La France a peur de… Manuel Valls

Consultant en sécurité
 

Manuel Valls veut faire peur aux Français, mais ce sont les Français qui ont peur de Manuel Valls.

Après les rodomontades et coups de menton en tout genre, voilà maintenant les injonctions thérapeutiques du docteur Valls, obligation de se soigner. Se soigner de quoi ? Non pas du virus UMPS ni de celui du FNPS, mais du virus de la saison, le FN tout court. Les Français rient tout bas car ils ne supportent plus les antibiotiques que l’on veut leur infliger.

Alors, c’est panique à bord. Manuel Valls menace. Attention ! Le FN pourrait gagner l’élection présidentielle de 2017. Quelle catastrophe pour sa carrière. À court d’argument, il demande maintenant aux élites et, sous-entendu, aux médias de se mobiliser contre cette montée inéluctable du parti qui défend la nation et l’identité nationale, pierre angulaire du mal-être ambiant.

Comment un Premier ministre ose-t-il traiter de la sorte, comme un paria, un parti politique démocratique et républicain ? C’est un déni de République. Ce n’est vraiment pas digne. On se croirait revenu au temps de l’ORTF quand l’État dirigeait l’information. Alors, les Français ont peur de Manuel Valls et ils ont raison.

Manuel Valls dit aussi aimer la France, ce grand pays, mais il va faire sa campagne pour les élections européennes à Barcelone et en langue catalane. Quelle gifle infligée aux Français, à la nation, et quel aveu d’européisme dont les Français ne veulent justement plus. Alors, les leçons de morale de Manuel Valls, ça ne passe plus. Les Français ont encore peur de Manuel Valls et ils ont raison.

Voilà maintenant qu’il veut imposer la mixité sociale et le repeuplement à des Français qui n’en veulent pas ou plus – question de culture. Il ne fallait pas laisser les « ghettos » se constituer. Comme si c’était la faute des Français si l’État en est arrivé là. Tant pis, à eux de payer l’addition. Alors, les Français ont toujours peur de Manuel Valls et ils ont toujours raison.

Dans sa lutte contre le djihadisme, que des mesurettes, pas de mesures d’exception à la hauteur du risque. Sur le plan économique, une loi « micron » à défaut de grandes réformes sur la fiscalité, la lutte contre toutes les fraudes économiques et sociales. Aucune mesure sur l’immigration, le respect de la laïcité, etc. Et que dire des affaires (Cahuzac et consorts)…

Ses vœux d’unifier l’islam de France vont se heurter à la réalité du morcellement des courants de cette religion. Si rien n’est imposé, rien ne sera obtenu, sur la laïcité, les signes religieux ostentatoires, la formation des imams, etc., et les Français le sentent bien.

Manuel Valls veut encore surfer sur l’esprit du 11 janvier pour lutter contre le FN. Il ne trouve rien de mieux. Ce jour-là, il a cru que c’en était fini des frontistes et qu’il allait incarner le « chef ». Il n’a pas compris que c’est la peur qui a fait sortir les Français à qui il reproche maintenant leur endormissement, pas la crainte du FN. Notre Premier ministre rame à contre-courant mais il ne s’en rend pas compte, et le peuple va bientôt le lui rappeler dans les urnes. En attendant, les Français ont toujours peur.

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.