Dans les gros “stocks” de migrants, quelques “stocks” de terroristes

Chers produits, chères choses, et chers déchets, bonjour !

Je m’explique :

« Stock », d’après le dictionnaire de français en ligne Larousse, signifie :

Ensemble des marchandises disponibles sur un marché, dans un magasin, etc. ; Ensemble des marchandises, des matières ou fournitures, des déchets, des produits semi-ouvrés, des produits finis […] qui sont la propriété de l’entreprise ; Grande quantité de choses recueillies et que l’on tient en réserve.

Le mot « stock » se réfère donc aux marchandises, produits, choses, matières, voire aux déchets. Sur le site officiel « Eurostat », au chapitre « Statistiques sur la migration et la population migrante », c’est en ces termes qu’une étude se présente :

Cet article présente les statistiques de l’Union européenne sur la migration internationale et les stocks de population de citoyens nationaux et étrangers.

Vous avez bien lu : “les stocks de population” !

Pour peu qu’il ouvre les yeux, le citoyen européen a beaucoup de raisons de se sentir méprisé par cette petite caste eurocrate, ce que reflète assez bien la formulation de cette étude, mais également, par exemple, cet ex-patron de l’Union européenne, Manuel Barroso, qui passe sans coup férir de l’Union européenne à Goldman Sachs. Pas même une certaine discrétion chez ce grand homme : le stock humain est suffisamment euro-lobotomisé. Nous devinons tous plus ou moins que cette « construction européenne » n’est, pour l’heure, qu’une vaste « déconstruction » : frontières-passoires, multiculturalisme, expansion de l’islam, invasion migratoire, braderie péripatéticienne entre eurodéputés et lobbyistes et multinationales haïssant les frontières, etc. Cerise sur le gâteau : l’importation de la guerre civile islamique sur le continent européen sous le double effet migratoire (extérieur) et multiculturel (stupidité intérieure).

Chers concitoyens, les trente dernières années vont être payées par vos enfants durant les trente prochaines années : promesse de Valls. Cerise sur la cerise du gâteau : de nos jours, les meurtriers peuvent même porter un bracelet électronique et égorger un prêtre si ça leur chante… Le désordre a beaucoup progressé depuis Al Capone, qui aurait adoré notre époque et ses kalachnikov : Saint-Valentin, travail d’amateur ! Qu’il aille faire un tour au Bataclan !

Enfin, cerise sur la cerise de la cerise du gâteau : nous nous souvenons tous que seuls des nazillons pouvaient prédire l’infiltration de l’Europe par des assassins de l’État islamique cachés parmi les migrants. C’est officiel : le ministre de l’Intérieur italien, Andrea Orlando, est un nazillon ! Il a annoncé en effet, dès le 3 août, l’existence d’une enquête en cours visant à “déterminer si des membres de l’État islamique pourraient avoir un rôle crucial dans le contrôle et la gestion des flux migratoires vers l’Italie” (RFI, 13 août). “L’Italie craint que des combattants de l’État islamique venus de Syrte traversent la Méditerranée sur des bateaux de migrants” […] “Les autorités libyennes ont prévenu l’Italie de l’existence présumée d’une cellule djihadiste près de Milan en lien avec un commandant aguerri du groupe État islamique selon les médias italiens” (Le Figaro, 14 août).

En conclusion, comme dirait notre gauche, toujours aussi perspicace : de tous côtés le populisme gagne du terrain !

À lire aussi

Culpabiliser : de la question migratoire à celle du climat

En France, c’est Zemmour, viré de certains médias, en Hollande, c’est un certain Robert Je…