« Observons bien ce que fait le  », concluait un article récent dans ces pages, après l’annonce de la suppression d’une sourate guerrière dans les manuels scolaires. Eh bien, trois semaines plus tard, on voit.

Au pays du Couchant, c’est le yin et le yang, le chaud et le froid, le jour et la nuit.

Dans un discours à la nation, le roi Mohammed VI s’est adressé samedi dernier aux Marocains et, pour la première fois de son règne, à ceux de la diaspora :

“Face à la prolifération des obscurantismes répandus au nom de la religion, tous, musulmans, chrétiens et juifs, doivent dresser un front commun pour contrecarrer le fanatisme, la haine et le repli sur soi sous toutes les formes”,

a plaidé le roi du Maroc. Devant ses concitoyens, il a déclaré que l’assassinat du père Hamel était « une folie impardonnable ». Fort de son titre de Commandeur des croyants, il a martelé :

« Les terroristes qui agissent au nom de l’ sont des individus égarés condamnés à l’enfer pour toujours »

Pour le paradis automatique peuplé de houris aux gros seins blancs, c’est tintin !

Les plus dubitatifs parleront de « taqiya », cette permission de dissimuler qu’autorise le Coran (sourate 3, verset 29 : “Cachez ou ébruitez ce que vous avez dans le cœur, Dieu le sait”) pour étendre le règne d’Allah. D’autres entendront le message.

L’entreprise du roi est hardie. Il s’agit rien moins que de tourner le dos au passé lointain pour promouvoir la modernité, le XXIe siècle.

Ce n’est pas gagné ! Le lendemain, l’imam de la Hassan-II de Casablanca, la plus grande mosquée du pays, dans un long message Facebook, gronde :

« Regardez nos rues. Cela brise le cœur de voir la nudité obscène, l’étrange audace contre les commandements de Dieu »

Et Omar Al-Kazabri d’enfoncer le clou en convoquant la théorie du complot :

« Des filles dénudées, des garçons perdus, tombés dans les filets de la séduction. Ils sont tous victimes d’un complot contre cette nation »

Il n’a pas crié « Vive le  ! », mais c’est tout comme, appelant à la rescousse un célèbre hadith de muslim :

« Les femmes qui ne sont pas suffisamment couvertes sont vouées à l’enfer »

Les du Maroc s’emballent : “Quelle mouche l’a piqué ?” s’interrogent certains. “Quelle sortie hasardeuse !” critiquent d’autres.

Alors, rétropédalage de l’imam :

« On a piraté mon compte Facebook. Je n’ai jamais dit cela. Je suis un amoureux de mon pays et de mon Roi »

Ouf ! On respire.

Sans vouloir prétendre donner des conseils à l’imam Al Kazabri, présenté par un site islamique comme un “légendaire imam et réciteur marocain, surnommé “le célèbre rossignol de minbar””, je me demande pourtant s’il ne serait pas opportun qu’il s’explique de vive voix sur le sujet lors de son prêche de vendredi prochain et qu’il appuie, officiellement et publiquement, de tout le poids de sa renommée, le discours du roi. Cela ne prouverait rien – toujours cette fichue taqiya – mais cela ferait moins désordre.

22 août 2016

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Monsieur Mondéputé ne me redonne pas grande confiance…

Pour cette intense activité, Monsieur Mondéputé dispose, outre une rémunération de 7.240 e…