À en croire l’actualité médiatique, l’heure serait plutôt à ce fameux « choc des civilisations ». Ce dernier existe-t-il ou pas ? Et, à force d’invoquer son nom, tel celui du Diable, ne prend-on pas le risque de le faire survenir ?

Dans Le Parisien de ce mercredi, Jean-Christophe Rufin, ancien ambassadeur, remarque à propos de : « Il est assez facile de se donner des habits de chef de guerre. Contrairement à ce qu’on peut croire, cette posture de virilité est plus simple que de réformer le Code du travail ! » Car de cette énième guerre à venir, que savent les Français ? À peu près rien.

Comme toujours depuis des décennies, la même antienne mille fois resservie. Les bons contre les méchants. Hier, les bolcheviks à front de veau qui entendaient envahir le « monde libre ». Déjà, les nous faisaient avec un diable de papier, avant de nous rejouer cette pièce de boulevard avec l’affreux Ben Laden. Mais comme il s’agit là d’un conflit interne au monde islamique, entre sunnites et chiites, dont les musulmans sont les premières victimes, c’est déjà un peu plus compliqué.

Cela, un Éric Zemmour l’a assez bien vu sur RTL, stigmatisant la vision qu’ont les médias occidentaux de l’adversaire du moment, EI, puis Daech – la est désormais partout, ces mecs changeant d’acronymes au gré du vent –, un peu comme les services de téléphonie mobile. Vision consistant à tenir « l’Autre » pour « barbare », « monstre », sorte « d’enfant engendré par Adolf Hitler et Belzébuth ». Le tout sur fond de terreur et d’immédiateté émotionnelle…

Les affreux daechistes ont donc décapité… Quelle horreur, comparée à notre roi et à son épouse décapitée… Quel inexpiable crime, vis-à-vis de ces tonnes de bombes déversées sur des populations, civiles, dont les surgeons politico-religieux paraissent désormais nous menacer, sur fond de guerre du pétrole. Il y a là matière à réfléchir au-delà des éternels slogans selon lesquels la « bougnoulitude » aurait vocation à être extradée de force, avec ses frères « mahométans » au passage, tel qu’il se doit.

Ainsi, dans cette dénonciation de l’infernal processus nous ayant conduits à cette martingale mortifère, Éric Zemmour voit assez juste, puisqu’il en pointe du doigt les principaux responsables, USA, Qatar et – nos meilleurs amis du moment, soit dit en passant –, ayant financé des créatures qu’ils doivent maintenant, à leur corps défendant, noyer sous des tapis de bombes. Et le même Zemmour d’au passage dénoncer l’arrogance occidentale selon laquelle le reste de la planète devrait vivre selon les codes hollywoodiens. Mais dérape lorsqu’il se risque en ce parallèle hasardeux voulant qu’entre Daech et Hamas, ce soit chéchia blanche et rose burka, confondant au passage salafistes et Frères musulmans.

Généralement mieux avisé et plus amplement informé, Éric Zemmour, lorsqu’il dénonce sur i>Télé le silence de l’UOIF sur les persécutions faites aux chrétiens, aurait juste pu jeter un petit coup sur le site officiel de cette confrérie pour constater que cette même UOIF a plus que fermement condamné toutes misères faites aux minorités du coin, musulmans chiites, pagano-monothéistes yazidis y compris. Mais peut-être ne s’agit-il là que d’un simple oubli…

Il est à craindre que nous n’ayons bientôt à revenir sur un sujet si complexe qu’il mérite à l’évidence mieux qu’anathèmes et excommunications venant d’autorités morales n’ayant de la chose religieuse qu’une science toute relative.

24 septembre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

DVD : Le Sang du vampire, d’Henry Cass

Au final, un petit classique, jusque-là seulement révéré par un cénacle d’admirateurs mais…