Il y a une semaine, le gouvernement ukrainien a lancé des opérations de terrorisme sur le sol de la Crimée. Fort heureusement, ces attentats ont été déjoués par les services russes de sécurité.

Malheureusement, l’attaque de diversion effectuée à la frontière a causé la de deux soldats russes. Depuis, le président Porochenko a décidé de renforcer les moyens militaires dans cette région frontalière et les responsables ukrainiens se sont lavé les mains des actions terroristes en arguant qu’il s’agissait d’éléments non contrôlés.

Les membres du gouvernement ukrainien n’ont même pas la reconnaissance du ventre, ils désignent sans vergogne leurs extrémistes. Ils oublient qu’ils doivent leur place à ces mêmes extrémistes soutenus par les Occidentaux.

Le but de ces attaques était, tout comme en France, de fragiliser l’activité touristique. Pourtant, à entendre les médias occidentaux et ukrainiens, les touristes avaient déserté la région…

La vérité est que l’afflux de touristes a bien eu lieu et que les activités économiques, dont le tourisme, sont en hausse. La Crimée a renoué avec sa tradition d’accueil de visiteurs, leur offrant de nombreuses activités estivales jusqu’à l’organisation du traditionnel concours de beauté la veille de la Journée de la marine russe.

L’organisateur de cet événement, Youri Kondratiev, avait réussi une fois de plus à présenter, devant une nombreuse assistance, des jeunes filles venant certes de Russie, mais aussi d’Ukraine. Pendant qu’une charmante et intelligente demoiselle de Donetsk coiffait le diadème de perle de la mer Noire, nos médias coiffaient leurs œillères et ânonnaient les imprécations dictées par leurs maîtres.

Et c’est là que le bât blesse, car les autorités de Kiev font passer la Crimée pour un désert où les habitants se partagent à dix une vieille pomme de terre et que, devant une telle misère, l’Ukraine en devient un jardin des délices.

Le principal souci est que, parmi les touristes visitant la Crimée, il y a des vacanciers ukrainiens qui constatent les mensonges de l’appareil d’État. À leur retour dans leur pays, tous ces touristes vont dénoncer les mensonges de la propagande kiévienne. Monsieur Porochenko et ses soutiens occidentaux ne peuvent laisser se répandre, dans une Ukraine économiquement en phase terminale, de telles informations.

De même, la visite de la délégation d’élus français conduite par Thierry Mariani a permis de lever le voile sur une réalité bien plus souriante que celle qui nous est présentée par nos médias. Cela est la cause des courroux exprimés à Kiev et à Bruxelles. La seule vérité admissible, reprise en boucle par les médias, est le conte de fées de la apportée pour libérer le pays des griffes de la méchante Russie.

Nous voyons bien, là, la part de responsabilité des médias lorsqu’ils se font le relais d’une propagande. Par le déséquilibre informationnel, ils favorisent l’occultation des faits et poussent les autorités d’un pays vers des actions désespérées pour pouvoir continuer à mentir à leurs propres peuples.

19 août 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.