Difficile d'aborder le sujet des étrangers sans tremper un orteil dans le magma de la vilaine extrême droite, ou du moins être accusé de le faire. Rien que le terme « étranger» est fascisant ; l'utiliser met tous les signaux de la bien-pensance en alerte.

Et pourtant... Une vaste supercherie existe à ce sujet en vue d'un but noble : défendre le plus faible, le différent, le "métèque"...

D'aucuns, parmi les plus irréprochables de notre société, évoluant dans le secteur caritatif, s’acharnent à forcer notre compassion, convaincus qu'elle ne sera pas spontanée ou jamais suffisante, et tordent la vérité, tronquent les chiffres, nous abusent avec les meilleures intentions.

Nature et ampleur des migrations, coût réel de l'immigration, nombre et proportion d'étrangers, influence sur le taux de chômage, les aides sociales, le système de santé, la délinquance, etc., tout ceci est passé à la moulinette de la tromperie positive pour aboutir à des chiffres qui ne peuvent que nous convaincre que nous serions de fieffés égoïstes si nous émettions la moindre réserve. Chez certains, ce travestissement est fascinant d’ingéniosité.

Ce n'est pourtant qu'une manipulation de bonne foi de la part de personnes qui n'ont fait qu'appliquer le principe de "la fin justifie les moyens".

Vous apprendrez, à moins que vous ne le sachiez déjà, que nous sommes désignés comme « natifs » dans certaines publications (terme pudibond pour « Français de souche »), car il faut bien nous nommer, c'est toute une histoire.

Même la justice a estimé (tribunal correctionnel de Paris, mars 2015) que le Français blanc n'était pas une composante de la population française, lors d'un procès intenté par l'Alliance générale contre le et pour le respect de l'identité française et chrétienne (AGRIF) contre les auteurs et chanteurs de "Nique la France" qui, eux, ne se privaient pas d'opposer les "petits Gaulois de souche" et les "petits culs tout blancs présents à l'Assemblée nationale" aux "Arabes, Noirs et musulmans".

Malgré le fait que l'AGRIF n’ait jamais soutenu que les Français étaient tous blancs ou tous chrétiens, pour le tribunal, les Blancs n'existent pas. Les Blancs ne sont pas protégeables. Circulez, y a rien à voir !

A-t-on le droit, en tant que citoyen concerné par l'avenir de son pays, de réclamer les vrais chiffres afférents à l’ en France, sans être traités d’égoïstes ou de xénophobes ? Ou devons-nous rester infantilisés ad vitam æternam jusqu'au réveil fatal ?

Car, comme le soulignait Nicolas Bonnal sur Boulevard Voltaire : "Sept millions d’Algériens… mais trois millions d’immigrés en France", la réalité a l'air plutôt inédite et stupéfiante.

On voit donc sous un angle nouveau cette maxime diffusée par une association pourtant tout à fait respectable : "Dans les pays riches, on pense que l' est deux à quatre fois plus importante qu'elle ne l'est en réalité."

"À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire", disait George Orwell. C'est plus que jamais d'actualité.

37 vues

12 août 2015

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.