Editoriaux - Politique - 13 mars 2015

Stop aux affiches « pays de l’Est » !

Hier, sur ce site adulé de la France entière, mademoiselle Charlotte d’Ornellas dénonçait avec raison les viles attaques dont sont victimes certains candidats du FN qui auraient soi-disant des tronches de cake. En d’autres élections, des postulants du Front de gauche furent également la cible de moqueries… Si le look improbable des personnages présents sur les affiches n’est pas étranger à cette esthétique ambiance « pays de l’Est », le soin apporté aux photographies semble constituer, en revanche, le nœud du problème.

D’une manière générale, qu’ils soient de droite, de gauche ou de nulle part, les candidats des affiches électorales font un peu pitié. Aucun décor, cadre basique, mise en scène Photomaton… Comment un candidat, un photographe et un parti politique peuvent-il laisser imprimer de telles horreurs, pourtant destinées, en principe, à accrocher le grand public ? Dans ce dénuement artistique extrême, même Adriana Karembeu apparaîtrait complètement neuneu. Tom Cruise benêt et Brad Pitt idiot du village.

Ah, il est téméraire, le votant qui glisse un bulletin dans l’urne pour ceux que l’on semble s’être efforcé de faire apparaître comme de pauvres glandus. Il faut le dire tout net, sur les affiches, toutes les conditions sont réunies pour décourager l’électeur. Lui, si habitué aux top models des pubs, aux acteurs mis en scène façon glamour, aux gels douche sirupeux… Soudain, c’est le choc : un ou deux clampins sur fond bleu, pris en photo peut-être au saut du lit… Un lendemain de beuverie… En pleine gastro… On sait pas… Mais pas sous leur meilleur jour, en tout cas. De là à penser que l’abstention trouve l’une de ses racines dans la cruauté des affiches, il n’y a qu’un pas… Qui irait voir un film avec Marion Cotillard photographiée avec des bigoudis, en jogging avachi, le tout sur fond verdâtre uni ? Personne. Donc, répétons-le, l’électeur est un héros.

Il n’est pourtant pas compliqué d’apporter un tantinet de charme à une photo. Un soupçon de mise en scène, de décor. Un recul opportun dans le cas de physiques difficiles, un léger flou, un pont, une rivière derrière, des arbres dans le fond, une maison, enfin quelque chose… Et si possible représentatif des valeurs défendues par le candidat. Mais attention, dans le genre, n’allons pas trop loin non plus. Point de candidate FN courant nue dans un champ de colza ! Pas de sénateur UMP les bras en croix à l’avant d’un paquebot ! De la mesure, du sérieux, du bon goût. Le candidat FN devant un édifice de patrimoine sera du meilleur effet et un PS posant aux côtés d’un groupe de SDF séduira son électorat.

Pour parvenir à ces fins, au diable les conseillers en communication de tous poils, les publicitaires et autres patentés ennuyeux. Juste une petite réflexion… Qui voulons-nous toucher ? Que voulons-nous dire ? Quelle impression voulons-nous donner et, au bout du compte, qui sommes-nous, nous qui prétendons offrir un monde meilleur ? De petites choses placardées ici et là ou bien des capitaines au long cours fendant les flots et bravant les tempêtes ? De simples honnêtes gens pétris de bonne volonté envers leurs prochains ? Quoi qu’il en soit, il faut le dire !

Commentaires fermés sur Stop aux affiches « pays de l’Est » !

À lire aussi

Le pitbull et le lapinou : la nouvelle fable de Benalla

L’amateurisme de l’équipe entourant le Président se trouve confirmé par l’ex-pitbull à son…