Non, M. Hollande, je ne vous regarderai pas le 31 décembre au soir

Journaliste

Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

 

J’ignore combien de téléspectateurs auront le courage de vous voir offrir à la France et aux Français vos vœux de bonne année. Quelques millions, hélas, mais je peux vous assurer que je ne serai pas de ceux-là !

Je ne comprends d’ailleurs pas qu’ils soient encore si nombreux à vous considérer comme un bon Président. Une cote de 20 %, c’est énorme ! Et immérité. Car en trois années et demie, autant dire en 1.200 longs jours, vous avez été incapable de redonner à la France son aura. Vous avez été incapable de redonner un quelconque élan à son économie. Incapable de gouverner sauf à casser les valeurs familiales, morales et spirituelles qui avaient permis, depuis des générations, aux Français de vivre en harmonie, de vivre ensemble, de vivre sous un ciel bleu.

Votre bilan est catastrophique. Jamais les pauvres n’ont été aussi nombreux et les riches aussi riches. Jamais les chiffres officiels du chômage n’ont été aussi truqués. Jamais les médias n’ont autant abruti le peuple de vos mensonges et omissions. Jamais la France n’avait encore été aussi mal placée dans des domaines aussi différents que la culture, l’éducation ou l’économie. Jamais la France n’avait encore armé autant de terroristes islamistes.

Ah si, le 31 décembre, vous allez nous raconter avec votre phraséologie saccadée et qui, à chacun de vos discours, nous tient en haleine, que la COP21 a été un formidable succès, que la planète va enfin pouvoir faire baisser la température, le niveau des océans, la pollution. Mais ignorez-vous que nous n’en croyons pas un mot ? Ignorez-vous que chacune des promesses que vous nous faites ne fait que nous encourager à nous tordre de rire ou de douleur ? Ignorez-vous que vos mensonges depuis votre campagne – où vous avez même réussi, première tromperie, à perdre je ne sais combien de kilos pour mieux séduire l’électorat féminin sans doute – ne font que s’additionner les uns aux autres et que nous ne sommes plus dupes.

Alors, oui, le 31 décembre, vous allez nous promettre qu’un Français va marcher sur la lune avant mai 2016, que le chômage va continuer à baisser, que le vivre ensemble a été rendu possible grâce à vos directives, que la sécurité est revenue, que les attentats ne sont que de terribles souvenirs, que le retour à l’équilibre budgétaire est pour cette année 2016, que l’armée française va enfin retrouver hommes et matériels perdus sous le régime précédent, que le Front national va s’effondrer, que les migrants sont tous de doux agneaux qu’il faut accueillir dans nos villages les plus reculés, que nos cités sont redevenues des banlieues pacifiées où il fait bon vivre, que nos enfants vont enfin apprendre à lire et à écrire, que les terroristes n’ont jamais été des islamistes, que l’islam est évidemment la religion de paix et d’amour par excellence, que le dictateur Assad va quitter son palais présidentiel avant que vous ne dégagiez du vôtre… etc.

Alors, oui, M. le Président, nous allons être des millions à boycotter vos vœux, préférant boire une coupe de champagne à votre successeur plutôt que de vous entendre ânonner vos fadaises auxquelles nous ne croyons plus depuis longtemps. Depuis un certain mois de mai où vous nous avez bien enfumés avec vos boniments de camelot.

En ce qui me concerne, je souhaite que cette année 2016 soit vraiment la dernière de votre quinquennat, avant que la révolution ne gronde.

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


Ancien directeur des rédactions de l’Agence Gamma

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.