Accueil Audio Régime des intermittents : il faut arrêter ce délire !
Audio - Culture - Editoriaux - Politique - Radio - Télévision - Théâtre - 16 juillet 2014

Régime des intermittents : il faut arrêter ce délire !

Il y a quelques mois, le directeur du Festival d’Avignon avait pris parti contre le Front national et s’était flatté d’avoir contribué à l’échec de ce dernier aux Municipales. Il n’avait pas craint, avec ce mélange d’outrance et de légèreté, qui caractérise nombre de « cultureux », d’annoncer que le Festival quitterait Avignon, si cette ville choisissait le FN. Evidemment, il n’avait aucune qualité pour proférer cette menace. Avignon est une institution financée à 52% par l’Etat. C’est notre grand festival national de théâtre. C’est une vitrine culturelle française. Le directeur pouvait seulement démissionner. Le fait de prendre des positions politiques lorsqu’on est rémunéré par l’argent de tous les contribuables y compris ceux qui ne sont pas de votre avis est inconvenant. Le FN n’a pas gagné. Le Festival n’a pas déménagé, mais, ô stupeur, ce sont les spectacles qui disparaissent les uns après les autres : neuf sur treize samedi soir.

Pauvre Py. Les intermittents sont en grève contre la réforme de leur régime, fruit de l’accord entre le gouvernement de Gôche et le Medef, ce grand Satan du monde marchand. 286 votants sur 622 inscrits ont voté la grève à 65%. 1500 personnes ont manifesté. CGT, Sud, Coordination des Intermittents et Précaires ont défilé, épaulés par l’extrême-gauche. C’est connu. La culture, c’est la liberté. La gauche, c’est la culture. Plus on est à gauche, plus on est pour la liberté.

En 1984, il y avait 9060 allocataires au titre de l’intermittence. Il y en a eu 106000 en 2013. A deux reprises, la Cour des Comptes a dénoncé la dérive de ce régime. Il est totalement injuste puisqu’il participe au déficit de l’Assurance-chômage pour un tiers alors que les demandeurs d’emplois intermittents ne représentent que 3% de l’ensemble. 1,3 milliards d’allocations pour 225 millions de cotisations, 10% d’allocataires percevant plus de 39000 euros annuellement, 15% de fraudes peuvent justifier le néologisme de « permittence », c’est-à-dire d’un système qui tend moins à soutenir les chômeurs quand la crise économique aggrave la conjoncture qu’à pérenniser un fonctionnement structurel.

Le nombre des intermittents a augmenté hors-crise, parce que tout le monde y trouve son compte sauf les cotisants extérieurs au système. Une fois le plancher des 507 heures atteint, dans un flou très artistique, la culture, les chaînes de télévision ou de radio, les maisons de production, les parcs d’attraction, bénéficient de subventions déguisées en allocations financées par les cotisations de tout le monde. Bonne affaire pour les financeurs publics de la culture ou pour les bénéfices et autres salaires mirobolants de la production audiovisuelle. Même si l’on s’en tient à un déficit de 300 Millions opposé par l’Unedic au Milliard de la Cour des Comptes, celui-ci reste démesuré pour les 100 000 allocataires.

La grève a touché plusieurs festivals, à Marseille, Montpellier, Toulouse, Uzès. Avignon chiffre déjà sa perte à 138000 euros. Ce mouvement est une caricature de notre syndicalisme. Une minorité, bénéficiant d’un régime dérogatoire très privilégié, qui n’existe nulle part ailleurs, très politisée aussi, se paye le luxe de casser des manifestations financées par les deniers publics. Et le gouvernement qui réclame des sacrifices de tous les Français, recule. Il prendra à sa charge le différé de 4 à 21 jours du versement des allocations. Insuffisant pour les grévistes !

Il faut arrêter ce délire. Le soutien des pouvoirs publics établit une exception culturelle qui favorise la sauvegarde du patrimoine, la création nationale, cet adjectif que M. Py n’aime pas, et la diffusion. Il faut s’en féliciter. Lorsque la situation du pays l’exige, la voilure doit être réduite dans ce domaine comme dans les autres, et en délimitant bien ce qui est culturel et ce qui appartient au divertissement. La culture appartient à ce domaine essentiel qui fait de l’homme un animal pour lequel le superflu est nécessaire, comme l’écrivait Oscar Wilde. Pour autant, elle aurait tort de se considérer comme un monde à part, préservé des tempêtes. L’exception culturelle française est justifiée jusqu’au moment où elle autorise, parfois au-delà de son domaine propre, des privilèges, des passe-droits ou des combines au détriment de la collectivité. Enfin, lorsque le clergé culturel défend son ordre, il ne commet pas le sacrilège envers Jean Vilar de faire annuler le « Prince de Hombourg » dans la Cour d’Honneur !

À lire aussi

Efficacité de la chloroquine : supercherie de l’étude du Lancet

Ainsi, une revue étrangère avait conduit le ministre d’un grand pays soi-disant doté du me…