Ce jeudi 17 août, le président de la République a adressé une courte allocution depuis Bormes-les-Mimosas. La commune du Var dont dépend le fort de Brégançon, lieu de villégiature des Présidents français, a vu sa traditionnelle cérémonie de commémoration de la libération de la ville par les forces alliées, débarquées sur les côtes de Provence le 15 août 1944, légèrement modifiée par la présence du chef de l’État. Dans un discours aux accents mémoriels et fleurant bon l’éternel en même temps, Emmanuel Macron s’est adressé à la jeunesse de France. Du moins a-t-il parlé d’elle à un parterre très majoritairement composé de retraités et de « seniors ».

« Il y a dans nos jeunes un appétit de liberté, un idéalisme qui se cherche parfois. Et auquel nous devons répondre », a-t-il jugé devant la mairie de la très fleurie commune varoise. « Sans quoi, parfois, cette aspiration noble se retourne contre elle-même et sape les fondations de cette nation de liberté, d’égalité et de fraternité initiée en 1789. » Macron a ensuite enchaîné : « Hors de ce champ commun prospèrent la division, la désunion, qui pavent la voie du chaos et de l’injustice. » Et le locataire de l’Élysée de décrire une jeunesse qui « avait une volonté d’inscrire [son] destin au cœur de la nation ». Des jeunes Français libres qui « nous ont montré [qu’] exercer sa liberté […] ça n’est pas une frénésie de transgression, ça n’est pas une fièvre de renverser les interdits. C’est d’abord et avant tout une volonté maîtrisée et forte, capable d’assumer les contraintes qu’elle se choisit. Je ne crois pas que cette soif-là se soit perdue au fil des générations. » Emmanuel Macron s’est autorisé ensuite un bain de foule face à des supporters en liesse. Une cérémonie de commémoration de libération dans une ville claquemurée et confinée. Des barrages drastiques destinés à éliminer tout risque de perturbation avaient rendu la commune varoise « plus sécurisée que le fort », note un habitant de la commune, pas franchement macroniste.

Au fond, et c’est sans doute le plus symptomatique dans la grande mésentente qui règne entre la Macronie et le corps électoral, Macron se trompe de cible ou, plutôt, il contourne l’objectif. Dans une commune remplie de retraités en villégiature, Macron a parlé de jeunes. C’est-à-dire qu’il a parlé d’un corps électoral votant très peu pour lui à un corps électoral votant très majoritairement pour lui et effrayé par cette jeunesse - dont certains membres qui ont mis la France à feu et à sang pendant plusieurs jours en juillet semblent très éloignés des combattants de l'armée de Lattre ayant libéré Bormes-les-Mimosas.

Une bonne idée qui se heurte à un obstacle majeur, Emmanuel Macron est l’héritier de ceux qui ont fait de la  France cette nation désormais aux portes du tiers-monde. Dans l’assistance se trouvait notamment le député de la circonscription, le RN Philippe Lottiaux, qui a tweeté hier : « [Emmanuel Macron] a vanté les vertus de l’enseignement de l’Histoire, puisse t-il en tirer enfin les conséquences concrètes alors que notre système éducatif se délite sous l’impulsion des ministres qu’il a successivement nommés ! » a notamment écrit le député mariniste.

Une communication qui n'est pas sans rappeler celle des promoteurs du rock chrétien. Ils font croire qu’ils s’adressent aux jeunes mais, en réalité, s’adressent aux vieux qui achèteront le produit pour l’offrir aux jeunes. En d’autres termes, Macron a livré aux retraités de Bormes un descriptif ringard et compassé en exaltant les jeunes d’hier pour dénigrer les jeunes d’aujourd’hui (qui, pour beaucoup, votent contre lui). C’est l’avantage d’appeler à l’ordre devant des retraités face au chaos qu’incarnerait la jeunesse. Il y avait la fracture sociale de Jacques Chirac. Longue vie à la fracture générationnelle d’Emmanuel Macron !

7523 vues

18 août 2023 à 17:57

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

37 commentaires

  1. Même avec la meilleure bonne volonté du monde je ne peux pas écouter le crâne d’oeuf, tellement il est soporifique. Manifestement le charisme est un don naturel qui ne s’apprend pas à l’ENA. D’autre part est-il encore réaliste de célébrer mécaniquement chaque année des événements qui ont eu lieu il y a plus de trois quarts de siècle et d’en tirer des leçons politiques et morales pour aujourd’hui?

  2. « Emmanuel Macron s’est autorisé ensuite un bain de foule face à des supporters en liesse, dans une ville claquemurée et confinée. Des barrages drastiques destinés à éliminer tout risque de perturbation avaient rendu la commune varoise « plus sécurisée que le fort ». Je respire après avoir lu la fin de la phrase. On est toujours en macronie, forme progressiste du bon vieux village Potemkine.

  3. Je précise : je suis un « vieux c.. » de soixante neuf ans, retraité certes quoiqu’encore professionnellement actif !

  4. Particulièrement doué pour le poncif ou…parler pour ne…rien…dire ! Le problème étant que, quand la France va mal.. TRES MAL…c’est absolument horripilant !

  5. Hormis les retraités de Bormes, qui s’est intéressé aux propos de Macron, qui n’intéressent plus grand monde…

  6. Il est écrit : « Emmanuel Macron est l’héritier de ceux qui ont fait de la France cette nation désormais aux portes du tiers-monde ». Il n’y a plus de Nation, à partir du moment où toutes décisions surtout les plus importantes, celles qui concernent le Régalien (Sécurité immigration, Armée sur OTAN Cmdt U.S., Energie, Injections de « vaccins » ARN, etc…) sont prises depuis Bruxelles mais aussi de Washington et en payant des milliards Mc Kinzey, avec le consentement du Gouvernement et sans majorité…Avec une U.E. revue en Etats Nations, là il pourrait le dire.

    1. En effet, la France est désormais un « DOMINION », et son « président » qu’une marionnette de ce dominion américain. Donc aucun intérêt. Cordialement.

      1. Bien d’accord. La France en effet n’est plus qu’une province à l’ouest de l’UE, et l’UE n’est plus qu’un protectorat américain, un empire économique allemand et une colonie de peuplement africaine.

  7. Faisant partie de cette génération de « vieux » j’aurais plutôt employé le terme de « personnes âgées » ou « séniors » , la politesse exige une attitude de respect envers nos anciens, mais bon !!! ne mettons pas toute la jeunesse dans le même sac, mais il faut reconnaitre qu’au travers de discussions , de rencontres avec des professionnels, artisans nombre sont les éléments de notre jeunesse a ne pas vouloir travailler (des postes à pourvoir en vois-tu en vois-là) , d’abord l’argent , les loisirs , et après on verra !!! les mentalités ont bien changé , à notre époque les vacances nada !! , les travaux d’été pour se mettre un petit pécule dans la poche , rares étaient ceux qui se faisaient dorer au soleil !!! et ce qu’il en est des générations qui arrivent derrière ? gâtés , pourris , choyés , protégés , à surtout ne pas contrarier , bref , l’avenir pas très radieux pour les « jeunes » d’aujourd’hui qui seront les « vieux » de demain.

  8. Faire du théâtre, il sait faire grâce à une bonne enseignante qui a même donné d’elle-même pour qu’il réussisse, s’écouter parler ça c’est inné il sait donc faire, mais les actes ? c’est quoi en définitive ?

  9. Encore un discours creux à huis clos où les plans serrés des caméras devaient faire croire qu’une foule admirative s’était déplacé pour voir son idole… et la police n’a pas utilisé son fameux « code 562 » !
    Quant au roi, j’espère pour lui que cet adepte du « bras de chemise » avait un gilet pare balles et un costume climatisé (à 26°) !!!

  10. Macron est le champion du discours creux pur produit de ChatGPT ! Il n’a plus besoin de collaborateurs pour lui pondre de tels baratins ! Il lui suffit de dire à ChatGpT : donne moi un discours sur la jeunesse en quête de valeurs républicaines ( sic) et le logiciel lui sort un texte bateau rempli de poncifs et de concepts standards ! Plus besoin de personne pour être président !

  11. Décidément, ce président n’existe que par ces divisions qu’il n’hésite pas à créer quand celles existantes ne répondent pas au besoin du moment. Aujourd’hui, les vieux et les jeunes, hier, ceux qui ne sont rien et les autres, les « vaccinés » et ceux qui ne le sont pas etc. Il faut bien que les Français soient persuadés que tous leurs malheurs viennent de leurs concitoyens qui ne sont pas comme eux, sinon ils risqueraient bien de tous regarder dans la même direction : l’Elysée.

  12. Encore un discours complètement creux. Que des mots ! Comme d’habitude, pas de plan d’action, que des mots complètement inutiles !
    Je pense que c’est ChatGpt qui a dû écrire ces merveilleuses phrases !!!

  13. Macron est un grand spécialiste du Gloubi-boulga de l’autosatisfait qui ne s’adresse qu’à lui-même.
    En cette occasion il a fait très fort dans le poncif de celui qui s’adresse à des vieux endormis, pour rester poli, par la chaleur.
    L’insupportable jusqu’à la lie.

Les commentaires sont fermés.