Editoriaux - International - 7 juillet 2016

De « Je suis Charlie/Paris/Bruxelles, etc. » à « Je suis habitué »…

Israël, USA, France, Liban, Turquie, Bangladesh, Irak, Liban et, tout récemment, Arabie saoudite… Bref, comme le dit Geert Wilders : “Le ramadan, c’est le moment le plus meurtrier de l’année.”

Pour autant, et petit à petit, nous passons du « Je suis Charlie/Paris/Bruxelles, etc. » à « Je suis habitué »… Chose bien illustrée par le dessin de l’Algérien Dilem pour TV5 Monde, publié lundi dernier, à la suite de l’attentat de Bagdad qui a coûté la vie à plus de 210 personnes et fait plus de 200 blessés.

Alors oui, en France, nous commençons à être habitués aux attentats. Et en ce qui concerne les attentats au Moyen-Orient, il y a même une certaine dose d’indifférence. Mais que l’on se rassure, encore une ou deux attaques sur notre sol et notre pays commencera à recevoir la même compassion internationale que l’Irak puisque, en termes de sécurité, notre réputation sera similaire à la leur, que nous le voulions ou non…

En attendant, Christophe Lucet, pour Sud Ouest, souhaite nous rappeler qu’« une nouvelle fois, il se vérifie que les premières victimes de la terreur islamiste sont les musulmans eux-mêmes ». Une phrase que l’on entend très régulièrement et diffusée afin de bien rappeler que nous avons le devoir de relativiser nos morts et nos invalides… Bref, un slogan répété telle une publicité sournoise pour ne pas oublier notre cachet de « pasdamalgame ».

Certes, il y a les chiffres, et ces derniers prouvent que la majorité des victimes de l’islamisme sont musulmanes. Cependant, cela ne démontre qu’une chose : l’islamisme assassine d’abord dans le monde musulman parce qu’il est né et s’est développé dans le monde musulman. En somme, l’islamisme est un monstre produit par le monde musulman, tout comme l’Inquisition était un monstre produit par le monde chrétien. Et même si, d’un point de vue théologique, on peut le réfuter, cela n’en reste pas moins vrai d’un point de vue historique.

Les musulmans sont les premières victimes de l’islamisme car ce dernier est une idéologie totalitaire et radicale. Totalitaire, car il fait place nette autour de lui en se débarrassant d’abord de ses opposants, puis de ceux qu’il soupçonne simplement de l’être. Radical, car l’islamisme, c’est revenir aux racines de l’islam (radical, venant du latin radix, voulant dire racine), soit l’islam comme l’aurait vécu (selon le Coran et la Sunna) le prophète des musulmans.

Au final, et toujours statistiquement parlant, dès que l’islam est minoritaire quelque part, les premières victimes sont les « infidèles ». Du moins jusqu’à ce que ces derniers aient fui, péri ou se soient convertis. En vérité, tant que l’islam n’est pas majoritaire, les dernières victimes de la terreur islamistes seront toujours les musulmans.

En somme, dire que les musulmans sont les premières victimes de l’islamisme, c’est comme dire que les nationalistes allemands ont été les premières victimes du nazisme puisque la « Nuit des longs couteaux » a eu lieu avant la « Nuit de cristal »…

À lire aussi

Ils croient résister aux terroristes mais sont en réalité déjà morts !

"Nous avons besoin d'être unis !" disent-ils. Mais jamais ils ne précisent autour de quoi,…