On apprend, ce dimanche, que la Garde républicaine sera à nouveau relevée officiellement. C’est RTL qui relaie cette information apparemment anodine : à partir du 7 novembre, c’est-à-dire mardi prochain, et tous les premiers mardis du mois, on pourra désormais voir les gardes du régiment d’infanterie de la Garde républicaine se relever devant les grilles de l’Élysée selon un cérémonial bien précis. Une section de ce régiment traversera la rue Saint-Honoré au pas cadencé, avant d’entrer dans la cour d’honneur. Cette pratique avait lieu depuis 1909 et il avait fallu attendre Jacques Chirac, décidément bien plus fort en « déconstruction » qu’on ne l’avait soupçonné à l’époque, pour qu’en 1996 la tradition prît fin.

Nombreuses sont les nations, jeunes ou vieilles, grandes ou petites, qui pratiquent encore ce cérémonial. Le Royaume-Uni est célèbre pour la relève de ses gardes (vous savez, ceux qui sont habillés en rouge et portent un bonnet à poil), qui ne sont d’ailleurs pas des unités protocolaires mais servent sur les théâtres d’opération au même titre que les autres régiments de la Couronne. Monaco, le Danemark ou la Corée du Sud sont également de ces pays qui considèrent qu’un peu de décorum martial ne fait pas de mal. Et puis, plus près de notre pays méditerranéen, il y a les evzones grecs, dont le costume date, pour la plus grande partie, de l’Antiquité, et dont chaque symbole rappelle la lutte farouche que mena le pays d’Homère pour s’affranchir de la domination ottomane. Les quatre cents ans de souffrance des Grecs sous le joug des musulmans sont d’ailleurs symbolisés par les quatre cents plis des fustanelles règlementaires, ces « jupettes » folkloriques dont se moquent volontiers les touristes.

La garde rapprochée et le pouvoir, c’est une histoire européenne. Ce fut la garde prétorienne de Rome qui renversa les empereurs décadents, souvent pour les remplacer par ses propres généraux. C’est aussi une histoire typiquement française. Ce furent les gardes du corps suisses de Louis XVI qui se laissèrent massacrer aux Tuileries, le 10 août 1792, sur ordre d’un roi trop faible pour l’Histoire. Ce fut, on s’en souvient grâce à Victor Hugo, à Waterloo que « tranquille, souriant à la mitraille anglaise/La garde impériale entra dans la fournaise ». En soi, c’est donc une excellente idée qu’a eue l’entourage du président de la République. C’est à porter à son crédit, de la même façon que le retour au bleu profond sur le drapeau tricolore.

C’est d’ailleurs, peut-être, précisément là que le bât blesse : à l'exception de ces mesurettes esthétiques, c'est le désastre depuis 2017. Macron, c’est l’absence de culture française, ce sont les migrants par millions, le pays transformé en cloaque, la « gênance » des Français, quand il va à l’étranger, devant cet enfant gâté, qui est tour à tour sans gêne, servile ou méprisant, selon les cas. Demain, le macronisme, ce sera peut-être également l’inscription de l’avortement dans la Constitution. Bref, au bout de dix ans de pouvoir, grâce à un peuple français éternellement cocu de la démocratie, Macron n’aura fait que du mal. En somme, tout ce qu’il restera de bénéfique, de vraiment tourné vers la grandeur de la France, ce sont : le drapeau tricolore historique, la relève de la Garde républicaine et, peut-être, l’interdiction des pailles en plastique. Ses trois vraies bonnes réformes.

Emmanuel Macron, lors d’un déplacement au Kazakhstan, a saisi l’occasion pour parler du sujet qu’il préfère : lui-même. Il a indiqué qu’en 2027, après dix ans de mandat, il ferait probablement « complètement autre chose ». Aidons-le à trouver un job : Macron est cultivé, obséquieux, vaniteux et superficiel. Il maîtrise les codes du Vieux Monde tout en le détestant. Incapable de faire preuve d’autorité sans être cassant, incapable de faire preuve d’empathie sans malaxer son prochain, il est désastreux en gestion de crise mais peut encadrer, sous contrainte de stress, du personnel qui n’a pas besoin de lui pour faire son métier. Enfin, il aime le décorum tout en « cassant les codes ». Ne cherchons plus : avec cette réforme, il vient de prouver définitivement qu’il avait peut-être, depuis le début, sa place à l’Élysée. Mais en tant que chef du protocole, auprès d'un véritable homme d'État. Il faut le connaître.

11445 vues

05 novembre 2023 à 19:30

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

52 commentaires

  1. Vous êtes bien généreux de considérer Macron comme quelqu’un de cultivé ! C’est la propagande qui est démentie à chacun de ses discours : quelqu’un qui croit que la Guyane est une île, qui n’a jamais rencontré d’art français, etc… Il ne sait pratiquement rien. Mais la propagande a labouré profond et le mythe demeure.

  2. Il a été élu, c’est donc que les français le juge apte à diriger le pays !! Triste vérité peut être, mais vérité quand même !!!!

  3. « … grâce à un peuple français éternellement cocu de la démocratie… » Ce peuple qui, de toute évidence, aime ça puisqu’il en a redemandé en avril 2022 ! Quand on n’apprécie pas de se faire cocufier, on vire celui qui vous trompe. Ça ne garantit pas que le suivant sera mieux mais, au moins, ça enlève au précédent la liberté de vous manquer de respect

  4. Bravo M. Florac ! Vous avez tout résumé du « règne » de ce triste individu….. Malgré tout élu une seconde fois par les « Français » … Désespérant

  5. Il va traverser la rue et trouvera, peut-être, un job à hauteur de ses compétences….tiens, pourquoi pas un bon vieux métier : rémouleur ou même écrivain public ?

      1. Pourquoi pas ? Au moins il pourrait transcrire les idées des autres….celles qu’il n’a pas…et même en mauvais Français.

  6. « Jacques Chirac, décidément bien plus fort en « déconstruction » qu’on ne l’avait soupçonné à l’époque, » Une forfaiture de plus chez ce professionnel de la trahison. On ne peut oublier sa jeunesse, surtout quand sa seule conviction apparemment naturelle fut de vendre « l’Humanité » à la criée.

  7. L’usurpateur a décidé de jouer avec sa boite se soldats de plomb en public et en même remps beaucoup d’autres patrouillent en France pour démontrer qu’il veille sur nous. Bon sang ça va finir quand cette mascarade du pouvoir ?

  8. Excellentissime cet article . Il ne manque qu’une allusion à l’une des qualités de Macron , son absence totale de sens du ridicule . Allez au devant des autres dans le Monde entier pour donner des leçons d’humanité et diplomatie alors qu’il dirige l’un des pays les plus mal gérés au monde avec un taux d’endettement que son ministre des Finances n’essaye pas même de faire baisser ( promettant seulement de régler cette question en 2027 !) et lorsqu’il s’adresse à ses sujets … une hautaineté soutenue par la suffisance de ses ministres followers

  9. le cinéma macronesque, la France est à la dérive, on cherche comment finir le mois, les gendarmes et policiers, attendent patiemment qu’on leur paies leurs heures supplémentaires, et là on va faire faire des heures supplémentaires à la garde républicaine, il faut supprimer toutes ces fanfreluches d’un autre temps, les entrées de la présidente de l’assemblée nationale, les entrées au sénat etc, on en a marre de voir notre pognon jeter par les fenêtres, macron a dépassé le budget de l’Elysées d’un million l’année dernière il en rajoute une louche.

  10. Un peu de folklore ne nuit pas. Il est vrai toutefois que d’autres sujets de réelles importances mériteraient d’être la préoccupation première de notre président. le projet de budget 2024 illustre le fait qu’il n’en est rien.

  11. Sur les grandes reformes de Macron, je vous trouve un peu dur. Vous omettez les préservatifs et les serviettes periodiques en vente libre aux jeunes

Les commentaires sont fermés.