Discours - Editoriaux - Histoire - Médias - Politique - Presse - Sciences - Table - 18 septembre 2016

Climat : haro sur Sarkozy l’hérétique !

Une presse très remontée s’est fait l’écho, très récemment, de propos, somme toute d’une grande banalité, que Nicolas Sarkozy aurait prononcés devant les membres de l’Institut de l’entreprise. Selon son directeur de campagne, il aurait dit : « On a fait une conférence sur le climat. On parle beaucoup de dérèglement climatique, c’est très intéressant, mais ça fait 4,5 milliards d’années que le climat change. L’homme n’est pas le seul responsable de ce changement. »

Il faudrait, en effet, être ignorant de l’histoire de la Terre, ou d’une grande hypocrisie, pour ne pas savoir que sa température moyenne a toujours fluctué au gré des cycles solaires, océaniques ou orbitaux et que ces cycles ne se sont pas arrêtés le jour où l’on s’est mis à brûler des combustibles fossiles pour se mouvoir ou se chauffer.

C’est pourtant cette phrase qui a déclenché un feu nourri de réactions ulcérées. Le journal Le Monde rapporte que, selon Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et ex-dirigeante d’Europe Écologie-Les Verts, ils ne sont « pas du niveau d’un homme d’État », ils « relèvent de l’obscurantisme » et « on dépasse les limites de l’indécence ». Elle n’a pas demandé une loi mémorielle sur le climat, mais on en n’est pas loin. Pour Barbara Pompili, secrétaire d’État à la Biodiversité, ce discours est « régressif et rétrograde ». Ne pas ignorer l’histoire de la Terre est donc pour elle aussi une perversion.

Mais la palme de l’indignation revient probablement à Jean Jouzel, le scientifique de référence des médias, ancien vice-président du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) mais aussi, il ne faut pas l’oublier, adhérent ou ex-adhérent du parti Nouvelle Donne.

Au lieu, précisément, d’argumenter sur le plan scientifique, il a préféré l’attaque politique en disant que c’était « vraiment pitoyable pour quelqu’un qui a lancé le Grenelle de l’environnement sous son quinquennat ». Parlant, on ne sait par quelle représentativité, au nom des autres, il a ajouté que cette déclaration traduisait un « mépris de la communauté scientifique », comme si cette communauté était unie derrière lui, uniformément d’accord avec ses opinions ou ignorante de son militantisme. Puis, fort de son aura médiatique, il n’a pas hésité à conclure qu’« en la matière, Sarkozy est une véritable girouette ».

En France, concernant le climat, cela fait maintenant plusieurs années que l’idéologie et la déraison ont pris le pas sur la science et que tout débat est impossible. Monsieur Sarkozy y a contribué, dans une certaine mesure, avec son Grenelle de l’environnement, mais peut-être ne pouvait-il faire autrement. Là, il peut se rendre compte que l’emprise et le parti pris des médias sur ce sujet est telle qu’il est inenvisageable de faire marche arrière ou, simplement, de sortir en parole du « climatiquement correct », même si le redressement du pays en dépend.

Commentaires fermés sur Climat : haro sur Sarkozy l’hérétique !

À lire aussi

Ouragans : France 2 pose des questions et n’y répond pas convenablement

...mais, visiblement, nous vivons un temps où il est préférable de rassurer les croyants d…