Nous aurions tort de soutenir ceux qui s’en prennent à l’ au nom de la laïcité. Demain, ils pourraient user du même concept contre les chrétiens. N’oublions pas que la fameuse laïcité a été forgée par la IIIe République afin de décatholiciser la France en affaiblissant l’Église.

Laïcisme, droits de l’homme, féminisme, républicanisme… On croirait lire le programme de la SFIO au début du XXe siècle, mais c’est bel et bien le projet défendu par les “patriotes” en 2016. Décidément, “toute droite n’est jamais qu’une ancienne gauche”, comme l’affirmait Romain d’Aspremont dans les colonnes de ce journal.

La laïcité n’est qu’un pendant du relativisme ambiant : tout se vaut. Une religion qui cimente l’ française depuis seize siècles se trouve soudain mise au même rang que des croyances présentes depuis à peine quelques décennies sur notre territoire. Le christianisme est même traité de manière plus sévère que les autres cultes. L’espace public “neutre” devrait donc être totalement aseptisé de toute présence chrétienne. La laïcité à la française n’est qu’un athéisme d’État déguisé et insidieux.

Or, aucune civilisation ne s’est bâtie sur le vide relativiste. Toutes ont eu une religion nationale, des dieux poliades et la solide certitude d’être un peuple de seigneurs. Car une nation sans âme est une nation morte.

Faudrait-il – au nom de la sacro-sainte laïcité – déchristianiser notre calendrier, supprimer les fêtes chrétiennes, renoncer à toute tradition religieuse et débaptiser les communes portant des noms de saints ?

On est déjà sur ce chemin : en témoignent les procès contre les crèches de Noël, l’annulation de nombreuses processions, le délabrement de certaines églises, la traque subie par les lycéennes pour leurs jupes jugées “trop longues” par la nouvelle police (a)morale…

Après cela, des “patriotes” applaudissent cette laïcité oppressive qui s’en prend aujourd’hui aux musulmans et frappera demain ses cibles de choix : les chrétiens…

Si, demain, tous les musulmans quittaient la France, pensez-vous que nous retrouverions soudain notre identité et notre grandeur ? Foutaise ! Le problème de la France n’est pas la religiosité d’une minorité mais l’irreligiosité de la majorité.

Nous devons combattre l’intégrisme islamique, mais pas au nom d’un autre intégrisme nihiliste que serait le laïcisme. Le combat contre l’islamisation doit être mené au nom de nos racines pagano-chrétiennes, que l’on soit croyant ou non.

La liberté de croyance et d’incroyance étant un fondement du droit, il ne s’agit pas de forcer les Français à fêter le solstice ou à aller à l’église. Cependant, il est des éléments sur lesquels on ne peut transiger, au risque de faire perdre à la France son identité.

Certaines traditions d’origine religieuse sont si présentes, même, parmi les plus incroyants qu’elles ne sont plus cultuelles mais culturelles, puisqu’elles composent l’essence même de notre pays.

26 août 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.