’homme qui piétina les victimes déjà piétinées.

La France “en marche”. À l’envers, vers l’enfer.

À lire aussi

Et si l’on s’était trompé sur la police ?

Cette hypothèse vous rappelle assurément de bien bonnes fables gauchistes… …