Un train peut en cacher un autre. C’est pareil pour les polémiques. L’homme d’Ibiza, visiblement fatigué, est venu faire son mea culpa sur TF1, lundi soir. Jean-Michel Blanquer ne recommencera pas, c’est juré. Fallait-il qu’il aille, ou pas, passer ses vacances de fin d’année aux Baléares ? On va dire oui, s’il cherchait le soleil… et les emmerdes, sachant qu’aujourd’hui, tout se sait très vite et que « les gens » sont, comme qui dirait, un tantinet à cran pour les raisons que l’on sait.

Souvenons-nous du voyage de noces de Sarkozy avec les Français, juste après son élection, histoire de décompresser. Il avait déclaré au Parisien qu’il était « très utile que le Président élu ait une dizaine de jours pour habiter la fonction, prendre la mesure de la gravité des charges qui pèsent sur ses épaules [sic ! L’intéressé n’est plus Président mais a aujourd’hui d’autres charges sur ses épaules…], se reposer après le fracas de la campagne et prendre la distance nécessaire pour devenir l’homme de la nation. » Chose que tout le monde peut comprendre. À l’époque, on avait évoqué l’hypothèse d’une retraite dans un monastère. Plus fort que de Gaulle à la Boisserie. C’eût été beau, mais bon, n’est pas Charles Quint qui veut et personne n’en demandait autant à l’homme en devenir de la nation. Comme Nicolas Sarkozy ne pouvait pas embarquer tout le monde sur sa lune de miel, vu que sur un yacht, les places sont comptées, il avait dû faire un choix très sélectif. Là encore, chose que tout le monde peut comprendre aisément. Les images bling-bling avaient eu un effet, disons, moyen. Mais, au moins, cela avait eu l’immense avantage de donner le ton du quinquennat. Mais on dérive.

Une polémique peut en cacher une autre, disions-nous. En effet, mardi, sur la chaîne i24News, un débat avait lieu sur ce qu’il est convenu d’appeler le Ibizagate. Pour animer le plateau, la journaliste Anna Cabana qui n’est autre que l’épouse de Jean-Michel Blanquer. Une épouse toute récente, puisque le mariage remonte tout juste à la fin de l’année - la journaliste et le ministre « sont en couple » depuis deux ans - et que « ses vacances aux Baléares étaient en quelque sorte son voyage de noces », comme nous l’apprend BFM TV. Certes, i24News n’a pas l’audience de TF1, France 2, CNews ou BFM TV, chaîne sur laquelle officie aussi Anna Cabana, mais on imagine qu’il faut avoir soit un culot en acier forgé soit une capacité de dédoublement de la personnalité à toute épreuve pour animer un débat dont le sujet principal est son propre mari. La marque des grandes professionnelles, dirons-nous. Situation néanmoins insolite qui soulève une nouvelle polémique sur les réseaux sociaux.

Cela dit, la question des ménages politico-journalistiques ne date pas d’hier. On se souvient des couples Ockrent-Kouchner, Borloo-Schönberg, Baroin-Drucker (Marie), Pulvar-Montebourg. Au moins avaient-ils la décence, par un ballet d’évitement savant, de tout faire pour qu’on n'aille pas au court-circuit. On sauvait les apparences et même plus, parfois au détriment de la carrière de la journaliste (curieusement, on n’a pas d’exemple de femme politique partageant sa vie avec un journaliste). Ainsi, Marie Drucker renonça à présenter le journal de France 3 pendant la campagne présidentielle de 2007, alors que son compagnon était encore ministre de Chirac. Certes, personne n’était dupe lorsque, par exemple, en 1992, Anne Sinclair recevait à son émission culte du dimanche soir sur TF1 François Mitterrand alors que son mari était ministre de l’Industrie et du Commerce du même Mitterrand. La droite avait d’ailleurs protesté.

Tout ça, c’était avant. Avec Anna Cabana animant elle-même le débat sur le probable voyage de noces de son mari, on entre résolument dans une nouvelle époque : celle des circuits courts. Si c'est bon pour la planète...

19 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
49 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires