Cliquez pour acheter

Ahurissant moment de déconstructivisme ignare, ce samedi soir, par un osant décidément tout, au nom d’une conception himalayenne de son intelligence.

Répliquant à Thomas Guénolé qui avait affirmé que « nos racines sont païennes en remontant aux Gaulois » – ce qui n’était évidemment pas faux mais insuffisamment exact -, notre saltimbanque plumitif le somma de lui expliquer en quoi « les Gaulois sont les ancêtres des Français ».

Tête pleine d’à peu près tout, mais très mal façonnée par une française de plus en plus médiocre, le chercheur à Sciences Po se trouva fort dépourvu pour lui répondre, sauf à risquer une généralité maladroite du style « Clovis ne fut pas le premier roi de France ». Passons. L’intéressé est sociologue, pas historien.

Mais Moix, encore moins l’un et l’autre, franchit alors le Rubicond du crétinisme pédant, dévoilant, dans un même mouvement, la vacuité de son interlocuteur atone, à l’esprit critique aussi lisse que son crâne et l’intellectualisme infatué de ce singe savant qui sait à peu près rien sur à peu près tout, preuve supplémentaire de l’imposture récurrente de ces nouveaux chiens de garde du monde des lettres. Moix, péremptoire, lança donc cette saillie d’anthologie qui devrait, à jamais, l’enterrer dans la fosse commune des doctrinaires bornés : « En 1789, le tiers état a inventé la Gaule car il en avait marre d’entendre dire que les rois remontaient à Clovis par un droit divin. Le tiers état a objecté alors que lui aussi venait de la Gaule qui était là sur le même territoire. La Gaule comme ancêtre de la France est une mythologie complètement inventée pour des raisons politiques. »

Bien qu’il fût très tôt en ce dimanche balbutiant, votre serviteur, qu’une douce torpeur commençait d’envahir, sursauta à ces inepties, provoquant un réveil irascible bien peu approprié à cette heure. Coupant rageusement le téléviseur, il songea à Camille Jullian, Henri Martin ou Jules Michelet, qui ne firent pas peu pour sortir nos lointains ancêtres de l’injuste oubli sous lequel ils furent ensevelis au fil des siècles. Sans oublier Jules César, dont La Guerre des Gaules a constitué une source historiographique essentielle.

Dans le cas de Yann Moix, soutenir que les Gaulois appartiennent à la mythologie aurait pu s’analyser en un négationnisme de salon nourrissant une verve provocatrice en berne. Il n’en est rien car, si Sieyès prétendait, en effet, « révéler à nos concitoyens que la naissance que l’on tire des Gaulois et des Romains vaut au moins autant que celle […] des autres sauvages sorti des bois et des étangs de l’ancienne Germanie », pour mieux couper la branche de « ces familles qui conservent la prétention d’être issues de la race des conquérants et d’avoir succédé à leurs droits », dans le même temps, L’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot vomissait « les mœurs des Gaulois au temps de César [qui] étaient la barbarie même ».

En d’autres termes, Moix, à l’instar des Lumières et de leurs épigones, travestit une intention idéologique en vérité historique définitive. Le Goncourt 1996 se trouve ainsi pris en flagrant délit de malhonnêteté intellectuelle que sa position de chroniqueur du service public de l’audiovisuel aggrave en mensongère. Nier impudemment notre filiation d’avec cet important ramage celte revient, purement et simplement, à gommer la France et les Français des livres d’histoire. Inacceptable !

5 octobre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.