Accueil Editoriaux Fillon n’est pas sûr de gagner, mais Juppé est sûr de perdre
Editoriaux - Médias - Politique - 5 mars 2017

Fillon n’est pas sûr de gagner, mais Juppé est sûr de perdre

Lundi, le comité politique de LR se réunit pour réfléchir à la situation du candidat Fillon. La question que nous sommes nombreux à nous poser est alors de savoir s’il existe une chance – même mince – que ce comité comprenne et connaisse les motivations des électeurs républicains. Hélas, les récentes prises de position des différentes personnalités laissent malheureusement penser le contraire.

Les “ténors” de LR ne se sont vraisemblablement pas même demandé pourquoi les électeurs, contre tous les médias, tous les sondages et toutes les analyses, avaient choisi Fillon aux primaires, primaires qu’il aurait d’ailleurs gagnées dès le premier tour si les médias n’avaient pas soutenu Juppé et Sarkozy contre lui.

Imaginons donc que les cadres du parti aient écouté avec un peu d’attention les programmes et déclarations de chacun, ainsi que les électeurs. Ils auraient compris les deux raisons de l’écrasante victoire filloniste : des revendications de souverainisme et un programme de rupture, c’est-à-dire une position anti-establishment et à l’opposé de ses deux concurrents.

Aussi, penser qu’un candidat de substitution puisse gagner à sept semaines de l’échéance est-il simplement irresponsable et insensé, et révèle-t-il de plus une ignorance totale des préoccupations et des valeurs des électeurs.

Ce que les cadres de LR doivent comprendre, c’est que les électeurs de Fillon l’ont choisi massivement parce qu’il prenait le contre-pied de ses deux principaux adversaires. Comment imaginer, alors, que ceux-là vont voter pour ceux qu’ils ont combattus et qui ont trahi leur champion ? Fillon n’est pas sûr de gagner, mais Juppé est sûr de perdre.

Certains traîtres, comme Bruno Le Maire, l’ont d’ailleurs déjà compris puisqu’ils ont fait rapidement le pari d’une substitution Juppé, et donc que Macron serait élu. Il trahit par conséquent dans l’espoir de se placer dans un futur gouvernement Macron au titre de l’ouverture.

Il est clair qu’en cas de retrait de Fillon, les électeurs furieux seront dégoûtés du parti et auront envie de se venger. Pour cela, ils auront trois solutions : aller à la pêche, voter Macron ou voter Le Pen.

Laquelle de ces trois solutions vous paraît le mieux exprimer leur colère ?

À lire aussi

Macron et le pouvoir de vie et de mort

Il existe un grand danger à moquer l’homme de pouvoir conscient ou soupçonneux de sa propr…