Paradoxe : faut-il une loi pour permettre la solidarité humaine ? Apparemment oui ! À la veille du 1er mai, historique « chômage » pour la « journée de huit heures » (1890), le Sénat a voté la loi, adoptée depuis deux ans par les députés, qui autorise et encadre le « don de RTT » dans une entreprise, entre salariés.

Si votre copain, voisin de chaîne, d’atelier ou de bureau a un souci (ou un besoin quelconque), vous pouvez désormais lui donner tout ou partie de votre réserve de RTT (heures ou jours de récupération que vous avez en sommeil). Il est autorisé d’être solidaire, humain, fraternel. Ouf !

Ce fut, au temps du prolétariat industriel et des gros ateliers où l’on travaillait à la tâche, une tradition d’épauler le compagnon en retard ou à la ramasse, ou qui devait s’esbigner avant l’heure pour cause privée (ou syndicale ou politique) urgente. Les collègues accomplissaient son boulot et à charge de revanche, hop ! Même les romans de Zola, farcis de féroces rivalités, sont émaillés de telles preuves de cette vieille solidarité.

Pourtant le vote de cette loi autorisant le « don de RTT » n’a pas été un chemin bordé de roses ! Et ce sont des élus communistes et socialistes qui ont traîné les pieds au nom des grands principes selon lesquels c’est à la « solidarité nationale » de venir au secours de celui qui est dans un besoin de jours de congés exceptionnels.

Autre argument râleur : si le « don de RTT » est facilement applicable dans de grosses unités industrielles, commerciales ou de service, comment faire dans les PME et TPE, où les « stocks » de RTT sont plus modestes ? Certes, mais est-ce parce que la nouvelle disposition ne résout pas tout et partout qu’il faut la laisser dans un tiroir (où elle était depuis deux ans)… Et est-ce que les salariés d’une PME sont moins capables de solidarité humaine ? Je parierai que non…

Finalement, cet épisode aura été l’illustration de l’archaïsme de la gauche institutionnelle, infoutue d’être même fidèle aux racines lointaines du socialisme français – le fouriérisme et le saint-simonisme –, dont les adeptes devaient porter des tabliers boutonnés dans le dos pour être certains de s’entraider. Figure dépassée, certes, mais si le recours à l’État fait oublier la fraternité et la solidarité humaines, alors il faut affaiblir l’État, et vite ! Bref, revenir aux racines du socialisme !

Partager

À lire aussi

Et ils n’ont rien trouvé d’autre que le bureau de Delanoë ?

Manquent plus que Mme Dati et la famille Tibéri pour reconstituer la ligue dissoute et pro…