Editoriaux - Internet - Justice - Le débat - Politique - Sport - 8 décembre 2016

MAM et « l’esprit de conquête » : tout un programme… Puisqu’on vous le dit !

Un ami m’envoie, ce jeudi soir, le lien vers le tout nouveau site de MAM… Eh oui, Michèle Alliot-Marie est candidate à l’élection présidentielle ! Et elle a un site… Notre ancien ministre avoue, dans sa présentation, n’être pas très à l’aise avec les réseaux sociaux, mais avoir finalement compris leur utilité (ouf !). D’où (entre autres) le site, avec sa photo de profil (« presque pire que celle d’Henry de Lesquen », me glisse mon ami — oui, je sais, il est mauvaise langue, mais parfois, ça détend !). Pas très « d’jeuns », comme diraient nos ados, mais enfin…

Pour ne rien vous cacher, Michèle n’est pas vraiment ma tasse de thé. Comment dire ? Je trouve ça un peu facile d’avoir court-circuité ses petits copains et de se déclarer ainsi candidate à la présidentielle de 2017, presque à l’improviste, sans s’être manifestée le moins du monde durant la campagne de la primaire… Serait pas un peu mauvaise joueuse, notre ancienne ministre ? Un brin « sauvageonne », pour rester dans le registre à la mode de notre nouveau Premier ministre ?

Et puis, j’ai un peu de mémoire… l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, mais également de la Défense, de l’Intérieur, de la Justice ou encore des Affaires étrangères, celle qui a utilisé un jet privé pour se rendre en Tunisie en plein « printemps arabe », aux frais d’un proche de l’ex-président tunisien encore en place Ben Ali, bref, pourquoi lui accorderais-je ma confiance alors qu’elle porte et supporte, comme son presque alter ego François Fillon, le bilan de Nicolas Sarkozy et, avant lui, de Jacques Chirac ?

Mais admettons qu’elle ait changé. « Retrouver l’esprit de conquête », lit-on sur son site. C’est son slogan de campagne. Non, pas celui de Ségolène, on n’a pas dit conquétitude ! Eh non, elle ne parle pas non plus de « reconquête », cela ferait beaucoup trop « identitaire » ou, pire, « fachosphère » : pas question d’effrayer les foules ! Mais là, quand même, elle tombe mal, si je puis dire… Parce que certains d’entre vous l’ignorent certainement, mais j’habite Béziers. Et « l’esprit de conquête », c’était le slogan inventé par celui qui a précédé Robert Ménard à l’hôtel de ville ; lequel slogan, pour qui a connu Béziers durant le précédent mandat, faisait ricaner bon nombre d’habitants ici-bas… Bref, ça commence mal…

Mais le plus drôle — si j’ose dire —, reste ceci : l’ami bien intentionné qui m’envoie le lien vers son site me dit : « Tu as vu la photo en bas de page ? » Bon, ceux qui n’ont pas suivi, voila une copie d’écran :

Moi, à première vue, je ne vois que cette jeune fille avec un piercing dans la lèvre (quand on vous dit que MAM est acquise à la cause des « d’jeuns » !), mais connaissant le mauvais esprit qui caractérise mon interlocuteur, je me doute qu’il y a un lièvre… Gagné ! En plein dans le mille !

La photo est partout sur le Net… (surtout sur les sites d’extrême gauche) !

Et elle représente… des jeunes Chiliens ! Eh oui ! « Caramba, encore raté », comme dirait l’autre !

Mais bon, elle nous avait prévenus, MAM, alors faut pas trop lui en vouloir : « Le débat de l’élection de la présidentielle 2017 devra être différent des précédents […] Il faudra proposer une approche nouvelle dans les relations entre les citoyens. » Oui, c’est sûr, discuter de l’élection présidentielle française avec des Chiliens, ça, c’est innovant ! Pas sûr que ça lui rapporte beaucoup de voix le jour J, mais bon… Et si on passait aux choses sérieuses ?

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Emmanuelle Ménard : « Ce texte de loi sur la fessée est sans queue ni tête »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleJeudi dernier était votée, en séance de nuit, …