Exaspéré, le Mali a annoncé ce 15 mai son retrait de la coalition du G5 Sahel, en guise de protestation contre le refus de certains membres et partenaires, eux-mêmes sous pression internationale notamment de la France, de le nommer à sa présidence. En effet, la conférence des chefs d’Etats de l’organisation prévue à cet effet en février ayant été reportée sine die, le régime de transition au Mali y voit une ingérence dans ses affaires intérieures.

Par coïncidence qui ne doit rien au hasard, on constate par ailleurs ces derniers temps une vague de manifestations de rue véhémentes contre la France dans les pays francophones d’Afrique de l’ouest et centrale, en particulier au Tchad. La faute de cette colère, spontanée ou fabriquée, en incomberait-elle à la célèbre société russe de sécurité privée Wagner, objet de fantasmes journalistiques et de commodes accusations politiques ?

Car, actualité ukrainienne oblige, par une russophobie en vogue dans les capitales occidentales suivies mollement par leurs interlocuteurs obligés africains, la tonalité médiatique générale accuse la Russie d’en être l’instigatrice via son bras armé présumé, au nom évocateur de déesses valkyries semant la mort et d’un crépuscule des dieux annonciateur de la fin d’une époque de tutelles révolues. Excuse commode mais injustifiée aux manquements coupables des États concernés et aux aveuglements responsables de leurs partenaires étrangers, d’un G5 Sahel dont on a déjà pointé le constat accablant (3), le diagnostic inquiétant , le pronostic oppressant largement confirmé.

Le chaos socio-économique y est la conséquence, et non la cause, du chaos politique . Or, pour ces mouvements populaires d’émancipation, révoltes improvisées plutôt que révolutions planifiées, le respect de la souveraineté nationale et la non-ingérence dans les affaires intérieures des États ne s’applique pas. Cette idéologie à géométrie variable est pourtant sans cesse invoquée par la communauté internationale, quand elle veut couvrir la pire gouvernance de régimes corrompus mais dociles, au nom de la sacro-sainte stabilité (real)politique.

C’est que les régimes de transition actuels en Guinée Conakry, au Mali, au Burkina Faso, ont eu l’insolence de s’affranchir de la permission internationale de renverser ces régimes défaillants et prédateurs protégés. Le concept de légitime défense ne s’applique pas, en droit international, aux peuples victimes de leurs tyrans. Lassées par la longanimité et la nolonté de ces autorités de tutelle, les sociétés civiles concernées ont eu l’impudence de soutenir ces rebelles, au grand dam de leurs autorités régionales et continentales, qui s’en accommodaient aussi.

On aimerait savoir où sont passées les sommes considérables d’aide publique financière internationale accordées ces cinq dernières années pour un résultat insignifiant, dont les 2,5 milliards de dollars accordés à l’Union africaine lors du sommet du 13 janvier 2020. Le ministre français de la Défense, Mme Parly, avait eu beau proclamer que le nouveau dispositif permettrait de « triompher du terrorisme », expression fanfaronne digne des néo-cons états-uniens, on a vite compris que ce sommet de Pau n’aurait pas raison des islamistes. Un an plus tard, le 16 février 2021, un énième sommet du G5 Sahel, en distanciel, consacrait à nouveau le triomphe du verbe creux. Les victoires tactiques militaires face à « une hydre aux mille têtes reviviscentes » qu'Emmanuel Macron prétendait décapiter, n’ont pas compensé la défaite stratégique du G5 Sahel, dont personne ne semblait vouloir fixer de limites à son coût financier et humain.

Finalement, cette crise institutionnelle pourrait être l’occasion d’une remise en cause salutaire d’un G5 Sahel inopérant, sous peine - l’islamisme ayant horreur du vide territorial -, d’un déferlement inédit de violences terroristes et d’une réaction en chaine de renversements de régimes politiques dans toute la région - car les candidats ne manquent pas. À condition de placer les États concernés face à leurs responsabilités. À condition aussi, pour la France, de ne plus se mêler du destin des autres alors qu’elle a tant de graves problèmes à régler sur son territoire, attirant sur ses ressortissants un ressentiment immérité. À condition, enfin, de ne pas rejeter la faute sur Wagner.

3758 vues

17 mai 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Heureusement que le Burkina Faso ne suit pas la terrible fuite en avant du gouvernement Malien actuel qui ne tient que par la stigmatisation paranoïaque de la France. Chaque jour, que ce soit dans les journaux étatiques ou sur les réseaux sociaux, la France y est insultée, conspuée, stigmatisée. Louis Boyard ‘le dealer’ qui dit qu’en Vendée c’est triste car il n’y a que des blancs devrait venir faire un tour à Bamako voir s’il y a la diversité ethnique.

  2. le jour où. l’Afrique arrivera à s’occuper d’elle même n’est pas encore arrivé.
    Nous devrions leur offrir des spécialistes : N’Dye, Avia, Obono et Mélenchon.

  3. Il ne sert plus à rien de subventionner ces pays africains qui sont des puits sans fond; d’autant qu’ils viennent tous les chercher chez nous (les subventions) :) !

  4. Adieu à tous ces soutiens à l’Afrique !
    Ils ont tous chez Nous ! 80.000 maliens, par exemple…
    La France, surtout, d’abord !
    Adieu à la France-Afrique

  5. Que l’on laisse tous ces pays tomber sous la domination bienveillante du Czar-Bleu Poutine et de ses milices, qui ont fait le bonheur des peuples de Tchetchénie, de Syrie, de Georgie, d’Ukraine , et bientot de tout le Sahel !!!!

  6. Une chose est sûre : déverser des sommes astronomiques tant dans ces pays que dans nos « banlieues » est une hérésie.
    Qu’on se le dise, ça ne sert à rien.
    Et comme l’a précisé l’auteur, bien qu’en termes plus élégants, la France ferait bien de s’occuper de ses oignons. Il y a fort à faire.
    Au passage, j’ai découvert le mot « nolonté ». Merci.

  7. La responsabilité de Wagner dans la situation malienne est difficile à mesurer, mais la complaisance dont vous faites preuve envers cette milice poutinienne est plus que discutable. On se demande quand les patriotes cesseront de faire les yeux doux à l’autocrate néostalinien Poutine.

  8. Il y a de nombreuses erreurs sur l’Afrique : 1/ Le Mali a toujours été un pays hostile à la France et qui a créé sa propre situation par une politique raciste anti-Azawad 2/ le Faso,pays solide et désormais en 1ere ligne, n »est pas anti-Français 3/ Wagner (ainsi nommé par admiration du nazisme) est une milice privée de mercenaires qui se paient sur le terrain

  9. Je pense très fort aux 58 soldats Français tombés au Mali !! La France est devenue un « paillasson  » sur lequel de plus en plus de monde s’essuie les pieds !! Honte à ces politiques de « pacotilles » qui nous entrainent dans ces aventures !!!

  10. Comme toujours, excellente chronique de Jean-Michel Lavoizard.
    Lorsqu’il évoque, avec raison, « la célèbre société russe de sécurité privée Wagner, objet de fantasmes journalistiques et de commodes accusations politiques », j’ajouterais que ces mêmes « journalistes » sont d’une très grande discrétion sur les agissement des mercenaires US de Blackwater, mercenaires dont les bavures en Afghanistan, Irak, Syrie, Libye ne se comptent plus.
    Mais là, c’est silence radio …

    1. …. sans compter les mercenaires américains et même français actuellement en Ukraine, qui forment (très discrètement) les soldats ukrainiens et dont personne (sauf LeSommier une fois) ne parlent.

  11. Que faisons nous là bas, nous avons perdu trop de nos soldats.Mais revenir en France comment faire quand on n’a pas les moyens logistiques ?

  12. Soyons réalistes pour qui connait l’Afrique, il n’y a plus de politique Africaine de la France depuis longtemps, le dernier soupir fut sous Mitterrand avec son fils « papa m’a dit  » de son surnom, depuis la France a accumulé les « conneries ».

  13. Parmi les nombreuses erreurs sur l’Afrique de ce texte russolâtre et anti France : 1/ Le Mali a toujours été un pays hostile à la France et qui a créé sa propre situation par une politique raciste anti-Azawad 2/ le Faso,pays solide et désormais en 1ere ligne, n »est pas anti-Français 3/ Wagner (ainsi nommé par admiration du nazisme) est un milice privée de mercenaires qui se paient sur le terrain

  14. De nombreux pays africains n’ont pas encore atteint la maturité nécessaire pour les gérer correctement en faisant fi des clivages ethnies, en supprimant la corruption à grande échelle et les guerres armées de clans. La France a donc toujours un rôle pacificateur et un rôle de conseiller à jouer pour améliorer le sort de ces africains.

    1. de quel droit prenez vous les africains pour des immatures, a la limite, ça s’appelle du racisme ! vous avez l’esprit colonial monsieur!

      1. Ayant vécu quelques temps en Afrique, je confirme…. et ne vois pas le racisme là-dedans.

      2. 17 ans en afrique, ne parlez pas de racisme, ils le sont déjà entre eux ( système tribale) et ils sont indépendants depuis 60 ans

      3. Il ne s’agit pas de racisme mais de vécu. Va donc faire un tour dans quelques-uns de ces pays et tu changeras peut-être d’avis.

    2. Cela fait plus de 60 ans que ces pays sont devenus indépendants. Il serait temps qu’ils se prennent en charge et d’améliorer leur sort, sans toujours compter sur les aides diverses et variées distribuées à fonds perdus par la France, vilain pays (ex) colonisateur.

      1. Tout à fait d’accord avec toi, mais comme je l’ai écrit, ces dirigeants africains ne savent que s’enrichir et ne font rien pour leurs populations, ce qui pousse les hommes à immigrés chez nous. Alors, soit nous les recolonisons, soit nous les abandonnons et ne leurs versons plus rien et n’accueillons plus leurs ressortissants. Pour ma part, j’operai pour la deuxième solution.

    3. la France est étrangère chez eux maintenant. au début les anciens parlaient français, maintenant après 60 ans les jeunes ne connaissent pas notre pays et « certains » se chargent de nous dénigrer en nous faisant passer encore pour des colonisateurs. ce ne sont pas nos gouvernants actuels qui vont arranger les affaires.

    4. Et nous, la  »maturité nécessaire pour gérer correctement » l’avons nous encore ?

  15. Que fait-on dans ces pays, sinon faire tuer nos soldats pour rien ? L’armée sera plus utile dans le pays et à défendre nos frontières contre les divers envahisseurs, comme les Russes par exemple, si on continue à énerver et à chercher des poux à Poutine…

    1. les Russes, monsieur , contrairement aux occidentaux, n’envahissent aucun pays, ils ne font que défendre leur existence face a l’agression américaine !

      1. C’était de l’humour. La France n’intéresse pas les Russes, ils considèrent que nous avons perdu notre grandeur, pourquoi envahir un pays en proie au chaos ? Je parlais surtout d’autres envahisseurs…

  16. Quand cessera-t-on d’aider ces régimes corrompus, incapables et ingrats ? Assez de les faire financer par le contribuable français au détriment des besoins nationaux et d’envoyer nos soldats se faire tuer pour assurer leur défense. Ce serait d’ailleurs le meilleur service à rendre à ces pays pour les amener à enfin se prendre en charge 60 ans après leur indépendance.

    1. Bien qu’indépendants depuis 60 ans les pays africains bénéficient encore d’aides financières importantes de la France….ces aides participent à l’enrichissement sans cause et indu des gouvernants corrompus.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter