En bonne logique, ces instances supranationales devraient s’auto-congratuler bruyamment : soixante-dix ans de Parlement européen, trente de traité de et vingt d’euro, ce n’est pas rien. Et pourtant, grande est l’impression que tout cela a, non point été fêté, mais à la va-vite commémoré.

C’est en tout cas le constat dressé par Jordan Bardella lors d’une conférence de presse tenue ce 22 novembre, en cette même enceinte, appuyant là où ça fait mal.

Le premier événement ? Traité de façon « clandestine ». Le deuxième ? « Oublié. » Le dernier ? Célébré de manière plus que « discrète ». Et le nouveau président du Rassemblement national de noter, non sans ironie : « Nous aurions été désolés de ne pas honorer cet anniversaire. Cela aurait été discourtois. Les anniversaires sont l’occasion de faire le bilan des années qui se sont écoulées. Mais là, pas de feux d’artifice, de défilés, de fêtes grandioses. […] Juste un entre-soi parlementaire, presque en catimini. » Bref, un « recueillement sans fleurs ni couronnes ».

Et pourtant, que ne devait-elle nous apporter, cette Europe, en matière de voluptueuses félicités. Prospérité économique, plein-emploi, du Vieux Continent pour les siècles à venir et même possibilité de créer un vaste ensemble géopolitique susceptible de faire pièce à la puissante Amérique, à la Chine montante, sans négliger cette Russie qui, même malmenée, entend retrouver toute sa place au sein du concert des nations. On voit le résultat : en berne, impuissance politique, hégémonie allemande aux dépens de la France, vassalisation vis-à-vis de l’OTAN, submersion migratoire et impuissance structurelle à créer ne serait-ce qu’un début de semblant de diplomatie et d’armée européennes. Comme on dit de manière triviale : pas une seule balle dans le panier.

Jordan Bardella, dont la liste est arrivée en tête lors des élections européennes de 2019, dirige donc la première délégation parlementaire française au Parlement. À ce titre, son avis n’a rien d’anodin et au moins mérite-t-il d’être entendu.

À l’entendre, Élisabeth Borne en aurait décidé autrement : « J’ai été sommé par la présidence du Parlement européen de céder mon temps de parole face à la Première ministre, au motif que les échanges politiques n’avaient pas lieu d’être. Drôle de conception d’une assemblée parlementaire censée être élue pour représenter les peuples. » Et le même d’ajouter, toujours aussi taquin : « En moins de vingt-quatre heures, madame Borne supprime le débat français par un cinquième 49.3 à l’ et musèle le débat européen en empêchant le Rassemblement national de s’exprimer. »

Il est un fait que ça commence à faire beaucoup. Car si cette fameuse construction européenne n’était que bonheur doublé d’un chemin pavé de violettes – ce qui aurait fini par se savoir, tôt ou tard, il y aurait eu des fuites –, comment expliquer ce manque d’assurance face à des interlocuteurs dont le seul crime consiste manifestement à avoir été élus par les Français ; comment expliquer ce comportement ? À croire que ce système si bien incarné par Élisabeth Borne commence par avoir peur que son impuissance structurelle ne finisse par éclater au grand jour.

Souvent, les grands bouleversements surviennent quand l’État ne peut plus et que le peuple ne veut plus. Le « super État » européen peut de moins en moins. Quant aux peuples européens, ils auraient plutôt tendance à accorder leurs suffrages à des mouvements politiques, eurosceptiques a minima, lorsqu’ils ne sont pas franchement anti-européens, tel que cela s’est vu au avec le Brexit.

Comparaison n’est certes pas raison, mais Louis XIV fut enterré de nuit et le plus discrètement du monde. Les instances européennes prendront-elles un jour le même chemin ? Au moins, dans le premier cas, s’agissait-il du Roi-Soleil. Alors que nos instances européennes paraissent aujourd’hui à peu près aussi c… que la Lune, ayant même été jusqu’à discréditer l’idéal européen. Il fallait le faire. Ils l’ont fait.

20822 vues

23 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

71 commentaires

  1. Au point où nous en sommes, remplaçons l’assemblée nationale par l’entreprise Mc Kinsey et le sénat par une commission Attali permanente, cela évitera ce bornage écœurant. On comprend et ce n’est pas nouveau, comment s’entoure l’imposteur, Philippe qui ne comprenait pas lui-même ses tirades, Castex s’employant dans des communiqués de plusieurs dizaines de minutes pour exprimer ce qui pouvait être dit en une phrase et la cerise sur le  » Kloug » une employée administrative qui pourrait être remplacée par un dictaphone.

  2. Très bel article que l’on pourrait compléter à foison si on voulait jouer à se faire peur . Par exemple , quelle est l’idée de Macron quand il dénature intégralement la Haute Administration et ses écoles avec la création de son réservoir INSP ? Ne serait ce pas d’anonymiser les postulants pour les rendre plus ajustables ( maléables ?) au profil européen ?
    Il est vrai que l’ambition de cet homme est l’Europe et que pour y parvenir , selon lui , il faut que la France n’en soit plus qu’un oblast .
    On savait qu’il réfléchissait faux mais là il faut admettre qu’il coche toutes les cases car je doute que l’Allemagne qui joue cavalier seul depuis 1945 lui laisse ,ne serait-ce qu’en rêve, caresser ce projet .

  3. Bon discours de J. Bardella. Les Français ont ils voté pour cette Europe ? Je ne pense pas. Une Europe des nations serait préférable à cette U.E , qui veut impose sa loi . Une loi qui se substitue à la notre, ce qui fait qu’en matière d’immigration, nous ne pouvons pas prendre les mesures qui s’imposent, surtout avec un Macron, qui préfère l’UE à la France .Donc , il reste heureusement des députés RN , mais aussi d’autres qui prônent une U.E différente de l’actuelle .

  4. Malheureusement, et malgré tout le respect dû aux dames, force est de constater que madame Borne serait probablement plus utile, sinon moins nocive, dans le fauteuil d’un chef de rayon au « Bon Marché », plutôt que dans celui de Premier Ministre de la France.
    Malheureusement, force est de constater qu’il en est ainsi des 9/10° des personnalités dites « de gouvernement » qui ont sévi ou qui sévissent toujours sur la France depuis 1995 (Présidents naturellement inclus, avec toutefois un bémol sur le « Grand Jacques » qui avait su rester un peu français).
    Malheureusement, force est de constater que les Français ne se sont laissés enfumer par la cinquième colonne mondialiste que parce qu’ils sont devenus plus « enfumables » que « citoyens » français solides, sensés et patriotes.
    Malheureusement, faire marche arrière et repartir du bon pied ne va être chose facile face à la cinquième colonne mondialiste, à ses Media Mainstream bien en place, et surtout à son entregent dans la totalité » du monde occidental !
    Sauf, bien entendu, un retour en grâce des vertus du « coup de pied au derche -évolutionnaire et citoyen » !

    1. Et pourquoi ne respecter que les « dames! les messieurs également en les appelant Monsieur!!! Marre de cette prétendue politesse à l’égard des femmes plus qu’à elles des hommes!!! Egalité de traitement!!!!

      1. Égalité de traitement, certes. Mais peut-être aussi différence de génération ?
        Une différence de génération à laquelle j’entends ne pas renoncer lorsque je vois ce qui se passe maintenant !
        Car je respecte aussi les messieurs respectables, vous savez !

      2. Mais ne serait-ce pas une forme bien connue des anglais et qu’on appelle en France de l’Humour au second degré ?
        N’oubliez pas cette phrase magnifique de Sir Winston Churchill :
        « De l’humour à l’ironie , il n’y a qu’un pas , le pas de Calais « 

  5. Le problème de l’Europe est que, comme le rappelait Philippe de Villiers, c’est Soros qui y fait la loi et la Commission européenne, non élue par le peuple, qui lui obéit. Sinon, çà pourrait être une bonne idée.

  6. Mais nous avons élu des « députés » à Bruxelles ! Que font ils donc pour la France ?
    Il est vrai que ceux émanant de lrm ont récemment voté contre l’amendement de Xavier Bellamy à propos de la pub éhontée de l’EU pour le voile islamique…
    Le wokisme et l’islamisme (semblant incompatibles) on mis la main sur cette néfaste institution !

    1. ils ne sont pas aveugles du tout, ils savent parfaitement ce qu’ils font au contraire ! ils participent au nouvel esclavage moderne, à savoir importer des incultent corvéables à merci, il n’y a rien d’humaniste dans un tel projet, et ils le savent parfaitement !

  7. La construction européenne est purement idéologique. Et plus le temps passe et plus l’idéologie étend ses ravages.
    Cette idéologie a construit le cadre d’une dictature qui musèle ses oppositions et brime les peuples.
    Comme toute construction idéologique elle conduit au désastre.
    La Norvège et la Suisse qui ont choisi d’échapper à cette chimère montrent bien qu’une autre voie était possible et meilleure.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter