[Point de vue] Discours de Bormes : Macron parle des jeunes aux vieux !

Macron

Ce jeudi 17 août, le président de la République a adressé une courte allocution depuis Bormes-les-Mimosas. La commune du Var dont dépend le fort de Brégançon, lieu de villégiature des Présidents français, a vu sa traditionnelle cérémonie de commémoration de la libération de la ville par les forces alliées, débarquées sur les côtes de Provence le 15 août 1944, légèrement modifiée par la présence du chef de l’État. Dans un discours aux accents mémoriels et fleurant bon l’éternel en même temps, Emmanuel Macron s’est adressé à la jeunesse de France. Du moins a-t-il parlé d’elle à un parterre très majoritairement composé de retraités et de « seniors ».

« Il y a dans nos jeunes un appétit de liberté, un idéalisme qui se cherche parfois. Et auquel nous devons répondre », a-t-il jugé devant la mairie de la très fleurie commune varoise. « Sans quoi, parfois, cette aspiration noble se retourne contre elle-même et sape les fondations de cette nation de liberté, d’égalité et de fraternité initiée en 1789. » Macron a ensuite enchaîné : « Hors de ce champ commun prospèrent la division, la désunion, qui pavent la voie du chaos et de l’injustice. » Et le locataire de l’Élysée de décrire une jeunesse qui « avait une volonté d’inscrire [son] destin au cœur de la nation ». Des jeunes Français libres qui « nous ont montré [qu’] exercer sa liberté […] ça n’est pas une frénésie de transgression, ça n’est pas une fièvre de renverser les interdits. C’est d’abord et avant tout une volonté maîtrisée et forte, capable d’assumer les contraintes qu’elle se choisit. Je ne crois pas que cette soif-là se soit perdue au fil des générations. » Emmanuel Macron s’est autorisé ensuite un bain de foule face à des supporters en liesse. Une cérémonie de commémoration de libération dans une ville claquemurée et confinée. Des barrages drastiques destinés à éliminer tout risque de perturbation avaient rendu la commune varoise « plus sécurisée que le fort », note un habitant de la commune, pas franchement macroniste.

Au fond, et c’est sans doute le plus symptomatique dans la grande mésentente qui règne entre la Macronie et le corps électoral, Macron se trompe de cible ou, plutôt, il contourne l’objectif. Dans une commune remplie de retraités en villégiature, Macron a parlé de jeunes. C’est-à-dire qu’il a parlé d’un corps électoral votant très peu pour lui à un corps électoral votant très majoritairement pour lui et effrayé par cette jeunesse - dont certains membres qui ont mis la France à feu et à sang pendant plusieurs jours en juillet semblent très éloignés des combattants de l'armée de Lattre ayant libéré Bormes-les-Mimosas.

Une bonne idée qui se heurte à un obstacle majeur, Emmanuel Macron est l’héritier de ceux qui ont fait de la  France cette nation désormais aux portes du tiers-monde. Dans l’assistance se trouvait notamment le député de la circonscription, le RN Philippe Lottiaux, qui a tweeté hier : « [Emmanuel Macron] a vanté les vertus de l’enseignement de l’Histoire, puisse t-il en tirer enfin les conséquences concrètes alors que notre système éducatif se délite sous l’impulsion des ministres qu’il a successivement nommés ! » a notamment écrit le député mariniste.

Une communication qui n'est pas sans rappeler celle des promoteurs du rock chrétien. Ils font croire qu’ils s’adressent aux jeunes mais, en réalité, s’adressent aux vieux qui achèteront le produit pour l’offrir aux jeunes. En d’autres termes, Macron a livré aux retraités de Bormes un descriptif ringard et compassé en exaltant les jeunes d’hier pour dénigrer les jeunes d’aujourd’hui (qui, pour beaucoup, votent contre lui). C’est l’avantage d’appeler à l’ordre devant des retraités face au chaos qu’incarnerait la jeunesse. Il y avait la fracture sociale de Jacques Chirac. Longue vie à la fracture générationnelle d’Emmanuel Macron !

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

37 commentaires

  1. Mais on s’en moque de son éternel bla-bla-bla…..aussi pas question de l’écouter ni de le regarder …c’est trop insupportable..et notre tension monte ….

    • Combien de victimes de crises cardiaques, de dépressions nerveuses, a-t-il provoqué chez ceux qui écoutaient ses discours ? Ses paroles sont extrêmement toxiques. On a ici la preuve que des paroles peuvent ravager les esprits. L’homme reste très dangereux.

  2. Mais qui donc écoute encore les discours contradictoires de Machiavel ? Dès que sa tête apparaît, je zappe, quitte à regarder des dessins animés, ou même la pub. Tout plutôt que d’écouter ce destructeur de la France, ce narcisse traitre à la France, qui me donne la nausée !

  3. Si Macron a autant de connaissances en Histoire qu’il en montre en Géographie , il a de l’avenir ! Mais pour quoi ce freluquet qui jamais ne porta mousquet plait-il tant aux vieilles gens ? C’est incroyable de niaiserie . Malheur au pays dont le Prince est un enfant et qui ne connait que le langage de l’E.N.A. !

  4. La différence entre les primates et les humains : les primates ne laissent jamais le plus con diriger le groupe …!

  5. « Exercer sa liberté […] ça n’est pas une frénésie de transgression, ça n’est pas une fièvre de renverser les interdits ». Ça alors ! Macron critique la jeunesse des banlieues !

    En fait de fracture sociale, c’est plutôt la facture sociale…

  6. Qu ‘ il se taise et qu ‘ il disparaisse au plus vite , lui et son gouvernement de minables , il n ‘ apporte que malheur et destruction à la France , toutes générations confondues .

  7. Si l’on suit bien ce discours, notre Président mesure qu’il est à l’origine du chaos qui s’installe et dont les émeutes de début juillet sont le révélateur. En effet, il précise que si on ne répond pas aux aspirations de la jeunesse ( l’idéalisme) , « …. cette aspiration noble se retourne contre elle-même et sape les fondations de cette nation de liberté, d’égalité et de fraternité initiée en 1789.»

  8. Que le président ait quelques lacunes en histoire et géographie on le savait, mais oser comparer les jeunes français de 1944 qui ont pour certain donné leur vie pour libérer la France, avec des jeunes de 2023 dont on connait leur amour pour la France , fallait oser ! Ses électeurs seniors, qui ont tout le temps de méditer, seraient bien inspirés d’y réfléchir.
    Quant à macron il serait également bien inspiré de changer de conseiller en communication

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois