Il y a comme un vent de Yalta qui souffle sur le gouvernement français, qui brille par son absence.

D’après Europe 1, et se fondant sur des sources diplomatiques, la France n’aurait jamais participé aux accords avec la Turquie sur les réfugiés syriens. Et même, les diplomates français seraient "tombés de leur chaise" en voyant l’accord de "Mutter" Merkel. La France serait-elle destinée à être oubliée lors des grands événements du monde ?

Pour faire court, l’accord sur la Turquie aura pour but de renvoyer des migrants syriens en Turquie mais récupérer, en échange, les migrants issus des camps turcs.

À cela, l’Europe va rajouter la bagatelle de 3 milliards d’euros pour remercier le douanier turc de protéger les frontières européennes !

Sauf que le président français, et son représentant à Bruxelles avant lui, n’en furent jamais mis au courant. Le couple franco-allemand, soi-disant moteur de l’Europe, et pilier de l’Union, s’est transformé en un dirigeant unique (l’Allemagne) soutenu par les instances de l’Union européenne. Une humiliation ? Oui tant pour notre pays que pour le gouvernement. D’après le journaliste d’Europe 1, Angela Merkel aurait, d’ailleurs, négocié cet accord dans le dos de l’ensemble de ceux que, généralement, les eurobéats appellent les « partenaires européens ». « Partenaire », ils n’en ont que le titre, et « européen » que la situation géographique !

Fräulein Merkel, toujours à l’affût d’un coup de Trafalgar, négocie donc pour l’ensemble de l’Europe, à son propre tempo, quand elle veut, où elle veut et avec qui elle veut. C’est son droit le plus strict : l’Europe n’a-t-elle pas été créée pour soutenir l’Allemagne et créer une puissance économique capable de concurrencer la France après la guerre afin d’éviter une hégémonie du pays de Louis XIV sur le Vieux Continent ?

Pendant ce temps-là, nous nous gargarisions des « droits de l’homme », de cette France « lumière du monde par sa Révolution »… Les Allemands l’ont bien compris, les faits sont plus parlants que n’importe quel discours politique et madame Merkel a raison de rappeler que c’est elle qui mène le jeu en Europe !

Petit point historique : l’Allemagne, depuis sa réunification, a provoqué trois guerres contre la France, trois fessées, une reconstruction commune, un pouvoir européen partagé pour finalement être - comme quoi ça devient une habitude - un affront pur et simple de Mutter Merkel envers les Français. L’Allemagne, depuis deux siècles, se fait un malin plaisir à nous rappeler qu’elle est plus forte et plus grande que nous : son chancelier vient de nous le redire une fois de plus !

Il devient pénible de constater que la France est une nation moyenne, avec un peuple moyen et des gouvernants moyens qui se couchent à la moindre occasion… Parfois, envoyer valser tous les carcans qui enchaînent le pays peut être une solution : il faut le faire rapidement pour sortir du giron de l’Allemagne et de l’Europe et reprendre le destin de la France en main !

48 vues

11 mars 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.