Accueil Editoriaux Marine Le Pen plus populaire que François Hollande !
Editoriaux - Politique - 19 mars 2013

Marine Le Pen plus populaire que François Hollande !

Dans le baromètre OpinionWay (pour Métro et LCI), la cote de popularité de Marine Le Pen est plus haute que celle du chef de l’État : 31 % de satisfaits pour Hollande contre 32 % pour Marine Le Pen…

Je ne veux pas casser l’ambiance, mais il va peut-être falloir arrêter de courir le guilledou et en finir avec les escapades touristiques à Dijon ou à Toulouse pour vraiment faire quelque chose… Quelque chose de constructif et de lisible, veux-je dire, en phase avec les attentes de ceux qui croyaient avoir enfin mis le Père Noël à l’Élysée, pas du dobitchu qui donne envie de vomir aux Français.

Quand ceux qui vous ont élu vous trouvent, moins d’un an après, plus moche que la bête immonde, plus malodorant que ceux qui véhiculent des idées « nauséabondes », on se demande quand même si l’on va arriver au bout du bail. Compte tenu de la conjoncture, il serait prudent de penser d’ores et déjà à l’outplacement et faire un petit bilan de compétences : animer des réunions WeightWatchers ou ouvrir une agence matrimoniale gay friendly ?

Comment s’est-il fait devancer par celle qu’il dominait de près de 11 points lors du premier tour de la présidentielle ?

Il y a la thèse féministe : le patron quasi sexagénaire d’une grosse boîte (en faillite, soit, mais quand même), aidant une jeune femme dynamique à s’asseoir dans son propre fauteuil et accéder au pouvoir suprême afin que s’accomplisse enfin l’antique prédiction du prophète Michel Sardou, cela s’appelle donner l’exemple et voilà qui devrait plaire à Najat Belkacem. Quoique.

Il y a la thèse complotiste : l’atavisme familial « vieille droite » de Hollande et de la mère de ses enfants ne sont un secret pour personne. Et si tout cela n’était qu’un leurre ? S’ils n’avaient jamais quitté le côté obscur de la force ? Si leur invraisemblable accumulation de conneries n’était là que pour permettre l’avènement de blond Vador ?

Il y a la thèse réaliste : les gens l’avaient pris pour un conducteur de travaux BTP quand il n’était qu’un organisateur de « projet X ». Comme si l’on pouvait encore retaper la masure France. Comme si l’on pouvait envisager autre chose, dans son état, que de la laisser ouverte à tous vents pour faire rentrer les copains, piller les propriétaires impuissants dont c’était la maison de famille, arroser la compagnie et faire une dernière fête : faites passer, chaud devant ! Pour qui une amnistie ? Pour qui le mariage gay ? Pour qui la redistribution des allocs ? Et la suppression du jour de carence des fonctionnaires, qui prend ? Attendez, ne partez pas déjà, il reste encore à dépecer quelques régiments et vendre un porte-avions. Vous savez comment sont les gens, les largesses sélectives de François font, comme dirait Louis XIV, « un ingrat et cent mécontents ». Cent mécontents qu’attire, à leur corps défendant parfois, la blonde Nanny McPhee qui suggère, pour commencer, de remettre le verrou sur la porte.

Carla vient de pronostiquer, à la présidentielle de 2017 (ben quoi ? pour être plus souriante et moins barbue que Joffrin, pourquoi serait-elle plus mauvaise politologue ?), un duel Hollande-Le Pen. Un duel, qui, las, sans l’intervention de son mari (qu’elle ne souhaite à aucun prix), se terminera, pense-t-elle, par le maintien des socialistes aux affaires. Ce sondage devrait la rassurer. Hollande quittant l’Élysée sans que Sarkozy n’ait eu besoin de faire don de sa personne à la France, c’est du domaine du possible.

À lire aussi

BVoltaire sur les plateaux télé – Semaine 23 – 2020

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleGabrielle Cluzel invitée de “Punchline&#…