Nous allons donc avoir le mariage gay, visiblement priorité nationale du gouvernement. Le conseil constitutionnel vient de le valider. Sur quels arguments valables pourrait-on maintenant refuser de légaliser la polygamie ?

À Mayotte, où elle n’a été abolie qu’en… 2011, des manifs commencent à être organisées pour demander son retour. Pour les tenants du mariage à plusieurs, encore nombreux sur l’île, puisqu’on autorise cette curiosité occidentale qu’est le mariage entre deux hommes ou deux femmes, il devient impossible de ne pas légaliser de nouveau le mariage d’un homme avec plusieurs femmes (le contraire est particulièrement rare…).

Dans le 101e département de la République, le Coran fait en effet partie de l’ADN de la population (95 % de musulmans), et dans l’opus sacré, il est dit : « Si vous craignez d’être injustes pour les orphelins, épousez des femmes qui vous plaisent. Ayez-en deux, trois ou quatre, mais si vous craignez d’être injustes, une seule ou bien des esclaves de peur d’être injustes. »

L’écrivain Catherine Ternaux était déjà venue l’an passé à la rescousse, s’insurgeant contre les préjugés frileux des européens :

Pourquoi donc cet acharnement contre la polygamie ? La polygamie serait la mère de tous les vices, et la monogamie le garant de l’ordre moral et le fondement de notre société… C’est un fantasme qu’il est temps de dénoncer. Et pourquoi cette limitation imposée dans notre vie amoureuse et dans notre vie de famille ? Il se trouve qu’il existe des hommes et des femmes pour lesquels aimer une nouvelle personne ne signifie pas obligatoirement qu’elles n’aiment plus la précédente. Pourquoi la société oblige-t-elle à rompre le lien ? Pourquoi n’aurions-nous pas le choix, de divorcer ou de ne pas divorcer pour se remarier ? Quel argument définitif pour imposer le seul modèle monogamique ? (Huffington Post, 24 mars 2012)

Prions pour que nos intellectuels officiels, les Fourest, Ruquier et autres Cyril Hanouna, ardents combattants de la liberté, luttent contre cette honteuse discrimination subie par les habitants de Mayotte.

Au Pays Bas, le député Boris Ottokar Dittrich, pionnier mondial du mariage homo, a déclaré que la polygamie serait la prochaine étape. « Il y a, à l’heure actuelle, une discussion aux Pays-Bas sur la possibilité de marier trois personnes voire plus, mais ce n’est que le tout début. » Logique, finalement.

La boite de Pandore est ouverte. Et, soyez en sûrs, ce ne sont ni Copé-Collé ni Fillon qui la refermeront quand ils seront de retour au pouvoir. Il faut se préparer à un changement majeur de société. Ré-autoriser la polygamie chez nos compatriotes mahorais puis, ensuite, l’étendre à toute la République. En attendant d’autres progrès… Cohn-Bendit a peut-être des idées. Comment diable en serait-il autrement ? D’ici quelques années, le mariage sera — vraiment — pour tous !

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …