Accueil Armées Il a joué à saute-portillon après les tirs meurtriers
Armées - Editoriaux - Justice - 23 novembre 2015

Il a joué à saute-portillon après les tirs meurtriers

Mme Taubira en a-t-elle conscience ? C’est un doigt « d’honneur » – voire tout un bras ! – qu’Abaaoud lui a adressé au soir du vendredi 13 en sautant allègrement des portillons dans le métro alors qu’il venait de participer aux horreurs en plein Paris ! Son « incivilité » prouve que, conscient du laxisme de la justice française, il était certain que personne ne viendrait l’interpeller.

La justice « made in » le ministère de l’hagarde 1 des Sceaux a un tort : ne pas punir les voleurs « d’œufs » qui finissent par perpétrer des massacres… « bœufs » !

Dans quelle euphorie devait être lorsque, au soir des attentats, il gambadait dans le métro à la station baptisée… pardon, nommée « Croix-de-Chavaux » à Montreuil en Seine-Saint-Denis, département dont le patron est… saint Denis, qui fut le premier évêque de la toute nouvelle capitale de la France, Paris : martyr… décapité à Montmartre, il rejoignit, dit-on, à pied, sa tête dans les mains, l’actuelle ville de Saint-Denis. Ce « cerveau » qu’était Abaaoud devait ignorer cet épisode de la France chrétienne.

Une caméra l’a filmé à 22 h 14 sur la ligne 9 desservant les stations République, Oberkampf et Charonne, proches des lieux mitraillés. Tirer à la kalach’ par surprise sur des personnes désarmées et en pleine joie de vivre, c’est facile et lâche, surtout lorsque le tireur sait que la France « hollandisée » est incompétente, angélique et laxiste en matière de sécurité. Car même s’il avait été arrêté, qu’aurait encouru ce « multi-assassin multirécidiviste » ? La perpétuité ? Mais même à perpète, il serait sorti « pour bonne conduite » dans 20 ans car « il est inhumain de laisser quelqu’un en prison à perpétuité », vous objectera un « bien-pensant. »

Les terroristes savent que la justice française n’a jamais été très méchante avec eux : les assassins d’Action directe sont tous dehors ! Ainsi, un Abaaoud, même couvert de la poudre des cartouches tirées peu avant, a pu se permettre de sauter, probablement le cœur léger, les portillons du métro ! Sûr qu’il était de ne pas être « dérangé » par quelque agent de sécurité et encore moins par un quidam compostant, lui, son billet et qui, tête basse, ferait celui qui n’a rien vu : en ce pays hollando-taubirien, mieux vaut ne pas « provoquer » un délinquant qui porterait alors plainte contre vous pour « racisme », plainte qu’acceptera un juge « indépendant » disposé à plaquer tout citoyen contre « un mur dès qu’on » lui parle de devoir civique.

À la moindre mini-mesure de sécurité, certains hurlent au « régime policier » ! Qu’ils se réjouissent : on peut tout de même encore jouer à saute-mouton en toute sérénité et impunité dans le métro…

Notes:

  1. Terme de fauconnerie tout à fait correct signifiant, précise Le Petit Robert, « trop farouche pour pouvoir être apprivoisé(e) », terme opposé à « oiseau niais » très incorrect.

À lire aussi

Maltraitance : 30 enfants mourront lors des fêtes de Noël : qui s’en soucie ?

Les associations d’aide à l’enfance maltraitée ont une voix qui porte moins loin, qui semb…