Comme souvent dans l’espace médiatique, Le Monde, récemment, a pris l’initiative d’un débat intellectuel propre à ce quotidien mais le dépassant par ses enjeux : comment informer sur le Front national ?

Cela a commencé par un cahier consacré au “Décryptage du Front national” à partir des thèmes principaux développés par dans son discours à Fréjus le 17 septembre 2016.

Cela s’est poursuivi par un éditorial à la fois singulier et biaisé : Le Monde informera sur le , comme pour tous les autres partis politiques, mais en revanche il ne publiera jamais la moindre tribune de Marine Le Pen. Une information qui sera donc laissée à la seule initiative de ce journal.

Cela s’est terminé par un texte, “Profession: “rubricard Front national” de trois journalistes du Monde chargés de couvrir le parti d’ et décrivant la spécificité de leur travail.

Rien ne saurait mieux résumer l’attitude du quotidien face au FN et à l’information qu’il doit à ses lecteurs que cette phrase d’Olivier Faye, l’un des trois “rubricards Front national”: “Il faut traiter le FN comme les autres partis mais ce n’est pas un parti comme les autres.” Ce qui signifie qu’il est possible d’informer normalement sur le FN mais qu’on ne doit pas le faire puisqu’on a décrété qu’il n’était pas un parti comme les autres. L’exigence d’information qui se justifie de n’être pas aussi neutre et objective que pour les autres familles politiques !

Informer normalement sur le FN n’est pas une tâche insurmontable pour un journalisme compétent et de bonne foi. Celui-ci, pour remplir sa mission, n’a pas à déroger à ses principes professionnels de vérité, de responsabilité et d’éthique.

Une fois établi ce constat – informer normalement sur le FN est possible si on est vraiment journaliste -, il convient de s’interroger sur les raisons qui ont conduit Le Monde à développer une analyse qui, en définitive, conclut “qu’on ne doit pas informer normalement sur le FN”. Est-il un parti comme les autres, oui ou non ? Est-il, oui ou non, inscrit dans l’espace démocratique ? S’il n’est pas un parti comme les autres, quels sont les motifs qui justifient cette qualification qui le distingue et le discrimine ? Ou bien faut-il considérer que, par idéologie et opposition , on s’est efforcé de le sortir de la normalité de l’information ordinaire pour faire accepter que les journalistes ne le traitent pas comme ils devraient le faire ? Avec précision, honnêteté et sans mêler à la narration des faits le procès qu’au nom de la les journalistes aux âmes bien nées et à la fibre forcément humaniste se doivent de lui intenter.

Je ne parviens pas à m’habituer à cette étrange conception de l’information – dont l’éditorial a fourni une version à la fois caricaturale et jésuitique – qui professe son souci de vérité et de pluralisme mais, dans le même mouvement, énonce tout ce qui devrait légitimement le battre en brèche et le réduire.

Je songeais à ce qu’aurait été mon attitude en cour d’assises si j’avais établi et favorisé de telles distinctions. Pour la plupart des accusés, une exigence de , mais pour tel ou tel moins chanceux, le risque d’un arbitraire, la survenue d’une partialité, l’affirmation que, n’étant pas un accusé comme les autres, il ne pouvait pas prétendre bénéficier d’une comme celle dévolue à tous les autres.

Extrait de : Impossible d’informer normalement sur le FN ?

1 novembre 2016

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Philippe Bilger : « Éric Dupond-Moretti est devenu un homme politique classique pour le pire : il viole une promesse et est devenu un ministre timoré »

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a présenté sa réforme de la justice en 36 proposit…