Mais à quoi joue donc Emmanuel Macron ? La guerre fait rage entre Israël et le Hamas, les risques d’une régionalisation du conflit, voire d’une guerre mondiale, ne sont pas à exclure, la menace de nouveaux actes terroristes islamistes sur notre territoire est au plus haut. Sur le front socio-économique, l’inflation fait des ravages chez les ménages modestes qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts et continue d’essorer les classes moyennes. La vague Lampedusa va bientôt irriguer nos villages, etc. Mais l’on apprend, un beau dimanche matin, que le président de la République a décidé de déposer en Conseil d’État un projet de loi pour constitutionnaliser le droit à l’avortement. Il n’y avait donc rien de plus urgent ? Le monde peut s’effondrer, le chaos s’installer à tous les étages de notre société, mais vite, sans plus attendre, car ça presse, constitutionnalisons ce qui est désormais considéré comme un droit fondamental.

Constitutionnalisons, on ne sait jamais...

C’est quoi, l’idée ? Il y a un risque que ce droit soit remis en cause ? Pas du tout, mais on ne sait jamais. Faute de pouvoir peser sur le cours des choses dans le monde – on ne peut pas dire que la tournée moyen-orientale d'Emmanuel Macron ait été un triomphe romain -, le chef de l'État se raccroche aux branches du sociétal. Oui, mais on ne badine pas avec les grands principes, les droits fondamentaux, d’autant – c’est bien connu – que la France est un phare pour l’humanité ! Quelques États américains, dont on a déjà oublié les noms, remettent en cause ce droit à l’IVG, alors la France se doit de montrer l’exemple.

Pourtant, l’évidence crève les yeux : il n’y a aucune chance que ce droit soit remis en cause - on peut le déplorer ou pas, c'est ainsi - par une quelconque majorité de circonstance. Mais on ne sait jamais… Tiens, justement, penchons-nous sur ce « on ne sait jamais ». Ça veut dire quoi, en fait ? Que les lois seraient gravées sur des tables de marbre pour l’éternité, comme une sorte de Décalogue républicain ? Que le peuple français dans dix, trente, cinquante ans ou plus serait lié par des lois prises par les représentants de leurs parents, grands-parents, arrière-grands-parents ? Et si dans dix, trente, cinquante ans ou plus - hypothèse d’école tout à fait théorique, étant donné l’évolution de notre société -, il prenait l’envie au peuple français, par la voix de ses représentants, de remettre en cause cette loi ? Donc, dès aujourd’hui, mettons tout en place pour réduire ce risque au maximum. C’est ce qu’on doit appeler l’État de droit, notion qui, au final, revient à dire que le peuple ne peut pas faire sa loi comme il le souhaite.

Constitution fourre-tout

Passons sur la transformation de notre Constitution en texte fourre-tout où l’on inscrit, désormais, des principes qui vont bien au-delà de ce que devrait être une Constitution (pensons au principe de précaution inscrit dans la Charte de l'environnement, elle même intégrée dans la Constitution), c’est-à-dire un texte fondamental régissant schématiquement le fonctionnement des grandes institutions de la République entre elles : pouvoir exécutif, pouvoir législatif, autorité judiciaire. Si ce projet de loi constitutionnelle va à son terme (pardons pour l’expression plutôt mal appropriée), ce sera la vingt-cinquième modification de notre Constitution depuis son entrée en vigueur, il y a bientôt 65 ans. Autant dire qu’on est loin du texte et sans doute de l’esprit du texte de 1958, rédigé par Michel Debré. Que dirait, d’ailleurs, ce dernier, grand défenseur de la natalité française, s’il voyait son « bébé » ériger le droit à l’avortement en droit fondamental ?

Pas de référendum sur l'immigration mais...

Emmanuel Macron aura probablement sa réforme constitutionnelle. Les Présidents veulent tous la leur. Sauf Hollande qui n'en fit pas : c'est peut-être là son œuvre majeure ! La Macronie votera comme un seul homme. La gauche aussi, à qui Macron veut sans doute faire un petit geste commercial alors que se profile une loi Immigration qui la hérisse. La droite et l’extrême droite seront sans doute divisées mais, globalement, ça devrait passer crème avec les abstentions. Belle opération en perspective. On ne fera pas de référendum sur l’immigration qui, pourtant, menace gravement, réellement, l’identité de la France, mais on réformera la Constitution pour se protéger d'un risque plus que chimérique. En 2022, 234.000 avortements ont été enregistrés en France. Un chiffre en augmentation, le plus haut depuis... 1990. Au fait, y a-t-il encore des gens pour croire qu’Emmanuel Macron est de droite ?

3870 vues

30 octobre 2023 à 16:45

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

57 commentaires

  1. Les politiques ne sont pas les seuls à s’être laissé contaminer par les idées de gauche sur l’avortement. Tout simplement parce que l’opposition à l’avortement est resté retranché dans une forteresse. Tout est une question d’usage de mots. Il faut déjà que nous arrêtons d’utiliser le terme de grossesse indésirée mais employer le terme de grossesse imprévue.

  2. La garantie du droit à l’avortement et le projet relatif à la fin de vie font de Macron et son gouvernement des distributeurs de mort pour les citoyens français. En d’autres temps ils auraient été condamnés, au moins par les autorités religieuses qui me paraissent bien silencieuses sur ces projets mortifères.

  3. « Une vie palestinienne vaut une vie française, qui vaut une vie israélienne »
    dit M. Macron, alors pourquoi si une vie est importante, pourquoi vouloir mettre dans la constitution le droit à l’avortement ?

  4. On ne sait pas si l’avortement est couramment pratiqué dans les milieux musulmans. On n’a aucune statistique.
    J’ai entendu une fois un imam de Lyon dire que l’âme n’entre dans l’enfant qu’à quatre mois de gestation. Il n’y aurait donc aucune objection à l’avortement dans les délais légaux. Cependant, j’ai tendance à penser que les femmes musulmanes n’avortent que très rarement, étant donné le taux de natalité dans ces milieux.

  5. Au fait parmi les députés Renaissance combien sont de gauche ? le pourcentage qui le connait? BV le savez vous ?

  6. Classique: détourner l’attention pour minimiser des faits graves, pour faire retomber le soufflé.

Les commentaires sont fermés.