Des sociologues peu courageux, des politiciens carriéristes, même des animateurs de télévision viennent nous expliquer que les deux frères assassins de Boston n’ont rien à voir avec l’islam !

Eh bien si, messieurs les tartuffes…

Selon tous les musulmans, aucun mode de vie n’est valable ou ne mérite d’être expérimenté, hormis celui défini par le Coran. Et donc, même si tous les problèmes étaient résolus, l’intégrisme demeurerait. L’islam des Lumières tant attendu, tant désiré, cet islam rêvé est « impossible ». Et il ne fait que détourner les jeunes d’origine musulmane des valeurs universelles, les attirer davantage vers l’islam, puis vers le fondamentalisme, enfin le terrorisme.

Aucun espoir de changement, les bombes vont continuer à exploser, à moins d’abattre tout le système assassin. Mais les musulmans d’Europe pratiquent une démarche inverse en exploitant le multiculturalisme ambiant pour réclamer que les pays hôtes s’adaptent à leurs exigences religieuses moyenâgeuses. Le prix Nobel de littérature Naipaul ne comprenait pas le « racket multiculturel où le descendant d’immigrant réclame droits et protection sans manifester un minimum d’empathie pour son pays d’adoption ». Mais quel genre d’empathie peut-on espérer quand on tolère l’intolérable ?

Dans son livre en arabe, De la division de la terre selon le fikh islamique, un membre du Conseil européen de la fatwa et de la recherche situé à Dublin et non à Islamabad ou Ryad, Abdellah B., écrivait, dans le chapitre consacré au djihad :« Faites le Djihad contre les mécréants par votre parole, vos personnes, vos bien et vos mains. » Voilà un bon conseil d’intégration adressé aux jeunes d’origine musulmane en Europe et en ! Message reçu cent pour cent déjà à , New York, Londres, Madrid… et dernièrement Boston.

La question pour le philosophe Sadiq al-Azm est celle de savoir si l’islam sera européanisé ou si c’est l’Europe qui s’islamisera.

Point besoin d’être Montesquieu pour savoir que « la servitude commence toujours par le sommeil ». Au train où vont les choses, et compte tenu de l’idéologie conquérante de l’islam, l’européanisation de ce dernier reste une chimère. Tout simplement parce que plaider pour la supériorité de la doctrine islamique sur les autres systèmes religieux politiques, philosophiques et éthiques est une obligation religieuse islamique.

Einstein nous a mis en garde : « La folie, c’est de faire encore et toujours la même chose en s’attendant à des résultats différents. » L’inconscience répétée de l’Occident à l’égard de cette idéologie islamique meurtrière conduit le monde directement à sa perte.

À lire aussi

Monsieur Chevènement, l’islam français n’est-il pas qu’un fantasme ?

Cet islam français tant fantasmé pourra-t-il exister un jour ? …